[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Belle-Isle-en-Terre] [Calanhel] [Carnoët] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Erquy] [Fréhel] [Glomel] [Guingamp] [Gurunhuel] [Hénanbihen] [Lamballe] [Lanleff] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Le Moustoir] [Paule] [Pédernec] [Perros-Guirec] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Plestin-les-Grèves] [Pleumeur-Bodou] [Plévenon] [Plévin] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plourac'h] [Plouzélambre] [Plufur] [Pluzunet] [Saint-Brieuc] [Saint-Michel-en-Grève] [Trébeurden] [Trédrez-Locquémeau] [Tréduder] [Treffrin] [Trégastel] [Trégomeur] [Trégrom] [Trémel] [Tréogan] [La Vicomté-sur-Rance] [Le Vieux-Marché]

 

Maël-Carhaix

 

Petite commune du sud-ouest des Côtes-d'Armor, Maël-Carhaix (1 572 habitants) se trouve en centre Bretagne, près de Carhaix.

A l'époque gallo-romaine, le territoire est traversé à la fois par l'aqueduc de Carhaix et par la voie romaine Carhaix-Corseul.

Démembrement de la paroisse primitive de Plouguer, Maël relève de l'ancien diocèse de Cornouaille jusqu'au Concordat de 1801. L'abbaye Saint-Sulpice de Rennes y possédait un prieuré, à Kerléan.

Appartenant d'abord à la famille du Chastel, puis acquise en 1731 par la baronnie de Rostrenen, la châtellenie de Maël-Carhaix possédait un droit de haute justice.

En 1619, le célèbre marquis de Pontcallec trouve un temps refuge au presbytère de la paroisse.

La plus grande manufacture d'ardoise de Bretagne s'implante à Maël-Carhaix sous l'Ancien Régime ; sa production ser notamment pour les Invalides, à Paris, et pour le Parlement de Bretagne, à Rennes.

L'aqueduc gallo-romain

 

L'aqueduc gallo-romain

Alimentant l'antique Vorgium [Carhaix] en eau potable, cet aqueduc, construit entre le IIe et le IIIe s., consistait en un simple canal souterrain maçonné. Un pont et un tunnel furent cependant bâtis pour permettre à l'eau de franchir les vingt-sept kilomètres depuis la source située dans les collines, à l'est de la ville. L'aqueduc traversait les actuelles communes de Paule, Maël-Carhaix, Le Moustoir et Carhaix.