[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Carnoët] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Corlay] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Erquy] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Le Haut-Corlay] [Hénanbihen] [Lamballe] [Lanfains] [Lanleff] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Matignon] [Le Merzer] [Le Moustoir] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleumeur-Bodou] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plounévez-Quintin] [Plourac'h] [Plouzélambre] [Plufur] [Pluzunet] [Quintin] [Rostrenen] [Saint-Agathon] [Saint-Brandan] [Saint-Brieuc] [Saint-Cast-le-Guildo] [Saint-Denoual] [Saint-Jean-Kerdaniel] [Saint-Lormel] [Saint-Michel-en-Grève] [Saint-Nicolas-du-Pélem] [Saint-Quay-Perros] [Tonquédec] [Trébeurden] [Trébrivan] [Trédrez-Locquémeau] [Tréduder] [Treffrin] [Trégastel] [Tréglamus] [Trégomeur] [Trégrom] [Tréguier] [Trélévern] [Trémel] [Tréogan] [Trévou-Tréguignec] [La Vicomté-sur-Rance] [Le Vieux-Marché]

 

Lanvellec

Petite commune du nord-ouest des Côtes-d'Armor, Lanvellec (549 habitants) est située en Trégor, à trente kilomètres à l'est de Morlaix.

Démembrement de la paroisse primitive de Plouaret, une partie du territoire de Lanvellec (village de Saint-Carré) était au Moyen Age une possession des moines de Bégard. Dominé par la famille du Coaskerde Rosanbo puis par Les Le Pelletier de Rosanbo, Lanvellec dépendait sous l'Ancien Régime de la cour ducale et de la sénéchaussée de Guingamp.

Jusqu'au Concordat de 1801, la paroisse de Lanvellec, bien qu'enclavée dans l'évêché de Tréguier, faisait partie du doyenné de Lanmeur qui relevait du diocèse de Dol. 

L'ossuaire de l'enclos paroissial

La chapelle Notre-Dame-de-Pitié

La chapelle Saint-Maudez

La chapelle Saint-Connay

La croix de la chapelle Saint-Connay

La fontaine Saint-Carré

 

L'ossuaire de l'enclos paroissial

De style gothique flamboyant, il date du XVe s. Les six baies sont séparées par des colonnettes.

 

La chapelle Notre-Dame-de-Pitié

Egalement qualifiée d'église, elle est située au village de Saint-Carré. Elle est construite grâce au comte de Perrien en 1696, trente-six ans après trois apparitions de la Vierge à Jean Bizien, un journalier. Suivant les consignes de Marie, il découvrit une statue enfouie qui devint rapidement un objet de vénération. Pendant trois jours à la Pentecôte, le pardon de cette chapelle miraculeuse attirait autrefois une foule importante (jusqu'à 15 000 personnes), dont un grand nombre de miraculés, pèlerins et mendiants.

Le clocher date de 1697.

  

La façade occidentale présente une terrasse avec balustrade.

La chapelle Saint-Maudez

Mélangeant les styles gothique et Renaissance, elle est construite au début du XVIe s. par les seigneurs du Goazru. Achetée comme bien national sous la Révolution, elle est cédée à la fabrique en 1816 et restaurée en 1866. Autrefois, une fontaine miraculeuse bouillonnante se trouvait à proximité.

  

Voici le portail de la façade occidentale.

Les deux portes du côté méridional.

  c

Les fenestrages du chevet et de la chapelle latérale sud.

  

Et l'une des gargouilles du chevet.

La chapelle Saint-Connay

Egalement appelé chapelle Saint-Gonery, cet édifice comportant un clocher-mur à lanternon date pour l'essentiel du XVIIe s. Mais elle a cependant conservé un fenestrage du XIVe s.

  

La croix de la chapelle Saint-Connay

  

La fontaine Saint-Carré

Elle a été construite en 1700 près de la chapelle du même nom.