[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Bégard] [Belle-Isle-en-Terre] [La Bouillie] [Calanhel] [Callac] [Camlez] [Carnoët] [La Chapelle-Neuve] [Châtelaudren] [Corlay] [Corseul] [Créhen] [Dinan] [Duault] [Erquy] [Fréhel] [Glomel] [Grâces] [Guingamp] [Gurunhuel] [Le Haut-Corlay] [Hénanbihen] [Kerbors] [Lamballe] [Lanfains] [Langoat] [Lanleff] [Lanmérin] [Lanmodez] [Lannion] [Lanvallay] [Lanvellec] [Lanvollon] [Léhon] [Lézardrieux] [Locarn] [Loc-Envel] [Loguivy-Plougras] [Lohuec] [Louannec] [Louargat] [Maël-Carhaix] [Matignon] [Le Merzer] [Minihy-Tréguier] [Le Moustoir] [Paimpol] [Paule] [Pédernec] [Penvénan] [Perros-Guirec] [Planguenoual] [Pléboulle] [Plédéliac] [Plélo] [Pléneuf-Val-André] [Pleslin-Trigavou] [Plestin-les-Grèves] [Pleubian] [Pleumeur-Bodou] [Pleumeur-Gautier] [Plévenon] [Plévin] [Ploëzal] [Plouaret] [Ploubalay] [Ploubazlanec] [Ploubezre] [Plougonver] [Plougras] [Plougrescant] [Plouguiel] [Plouisy] [Ploulec'h] [Ploumilliau] [Plounérin] [Plounévez-Moëdec] [Plounévez-Quintin] [Plourac'h] [Plouzélambre] [Plufur] [Plusquellec] [Pluzunet] [Quintin] [La Roche-Derrien] [Rospez] [Rostrenen] [Saint-Agathon] [Saint-Brandan] [Saint-Brieuc] [Saint-Cast-le-Guildo] [Saint-Denoual] [Saint-Jean-Kerdaniel] [Saint-Lormel] [Saint-Michel-en-Grève] [Saint-Nicolas-du-Pélem] [Saint-Quay-Perros] [Tonquédec] [Trébeurden] [Trébrivan]

 

Trébrivan

Petite commune du sud-ouest des Côtes-d'Armor, Trébrivan (683 habitants) est située dans le Poher, à huit kilomètres au nord-est de Carhaix et à quarante-trois km au sud-ouest de Guingamp.

Traversée par la voie romaine Carhaix-Corseul, Trébrivan est issue du démembrement de la paroisse primitive de Plouguer. Le premier bourg est fondé avant le XIe s. au Moustoir.

Sous l'Ancien Régime, Trébrivan relève religieusement du diocèse de Cornouaille et du doyenné de Maël-Carhaix, et, civilement, de la subdélégation et du ressort de Carhaix.

En 1843, la paroisse de Trébrivan perd la succursale de Treffrin. 

Le 29 juin 1944, des soldats allemands, aidés par des miliciens du Bezen Perrot, y organisent une rafle de résistants.

L'église Notre-Dame-de-Pitié

Le monument aux morts

 

L'église Notre-Dame-de-Pitié

L'église actuelle a remplacé au XIXe s. un édifice du XVe ou XVIe s. Sa construction s'est faite en deux étapes : Henri Guérin a bâti le chevet et le transept entre 1872 et 1873 et la nef a été édifiée entre 1887 et 1889 par Ernest Le Guerrannic.

  

  

Le porche sud est un réemploi du XVe s.

  

De même que la porte nord.

Voici également le portail occidental.

Enfin ici le chevet et son fenestrage.

Le monument aux morts

Encadré par deux statues représentant des chevaliers, il comprend dans sa partie supérieure une pietà récupéré sur le calvaire de la chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté de Loconan, élevé au XIXe s.