[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Carnoët] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Erquy] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Hénanbihen] [Lamballe] [Lanleff] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Matignon] [Le Moustoir] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleumeur-Bodou] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plourac'h] [Plouzélambre] [Plufur] [Pluzunet] [Saint-Brieuc] [Saint-Cast-le-Guildo] [Saint-Denoual] [Saint-Lormel] [Saint-Michel-en-Grève] [Saint-Quay-Perros] [Tonquédec] [Trébeurden] [Trédrez-Locquémeau] [Tréduder] [Treffrin] [Trégastel] [Tréglamus] [Trégomeur] [Trégrom] [Tréguier] [Trélévern] [Trémel] [Tréogan] [Trévou-Tréguignec] [La Vicomté-sur-Rance] [Le Vieux-Marché]

 

Louannec

Petite commune du nord-ouest des Côtes-d'Armor, Louannec (2 946 habitants) est située dans le Trégor, sur la Manche (côte de Granit rose), près de Perros-Guirec, à dix kilomètres au nord de Lannion.

Occupé dès le Néolithique, puis à l'époque gauloise, Louannec, mentionnée pour la première fois en 1160, est au Moyen Age sous la domination des seigneurs de Coat-Guézennec. Les Hospitaliers y détiennent des biens à cette époque. La paroisse passe ensuite successivement aux mains de la seigneurie de Barac'h (XIVe-XVe s.) et des familles Tourmenine, Philippe, Cosquer et Le Pelletier de Rosanbo (1688).

De 1292 à sa mort, en 1303, le célèbre saint Yves fut recteur de l'église de Louannec.

Jusqu'au Concordat de 1801, Louannec relève religieusement du diocèse de Tréguier et dépend civilement du ressort de Lannion sous l'Ancien Régime.

A partir de la fin du XIXe s., la commune profite de sa proximité avec Perros-Guirec pour développer son tourisme. De 1885 à sa mort (1892), Ernest Renan y possède une résidence d'été.

Des combats de la Libération s'y déroulent le 9 juin 1944. 

Le calvaire du cimetière

Le phare de Nantouar

Le monument aux morts

 

Le calvaire du cimetière

Il date probablement de la fin du XIXe s.

  

Le phare de Nantouar

Construit de 1859 à 1860 pour signaler l'entrée du port de Perros-Guirec, il comprend une tour blanche, accolée à la maison du gardien, avec un escalier de trente-quatre marches. Electrifié en 1937, le feu est éteint en 1976 et le phare déclassé au début des années 1990.

Le monument aux morts

Il se trouve dans l'enclos de l'église paroissiale.