[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Callac] [Camlez] [Carnoët] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Corlay] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Duault] [Erquy] [Le Faouët] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Le Haut-Corlay] [Hénanbihen] [Hengoat] [Kerbors] [Lamballe] [Lanfains] [Langoat] [Lanleff] [Lanmérin] [Lanmodez] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Lézardrieux] [Locarn] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Maël-Pestivien] [Matignon] [Le Merzer] [Minihy-Tréguier] [Le Moustoir] [Pabu] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Peumerit-Quintin] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleubian] [Pleudaniel] [Pleumeur-Bodou] [Pleumeur-Gautier] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plounévez-Quintin] [Plourac'h] [Plourivo] [Plouzélambre] [Plufur] [Plusquellec] [Pluzunet] [Pommerit-Jaudy] [Pommerit-le-Vicomte] [Quemper-Guézennec] [Quintin] [La Roche-Derrien] [Rospez] [Rostrenen] [Saint-Agathon] [Saint-Brandan] [Saint-Brieuc]

 

Minihy-Tréguier

Petite commune du nord-ouest des Côtes-d'Armor, Minihy-Tréguier (1 161 habitants) est située sur la rive gauche du Jaudy, près de Tréguier.

Démembrement de la paroisse primitive de Ploulandréguer, le village trouve son origine dans la fondation, au Moyen Age, d'un minihi (lieu d'asile bénéficiant de privilèges et d'exemptions) par les moines de Tréguier.

C'est à Minihy-Tréguier que naît le 17 octobre 1253 (saint) Yves de Kermartin, le saint patron des avocats.

Comme de nombreux autres villages de la région, l'économie locale est liée à la culture et au tissage du lin jusqu'au milieu du XXe s.

Il faut attendre 1790 pour que Minihy-Tréguier ne devienne une paroisse et une commune indépendante de Tréguier.

Le Tombeau de Saint-Yves

Le colombier de Kermartin

La chapellenie de Saint-Yves

 

Le Tombeau de Saint-Yves

Réalisée en granit de Kersanton vers 1460, dans le style gothique flamboyant, cette oeuvre n'est en rien un tombeau, mais une simple pierre d'autel. Initialement placée dans le chour de l'église, elle est remplacée vers 1860 par un autre autel et installée dans le cimetière, sous une chapelle dédiée aux parents de saint Yves (détruite par la suite).

Le colombier de Kermartin

Abritant 750 boulins, ce colombier fut construit au XIIIe s. par Héloury de Kermartin, le père de (saint) Yves.

La chapellenie de Saint-Yves

Le bâtiment est construit en 1293 par Jean de Kermartin et réaménagé entre le XIVe et le XVe s. Remplaçant le gardiennage de la chapelle Saint-Yves, l'édifice sert d'hospice pour les pauvres. Autrefois, un souterrain le reliait à Troguery et à Kerandraou.

Doublées d'une archivolte, deux portes en arc brisé permettent d'accéder à la cour centrale.