[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Carnoët] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Corlay] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Erquy] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Le Haut-Corlay] [Hénanbihen] [Lamballe] [Lanfains] [Lanleff] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Matignon] [Le Merzer] [Le Moustoir] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleumeur-Bodou] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plounévez-Quintin] [Plourac'h] [Plouzélambre] [Plufur] [Pluzunet] [Quintin] [Rostrenen] [Saint-Agathon] [Saint-Brandan] [Saint-Brieuc] [Saint-Cast-le-Guildo] [Saint-Denoual] [Saint-Jean-Kerdaniel] [Saint-Lormel] [Saint-Michel-en-Grève] [Saint-Nicolas-du-Pélem] [Saint-Quay-Perros] [Tonquédec] [Trébeurden] [Trébrivan] [Trédrez-Locquémeau] [Tréduder] [Treffrin] [Trégastel] [Tréglamus] [Trégomeur] [Trégrom] [Tréguier] [Trélévern] [Trémel] [Tréogan] [Trévou-Tréguignec] [La Vicomté-sur-Rance] [Le Vieux-Marché]

 

Châtelaudren

Petite commune du centre des Côtes-d'Armor, Châtelaudren (981 habitants) est située entre Guingamp (à quatorze kilomètres) et Saint-Brieuc (à dix-sept km).

Démembrement des paroisses primitives de Plouagat et de Plélo, la ville, établie au carrefour de plusieurs voies antiques, se développe autour d'une motte féodale fondée au XIe s. par le seigneur Audren sur les bords du Leff. Dès 1034, Châtelaudren fut avec Guingamp la principale cité de la seigneurie de Penthièvre, créée Alain III. Un prieuré y fut fondé en 1060 par les moines de Lehon, tandis qu'en 1202 l'église devint la propriété de l'abbaye de Beauport.

Devenue au XIVe s. la capitale du Goëlo et de la baronnie d'Avaugour, Châtelaudren s'enrichit considérablement par le commerce, grâce notamment à ses importantes foires.

Démantelé une première fois au XIIIe s. et reconstruit par les seigneurs d'Avaugour (XIVe s.), le château fut rasé vers 1420, et la châtellenie et la ville données au prince Arthur, frère du duc Jean V.

Sous l'Ancien Régime, la ville dépendait du ressort de Saint-Brieuc et de la subdélégation de Guingamp. Par ailleurs, jusqu'au Concordat de 1801, la partie occidentale de la paroisse releva de l'ancien diocèse de Tréguier, tandis que la partie orientale répondait à l'évêque de Saint-Brieuc.

Cité républicaine durant la Révolution, Châtelaudren s'agrandit d'un quartier de Plélo en 1836.

L'église Saint-Magloire

Les maisons anciennes

Le n°1 de la place du Général de Gaulle

Le n°1 de la rue Saint-Magloire

Les escaliers du château

 

L'église Saint-Magloire

Construite entre 1711 et 1732, l'église actuelle a remplacé le prieuré des Fontaines, fondé au XIe s. par des moines de Lehon.  Le dôme du clocher a été réalisé en 1725.

  

Les maisons anciennes

Le n°1 de la place du Général de Gaulle : Elle date de 1774.

Le n°1 de la rue Saint-Magloire :

Les escaliers du château

Menant à l'esplanade du château, dont il ne reste plus aucune trace au début du XIXe s., ces escaliers ont été construits entre le XVIIe et le XIXe s. avec les pierres de la forteresse.