[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Argol] [Berrien] [Bolazec] [Botmeur] [Brasparts] [Brennilis] [Camaret-sur-Mer] [Carhaix-Plouguer] [Cast] [Chateaulin] [Châteauneuf-du-Faou] [Cléden-Poher] [Le Cloître-Pleyben] [Collorec] [Coray] [Crozon] [Dinéault] [Le Faou] [La Feuillée] [Gouézec] [Huelgoat] [Kergloff] [Kerlaz] [Landeleau] [Landevennec] [Lannédern] [Lanvéoc] [Laz] [Lennon] [Leuhan] [Locmaria-Berrien] [Locronan] [Lopérec] [Loqueffret] [Lothey] [Motreff] [Pleyben] [Ploéven] [Plomodiern] [Plonévez-du-Faou] [Plonévez-Porzay] [Plounévézel] [Plouyé] [Pont-de-Buis-lès-Quimerch] [Port-Launay] [Poullaouen] [Quéménéven] [Roscanvel] [Rosnoën] [Saint-Coulitz] [Saint-Goazec] [Saint-Hernin] [Saint-Nic] [Saint-Rivoal] [Saint-Ségal] [Saint-Thois] [Scrignac] [Spézet] [Telgruc-sur-Mer] [Trégarvan] [Trégourez]

 

Botmeur

Toute petite commune des monts d'Arrée, Botmeur (230 habitants) se trouve à soixante kilomètres à l'est de Brest, près des marais du Yeun Elez (où la légende situe l'une des portes de l'Enfer) et du réservoir Saint-Michel.

Le sommet de Tuchenn Kador (dit aussi signal de Toussaines), longtemps considéré comme le point culminant de la Bretagne (avec 384 mètres), est situé sur le territoire de la commune.

Démembrement de la paroisse primitive de Ploumenez (qui s'étendait sur le versant sud des monts d'Arrée), Botmeur, dépendit jusqu'en 1837 de la paroisse de Berrien. Elle ne fut érigée en commune qu'en 1851. Son nom lui vient du manoir de Botmeur, propriétés des seigneurs de la Marche.

L'église Saint-Eutrope

La croix du bourg

Le calvaire du cimetière

Le puits du Traon

Le puits de Kernevez

Le puits du bourg

Le monument aux morts

Les murs de schiste

Les attaches pour cheval

La tombe de Fanch Abgrall

 

L'église Saint-Eutrope-et-Saint-Isidore

De construction récente et de style néoroman, elle fut édifiée sur les plans de l'architecte Charles Chaussepied à l'emplacement d'une ancienne chapelle (qui dépendait du manoir des seigneurs de Botmeur) et bénie le 25 mars 1909. Endommagée par un incendie (9 juin 1934), elle fut restaurée et à nouveau consacrée le 25 mars 1935.

  

Le portail occidental rappelle les églises romanes médiévales.

Le porche latéral sud.

La croix du bourg

Haute de 2,30 m, elle est érigée au XVIIe s. Autrefois, les processions religieuses s'y terminaient.

Le calvaire du cimetière

Il a été élevé en 1933.

  

Le puits du Traon

Il est construit en 1812 par un déserteur du nom de Jean Fer, qui dut se cacher à la ferme du Kreisker jusqu'en 1803. Il y a gravé ses initiales, le symbole IHS, un calvaire et un ostensoir. Le puits est restauré en 2001.

Le puits de Kernevez

Le puits du bourg

Le monument aux morts

  

Les murs de schiste

Ce genre de muret, typique du XIXe s., se retrouve en divers endroits de la commune (ici au Traon). Le schiste, peu présent dans la commune, provenait de carrières situées à Commana et à Plounéour-Ménez.

Les attaches pour cheval

Datées du XIXe s., ces plaques incrustées dans les murs ornent encore plusieurs maisons du bourg.

La tombe de Fanch Abgrall

Né en 1907 à Botmeur, François, dit Fanch, Abgrall, fut journaliste (Ouest-Eclair, La Dépêche de Brest et de l'Ouest, Le Pays breton). Intronisé barde par le Gorsedd en 1928, il est l'auteur d'un recueil de poèmes en breton et en français (Luch'ed ha moged - Eclairs et fumée) et deux romans (Et moi aussi, j'ai eu vingt ans et Alan Kerven), dans lesquels l'écrivain décrit la vie paysanne du début du XXe s. et dévoile ses monts d'Arrée et le marais du Yeun Elez. Il meurt de la tuberculose en 1930, à seulement vingt-trois ans. Les quatre buissons de buis entourant la tombe est un symbole des bardes.