[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Callac] [Camlez] [Carnoët] [Les Champs-Géraux] [La Chapelle-Blanche] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Coatréven] [Corlay] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Duault] [Erquy] [Le Faouët] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Le Haut-Corlay] [Hénanbihen] [Hengoat] [Jugon-les-Lacs] [Kerbors] [Kermaria-Sulard] [Lamballe] [Lanfains] [Langoat] [Lanleff] [Lanmérin] [Lanmodez] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Lescouët-Gouarec] [Lézardrieux] [Locarn] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Maël-Pestivien] [Matignon] [Merdrignac] [Le Merzer] [Minihy-Tréguier] [Le Moustoir] [Mûr-de-Bretagne] [Pabu] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Peumerit-Quintin] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleubian] [Pleudaniel] [Pleumeur-Bodou] [Pleumeur-Gautier] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plounévez-Quintin] [Plourac'h] [Plourivo] [Plouzélambre] [Plufur] [Plusquellec] [Pluzunet] [Pommerit-Jaudy] [Pommerit-le-Vicomte]

 

Lannion

Ville du nord-ouest des Côtes-d'Armor, Lannion (19 773 habitants) est située dans le Trégor, sur le Léguer, à trente-deux kilomètres au nord-ouest de Guingamp.

Situé sur le premier gué du Léguer, le territoire est occupé dès le Néolithique. Les Gaulois puis les Romains poursuivent cette implantation.

Démembrement des paroisses primitives de Louannec, de Pleumeur-Bodou et de Ploulec'h, Lannion est mentionnée pour la première fois en 1150 ou 1163.

Châtellenie du comte de Tréguier, lié aux Penthièvre, Lannion est un prieuré dépendant au Moyen Age de l'abbaye de Saint-Jacut.

Construit vers 1230 par Pierre Mauclerc, le château de Lannion est en état de ruines deux siècles plus tard. Durant la guerre de Succession de Bretagne, la ville est prise et reprise successivement par les Français et les Anglais. Elle est réunie au domaine ducal au XVe s.

Au cours des guerres de religion (fin du XVIe s.), la cité, aux mains des ligueurs, est attaquée à deux reprises par La Fontenelle.

Bien que cité portuaire dès le Moyen Age, enrichi grâce au commerce aves les pays du nor de l'Europe, les premiers quais ne sont construits qu'entre 1762 et 1764.

Sénéchaussée royale, Lannion accueille à partir de 1640 un siège royal d'amirauté. Le XVIIe s. voit l'installation de divers ordres religieux (augustines, capucins, ursulines, etc.) et, au siècle suivant, la création d'hôpitaux et d'écoles.

Jusqu'au Concordat de 1801, la paroisse relève de l'ancien diocèse de Tréguier.

En 1822, la ville s'agrandit de plusieurs villages et, en 1961, elle annexe les communes de Brélévénez, Buhulien, Loguivy-lès-Lannion et Servel.

L'église de la Trinité de Brélévénez

La chapelle Saint-Nicodème

La chapelle du Calvaire

La porte triomphale de l'église de Loguivy

La croix du cimetière de Loguivy

La fontaine de l'église Saint-Ivy

La fontaine des Cinq Plaies

La fontaine Saint-Ivy du Haut

Le portail du manoir de Murarvern

Les escaliers de Brélévénez

Le monument aux morts de Servel

Le monument aux morts de Brélévénez

La Tombe du Commonwealth de Servel

 

L'église de la Trinité de Brélévénez

Elevée par les templiers, de la branche de Montjoie (Brélévénez en breton), au sommet de la colline du Crec'h Tanet à la fin du XIIe s. ou au début du XIIIe s., cette église, autrefois appelée Notre-Dame des Neiges, fut modifiée à plusieurs reprises (XIVe, XVe, XVIIe s.). Les mathurins succédèrent aux templiers. Au XVIIIe s., l'église de la Trinité remplace comme paroisse l'église du Rusquet.

La chapelle nord

La chapelle sud : On y voit encore accolés les vestiges d'un reliquaire d'attache construit au XVe ou au XVIe s.

Le chevet : L'un des deux éléments les plus anciens de l'église, avec le porche méridional, il fut édifié au XIIe ou XIIIe s.

Le clocher : Tour carrée à double balustrade, couronnée d'une flèche octogonale, elle est élevée à la fin du XVe s. Une petite tour ronde est accolée à l'ensemble.

  

  

La porte occidentale

Le porche sud : Autre élément roman de l'église templière du XIIe ou XIIIe s., le porche est surmonté de trois piliers rajoutés au XVIIe s. comme contreforts.

  

La chapelle Saint-Nicodème

Chapelle nobiliaire privée construite à Servel entre la fin du XIVe et le XVe s., elle est restaurée vers 1760 et au milieu du XIXe s.

  

Le portail méridional et le fenestrage du chevet.

  

La chapelle du Calvaire

Voir à La Roche-Derrien.

La porte triomphale de l'église de Loguivy

Construit au XVe s. ce portail était autrefois doté d'une porte, qui ne s'ouvrait qu'à certaines occasions, en particulier les enterrements. Au quotidien, les paroissiens entraient dans l'enclos paroissial en passant au-dessus des échaliers du mur.

La croix du cimetière de Loguivy-lès-Lannion

Elle a été réalisée en 1898 par l'atelier du sculpteur lannionais Hernot. Le fût présent des écots.

  

La fontaine de l'église Saint-Ivy

Composée d'une grande vasque surmontée d'une colonne couronnée d'un dôme, cette fontaine de style Renaissance est installée en 1577 dans l'enclos paroissial. Selon la tradition, son eau permettait de guérir les coliques chez les jeunes enfants.

La fontaine des Cinq Plaies

Elle est construite en 1681 à Servel, sur la source de Trofeunten, par les Trogoff, seigneurs de Goas-Guen. Les Cinq Plaies sont symbolisées par les cinq trous percés dans la dalle d'où s'écoule l'eau. Celle-ci avait la réputation de guérir les maladies des yeux. Les statues qui ornaient autrefois la fontaine ont disparu.

  

La fontaine Saint-Ivy du Haut

Cette fontain de dévotion réalisée au XVIe s. est adossée au mur extérieur de l’enclos paroissial de l’église de Loguivy. Elle est alimentée par l’eau provenant de la fontaine intérieure de style Renaissance. La statue représente Saint Ivy en évêque.

Le portail du manoir de Murarvern

Situé en face de l'église de Brélévénez, ce portail est l'unique vestige du manoir. Construit au XVIe s., il comporte deux entrées, un passage pour les piétons et un autre pour les cavaliers. Celles-ci sont surmontées d'un fronton triangulaire.

Les escaliers de Brélévénez

Composé de cent quarante marches, il mène à l'église de Brélévénéez depuis le bas de la ville de Lannion. Les maisons qui la bordent ont été construites au XIXe s. Une tradition rapporte qu'il y avait autrefois autant de marches que de jours dans l'année, mais, en très mauvais état, l'escalier a été refait dans les années 1920.

   

Le monument aux morts de Servel

Il comprend deux stèles dédiées aux soldats tombés pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale.

  

Le monument aux morts de Brélévénez

La Tombe du Commonwealth du cimetière de Servel

Etablie dans le cimetière, elle rappelle la mort d'un artificier tué le 18 octobre 1944.