[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Carnoët] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Corlay] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Erquy] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Le Haut-Corlay] [Hénanbihen] [Lamballe] [Lanfains] [Lanleff] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Matignon] [Le Merzer] [Le Moustoir] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleumeur-Bodou] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plounévez-Quintin] [Plourac'h] [Plouzélambre] [Plufur] [Pluzunet] [Quintin] [Rostrenen] [Saint-Agathon] [Saint-Brandan] [Saint-Brieuc] [Saint-Cast-le-Guildo] [Saint-Denoual] [Saint-Jean-Kerdaniel] [Saint-Lormel] [Saint-Michel-en-Grève] [Saint-Nicolas-du-Pélem] [Saint-Quay-Perros] [Tonquédec] [Trébeurden] [Trébrivan] [Trédrez-Locquémeau] [Tréduder] [Treffrin] [Trégastel] [Tréglamus] [Trégomeur] [Trégrom] [Tréguier] [Trélévern] [Trémel] [Tréogan] [Trévou-Tréguignec] [La Vicomté-sur-Rance] [Le Vieux-Marché]

 

Plounévez-Moëdec

Petite commune de l'ouest des Côtes-d'Armor, en Trégor, Plounévez-Moëdec (1 347 habitants) est située entre Morlaix et Guingamp, à vingt-cinq kilomètres au sud de Lannion.

La preuve de l'occupation humaine du territoire à partir de l'âge du fer est apportée par certaines découvertes archéologiques, comme des souterrains (à Coat-ar-Picard et Kergrec'h).

Paroisse bretonne primitive ou peut-être démembrement de la paroisse primitive de Plouaret, Plounévez-Moëdec relève du diocèse de Tréguier jusqu'au Concordat de 1801.

L'abbaye de Bégard y possède de nombreux biens au Moyen Age, de même que les Hospitaliers de La Feuillée (chapelle Saint-Jean notamment).

Le XIXe s. voit naître une importante industrie papetière (Vallée) à Locmaria. Le barrage hydroélectrique de Kernansquillec est construit dans les années 1920 pour fournir de l'électricité aux équipements.

La chapelle Saint-Jean de Keramanac'h

Le calvaire de la chapelle Sainte-Jeune

Le calvaire de la chapelle de Keramanac'h

La fontaine Sainte-Jeune

 

 La chapelle Saint-Jean de Keramanac'h

Edifiée au milieu du XVe s. (restaurée en 1708 et en 1854), elle remplace alors une ancienne chapelle fondée au XIIe s. par l'ordre des chevaliers Hospitaliers.

Le clocher-mur possède trois chambres de cloches.

  

Le porche sud mérite qu'on s'y attarde un instant, en raison notamment de la porte à trois voussures.

  

Dans le tympan surmontant cette porte, on peut voir l'Adoration des mages et l'Annonciation.

Enfin, voici la porte ouest et, à l'est, le grand fenestrage du chevet, de style gothique flamboyant.

   

Le calvaire de la chapelle Sainte-Jeune

Elevée au XVe s., elle comporte une Vierge à l'Enfant au revers du Crucifix.

  

Le calvaire de la chapelle Saint-Jean de Keramanac'h

Ce calvaire de mission a été élevé en 1827 à l'angle sud-est de la chapelle

La fontaine Sainte-Jeune

Elle est restaurée en 2003.