[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Callac] [Camlez] [Carnoët] [Les Champs-Géraux] [La Chapelle-Blanche] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Coatréven] [Corlay] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Duault] [Erquy] [Le Faouët] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Le Haut-Corlay] [Hénanbihen] [Hengoat] [Jugon-les-Lacs] [Kerbors] [Kermaria-Sulard] [Lamballe] [Lanfains] [Langoat] [Lanleff] [Lanmérin] [Lanmodez] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Lescouët-Gouarec] [Lézardrieux] [Locarn] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Maël-Pestivien] [Matignon] [Merdrignac] [Le Merzer] [Minihy-Tréguier] [Le Moustoir] [Mûr-de-Bretagne] [Pabu] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Peumerit-Quintin] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleubian] [Pleudaniel] [Pleumeur-Bodou] [Pleumeur-Gautier] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plounévez-Quintin] [Plourac'h] [Plourivo] [Plouzélambre] [Plufur] [Plusquellec] [Pluzunet] [Pommerit-Jaudy] [Pommerit-le-Vicomte]

 

Les Champs-Géraux

Petite commune de l'est des Côtes-d'Armor, Les Champs-Géraux (1 045 habitants) est située à la frontière avec l'Ille-et-Vilaine, à dix kilomètres au sud-est de Dinan.

Dans l'Antiquité, le territoire de l'actuelle commune est traversé par la voie romaine Rennes-Corseul.

Démembrement de la paroisse primitive de Plesder, le village est uni à Evran au début du XIIe s. (jusqu'au XXe s.)

Relevant au Moyen-Age de la famille des Champs-Géraux, la localité passe aux mains des Nicollas au XVe s.

La commune des Champs-Géraux n'est créée que le 6 avril 1934.

La chapelle du Bon Secours

L'oratoire du Bon Secours

 

La chapelle du Bon Secours

Située en lisière de la forêt de Coëtquen, cette petite chapelle votive est construite dans la seconde moitié du XIXe s. par la famille de Boishue afin de réaliser le vou du comte de Lorgeril, dont la fille avait survécu miraculeusement à un accident. Détruite par un incendie en 1891, elle est rebâtie l'année suivante. Un larmier surmonte la porte en arc à plein cintre.

  

L'oratoire du Bon Secours

Il est situé à proximité immédiate de la chapelle du même nom.