[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Callac] [Camlez] [Carnoët] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Coatréven] [Corlay] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Duault] [Erquy] [Le Faouët] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Le Haut-Corlay] [Hénanbihen] [Hengoat] [Kerbors] [Kermaria-Sulard] [Lamballe] [Lanfains] [Langoat] [Lanleff] [Lanmérin] [Lanmodez] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Lézardrieux] [Locarn] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Maël-Pestivien] [Matignon] [Le Merzer] [Minihy-Tréguier] [Le Moustoir] [Pabu] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Peumerit-Quintin] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleubian] [Pleudaniel] [Pleumeur-Bodou] [Pleumeur-Gautier] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plounévez-Quintin] [Plourac'h] [Plourivo] [Plouzélambre] [Plufur] [Plusquellec] [Pluzunet] [Pommerit-Jaudy] [Pommerit-le-Vicomte] [Quemper-Guézennec] [Quintin] [La Roche-Derrien] [Rospez] [Rostrenen] [Saint-Agathon]

 

Kermaria-Sulard

Petite commune du nord-ouest des Côtes-d'Armor, Kermaria-Sulard (989 habitants) est située dans le Trégor, entre Lannion (à neuf km) et Tréguier (à douze km). 

Fondé vers le XIe s. par des moines cisterciens venus de Bégard, le village passe au XIVe s. des mains des seigneurs de Coatelec à celles des Kerimel.

Relevant autrefois de l'ancien diocèse de Tréguier, la trêve de Kermaria-Sulard ne devient indépendante de Louannec que sous la Révolution française. Sous l'Ancien Régime elle dépendait de la subdélégation et du ressort de Lannion.

L'église Notre-Dame-de-la-Joie

 

L'église Notre-Dame-de-la-Joie

La vieille église délabrée du XVIIe s. est démolie au début des années 1880 et remplacée par cet édifice, construit de 1884 à 1888 selon les plans d'un architecte lannionais, G. Lageat. Le pardon s'y déroule vers le 28 août.

  

Les portails ouest et sud.

  

Le chevet et la sacristie.