[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Callac] [Camlez] [Carnoët] [Les Champs-Géraux] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Coatréven] [Corlay] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Duault] [Erquy] [Le Faouët] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Le Haut-Corlay] [Hénanbihen] [Hengoat] [Jugon-les-Lacs] [Kerbors] [Kermaria-Sulard] [Lamballe] [Lanfains] [Langoat] [Lanleff] [Lanmérin] [Lanmodez] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Lézardrieux] [Locarn] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Maël-Pestivien] [Matignon] [Merdrignac] [Le Merzer] [Minihy-Tréguier] [Le Moustoir] [Mûr-de-Bretagne] [Pabu] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Peumerit-Quintin] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleubian] [Pleudaniel] [Pleumeur-Bodou] [Pleumeur-Gautier] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plounévez-Quintin] [Plourac'h] [Plourivo] [Plouzélambre] [Plufur] [Plusquellec] [Pluzunet] [Pommerit-Jaudy] [Pommerit-le-Vicomte] [Quemper-Guézennec] [Quintin]

 

Plévenon

Petite commune du nord des Côtes-d'Armor, Plévenon (721 habitants) se trouve entre Saint-Brieuc et Saint-Malo.

Ancienne paroisse primitive, dépendant du diocèse de Saint-Brieuc sous l'Ancien Régime, elle fut associée de 1972 à 2004 à Pléhérel pour former la commune de Fréhel.

Le site national de cap Fréhel est aujourd'hui situé sur son territoire.

Le Doigt de Gargantua

Le Fort La Latte

Le calvaire de la Roche-au-Gygron

La fontaine Notre-Dame

Le château du Meurtel

Le manoir de Prébras

Le manoir de La Roche-Lossoie

Le manoir de la Vicomté de Trécelin

Les phares du Cap Fréhel

 

Je tiens à remercier vivement Carl Rault qui nous a aimablement fourni les photos concernant plusieurs monuments de Plévenon (Doigt de Gargantua, calvaire de la Roche au Gygron, fontaine Notre-Dame, château du Meurtel, manoir de Prébras, manoir de La Roche-Lossois, manoir de la Vicomté, une photo du phare Vauban).

Le Doigt de Gargantua

Il est probable que cette pierre levée soit un menhir retaillé plus finement bien longtemps après son érection.

©C.R.

Le Fort La Latte

Edifié entre 1340 et 1370 par la famille Goyon-Matignon sur un éperon rocheux dominant la mer, sous le nom de La Roche-Guyon, ce célèbre château est pris le 23 août 1379 par Du Guesclin pour le compte du roi de France. A nouveau assiégé par les Anglais (1490), il est occupé par les calvinistes durant les guerres de Religion de la fin du XVIe s. et enlevé en 1597 par un capitaine ligueur.

Renforcé en 1690-1694 par Simon Garengeau, un ingénieur de Vauban,, démobilisé au XIXe s. (déclassé en 1890), restauré entre 1932 et 1938, le Fort La Latte a servi de décors pour de nombreux films, comme Chouans ! (1987), Ridicule (1996) et, surtout, Les Vikings (1957), où Kirk Douglas et Tony Curtis s'affrontent dans la bataille finale.

Si la majeure partie des fortifications visibles aujourd'hui date de l'époque Louis XIV, il reste du château médiéval de la Roche-Goyon le donjon du XIVe s.

  

  

Le fort La Latte vu du cap Fréhel

C.R.

Le calvaire de la Roche-au-Gygron

Il a été élévé au XVe ou XVIe s.

  ©C.R.

La fontaine Notre-Dame

Construite au XIXe s. au bourg, elle a été restaurée à la fin du XXe s.

©C.R.

   ©C.R.

Le château du Meurtel

Il est édifié au XVIIe s. par les Trémereuc, qui possédait un droit de moyenne justice à la veille de la Révolution.

Le manoir de Prébras

Construit au XVIIe s., il est remanié au XXe s.

C.R.

Le manoir de La Roche-Lossoie

Construite par les Rebillard entre les XVIIe et XVIIIe s., cette demeure fut remaniée et agrandie par la comtesse de Goyon vers 1870.

©C.R.

©C.R.

Le manoir de la Vicomté de Trécelin

La propriété comprend un logis du XVIIIe s. (restauré à la fin du XXe et au début du XXIe s.), plusieurs bâtiments agricoles et un colombier coiffé d'un lanternon.

C.R.

C.R.

Les phares du Cap Fréhel

Le magnifique site national du cap Fréhel abrite deux phares, sécurisant le passage entre la baie de Saint-Brieuc et la rade de Saint-Malo, à soixante-dix mètres au-dessus des flots.

Le premier, appelé phare Vauban, date de 1701-1702. Il fut construit par un adjoint du commissaire général des fortifications, l'ingénieur Garengeau, qui s'est inspiré des plans du phare du Stiff, à Ouessant. Haut de quinze mètres, il fut d'abord allumé uniquement en hiver, puis toute l'année (1717).

   C.R.

Le phare actuel est en fait le troisième. Il a remplacé un second édifice construit en 1845-1847 et détruit par les Allemands le 11 août 1944.  Edifié de 1946 à 1950, il est haut de 32,85 mètres.