[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Carnoët] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Erquy] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Hénanbihen] [Lamballe] [Lanleff] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Matignon] [Le Moustoir] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleumeur-Bodou] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plourac'h] [Plouzélambre] [Plufur] [Pluzunet] [Saint-Brieuc] [Saint-Cast-le-Guildo] [Saint-Denoual] [Saint-Lormel] [Saint-Michel-en-Grève] [Saint-Quay-Perros] [Tonquédec] [Trébeurden] [Trédrez-Locquémeau] [Tréduder] [Treffrin] [Trégastel] [Tréglamus] [Trégomeur] [Trégrom] [Tréguier] [Trélévern] [Trémel] [Tréogan] [Trévou-Tréguignec] [La Vicomté-sur-Rance] [Le Vieux-Marché]

 

Le Vieux-Marché

Petite commune de l'ouest des Côtes-d'Armor, le Vieux-Marché (1 117 habitants) est située dans le Trégor, près de Plouaret, entre Morlaix et Guingamp.

La présence d'un dolmen prouve que la région était occupée dès le Néolithique.

Vers le XIe s., un seigneur établit une motte au Bon-Secour, tandis qu'un château est également à une époque indéterminée à Coz-Castel. Le Moyen Age voit le bourg, siège d'une châtellenie (Veillmerch) se développer sufisamment pour se voir qualifier de « ville marchande », grâce notamment à la création de foires annuelles et d'un marché hebdomadaire.

Mis à sac durant les guerres de Religion (1596), Le Vieux-Marché est chef-lieu de canton de 1790 à 1802. Simple trève de Plouaret, la paroisse est érigée en succursale en 1860 et en commune indépendante en 1866.

Commune natale de la poétesse Anjela Duval (1905-1981), Le Vieux-Marché a la particularité d'abriter un pèlerinage islamo-chrétien, instauré en 1954 à la chapelle des Septs-Saints par l'universitaire Louis Massignon. 

Le calvaire du Stiffel

La croix des Sept-Saints

La fontaine des Sept-Saints

La maison de la place Anjela Duval

Le monument Anjela Duval

Le monument aux morts

La stèle aux Déportés

 

Le calvaire du Stiffel

Erigé sur un piédestal au XVIe ou XVIIe s., non loin de la chapelle des Sept-Saints, il comprend un fût à écots, qui rappelle une épidémie de peste. Un Vierge de pitié se trouve au revers du Christ.

  

La croix des Sept-Saints

Elle se trouve à cent mètres de la chapelle du même nom.

  

La fontaine des Sept-Saints

Située quelques centaines de mètres en contrebas de la chapelle du même nom, cette fontaine date du XVIIe s. Le site, probablement lié à l'origine à un culte druidique, est christianisé au premier millénaire et rattaché au culte des Sept Dormants d'Ephèse en raison de l'eau qui s'écoule d'une pierre de la fontaine par sept trous. Selon la tradition, elle avait le don de guérir les malades. Un lavoir y avait été aménagé jusque dans les années 1950.

  

La maison de la place Anjela Duval

Elle date du XVIe ou XVIIe s.

  

Le monument Anjela Duval

Cette oeuvre du sculpteur Roland Carrée a été inaugurée le 6 novembre 2011.

Le monument aux morts

  

La stèle aux Déportés

Voisine du monument aux morts, elle rappelle le souvenir de trois habitants du Vieux-Marché (Yves Amouret, Arsène Le Bozec et Louis Pastol) morts en déportation.