[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Carnoët] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Erquy] [Fréhel] [Glomel] [Guingamp] [Gurunhuel] [Hénanbihen] [Lamballe] [Lanleff] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Matignon] [Le Moustoir] [Paule] [Pédernec] [Perros-Guirec] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Plestin-les-Grèves] [Pleumeur-Bodou] [Plévenon] [Plévin] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plourac'h] [Plouzélambre] [Plufur] [Pluzunet] [Saint-Brieuc] [Saint-Cast-le-Guildo] [Saint-Denoual] [Saint-Lormel] [Saint-Michel-en-Grève] [Trébeurden] [Trédrez-Locquémeau] [Tréduder] [Treffrin] [Trégastel] [Trégomeur] [Trégrom] [Trémel] [Tréogan] [La Vicomté-sur-Rance] [Le Vieux-Marché]

 

Saint-Lormel

Petite commune du nord-est des Côtes-d'Armor, Saint-Lormel (876 habitants) est située sur la rive gauche de l'Arguenon, à dix-neuf kilomètres au nord-ouest de Dinan et à vingt-six km au sud-ouest de Saint-Malo.

Christianisée au VIe s. par saint Lormel (saint Lunaire ?), la paroisse de Saint-Lormel, créée avant le XIVe s., est un démembrement de la paroisse primitive de Pluduno. Les templiers semblent s'y être implantés dès le XIIe s.

Dépendant du diocèse de Saint-Brieuc sous l'Ancien Régime, rattachée religieusement à Plancoët en 1792, Saint-Lormel ne retrouve son indépendance qu'en 1820.

En 1864, la commune de Pluduno doit céder vingt-et-un villages à Saint-Lormel. 

Le manoir de La Ville-Robert

Le manoir de La Ville-Meneuc

 

Je tiens à remercier vivement Carl Rault qui nous a aimablement fourni toutes les photos concernant les monuments de Saint-Lormel

 

Le manoir de La Ville-Robert

Plusieurs manoirs ce sont succédés à cet emplacement depuis au moins le XIIIe s. Ils sont successivement entre les mains des familles de La Ville-Robert, Saint-Méloir (XVe s.), Mouchon, Guitton (1514), à nouveau Saint-Méloir et enfin de Pontbriant (1805). Le bâtiment actuel, construit par les Saint-Méloir, date du XVIIIe s. Disposant d'un droit de moyen justice, le manoir est vendu comme bien national durant la Révolution.

Il dispose d'une chapelle privée (bâtie au XVIIIe s.). La grille qui ferme le portail d'entrée au domaine a été forgée vers 190 par Joseph Miller, artisan de Plancoët qui a également réalisé la grille du portail du manoir de La Ville-Meneuc.

©C.R.

©C.R.

Le manoir de La Ville-Meneuc

L'édifice actuel a remplacé au XIXe s. un château plus ancien, propriété de la famille de Lesquen au moins depuis le XVIe s. La terre de La Ville-Meneuc disposait d'un droit de haute justice.

Le manoir est précédé d'un portail construit au XVIe s. ; encadrée de deux portes pour piétons, la porte cochère reçoit au début du XXe s. une grille en fer forgé.

©C.R.

©C.R.

©C.R.