[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Argol] [Berrien] [Bolazec] [Botmeur] [Brasparts] [Brennilis] [Camaret-sur-Mer] [Carhaix-Plouguer] [Cast] [Chateaulin] [Châteauneuf-du-Faou] [Cléden-Poher] [Le Cloître-Pleyben] [Collorec] [Coray] [Crozon] [Dinéault] [Le Faou] [La Feuillée] [Gouézec] [Huelgoat] [Kergloff] [Kerlaz] [Landeleau] [Landevennec] [Lannédern] [Lanvéoc] [Laz] [Lennon] [Leuhan] [Locmaria-Berrien] [Locronan] [Lopérec] [Loqueffret] [Lothey] [Motreff] [Pleyben] [Ploéven] [Plomodiern] [Plonévez-du-Faou] [Plonévez-Porzay] [Plounévézel] [Plouyé] [Pont-de-Buis-lès-Quimerch] [Port-Launay] [Poullaouen] [Quéménéven] [Roscanvel] [Rosnoën] [Saint-Coulitz] [Saint-Goazec] [Saint-Hernin] [Saint-Nic] [Saint-Rivoal] [Saint-Ségal] [Saint-Thois] [Scrignac] [Spézet] [Telgruc-sur-Mer] [Trégarvan] [Trégourez]

 

Chateaulin

Petite ville du Centre-Finistère, Châteaulin (5 337 habitants) est située sur l'Aulne (près de son embouchure), entre Brest (à quarante-cinq kilomètres) et Quimper (à vingt-neuf km).

Site d'un poste romain et lieu de refuge de saint Idunet, disciple de saint Guénolé (VIe s.), la ville actuelle trouve son origine dans un château, édifié au Xe s. sur une butte isolée par le comte de Cornouaille Budic Castellin. En 1066, la châtellenie de Châteaulin tombe entre les mains des ducs de Bretagne. Vers 1250, un grand mur de trente-deux kilomètres de long est construit autour du domaine ducal. Au XVe s., le bourg qui s'est développé au pied du château (incendié par les Anglais en 1373, puis abandonné) s'unit aux villages de Loguionnet (siège d'un prieuré dépendant de l'abbaye de Landévennec à partir du XIIe s.) et de Lostrat.

Le premier pont sur l'Aulne est construit au XIIIe s., tandis qu'une pêcherie de saumon est implantée dans la ville dès le XIe s. (accordée à l'abbaye de Landévennec).

Siège d'une sénéchaussée royale (1552), dont la juridiction s'étend sur vingt-sept paroisses, la ville est l'un des centres de la révolte des Bonnets rouges (9 juin 1675).

Jusqu'au Concordat de 1801, la paroisse dépend de l'ancien diocèse de Cornouaille. En 1840, la commune cède une partie de son territoire pour permettre la création de Port-Launay.

Gros bourg assoupi, Châteaulin ne reprend véritablement vie qu'à partie du milieu du XIXe s. : l'ouverture du canal de Nantes à Brest (1836) et l'arrivée du chemin de fer (1864) entraînent un nouvel aménagement de ville et de nouvelles constructions. Grâce à la construction d'une usine hydroélectrique à Saint-Coulitz, Châteaulin fut la troisième ville de France électrifiée et la première dans l'Ouest (1887). 

Les vestiges du château médiéval

La chapelle Notre-Dame

La chapelle Notre-Dame-de-Kerluan

La chapelle Saint-Compars

La porte triomphale de la chapelle Notre-Dame

Le calvaire de la chapelle Notre-Dame

Le calvaire de la chapelle de Lospars

La croix de Kergudon

Les chaumières du XVIIe s.

La mairie

Le viaduc ferroviaire

Le monument du Maquis de Pen-ar-Pont

La plaque du maquis de la chapelle de Kerluan

 

Les vestiges du château médiéval

De la forteresse, située au-dessus de la chapelle Notre-Dame, seule subsiste la base du donjon, bâti au XIIe ou au XIIIe s. Le château fut détruit par les Anglais en 1373. Le site est choisi pour accueillir un hospice dès 1689.

  

La chapelle Notre-Dame

Edifiée à la fin du XIIIe s. sur les hauteurs dominant l'une des courbes de l'Aulne, elle servait à l'origine de chapelle pour le château voisin (aujourd'hui disparu). Remaniée à plusieurs reprises entre le XVe et le XVIIIe s. et restaurée en 1860, elle demeure l'église principale du vieux Châteaulin (vieux bourg) jusqu'au début du XVIIIe s. La plus grande partie des murs extérieurs date du XVIe s.

Le clocher à balustrade, lanternon et dôme octogonal (accosté de clochetons) est réalisé en 1753 par l'atelier d'Estienne Salaun de Pleyben.

  

Installé dans l'angle sud-ouest de l'édifice, l'ossuaire d'attache date du XVIe s. On y trouve cinq arcades gothiques, deux niches aux extrémités et deux bénitiers destinés aux fidèles venant prier leurs ancêtres.

Le porche sud est rebâti de 1721 à 1722. Le fronton, encadré de deux clochetons, comprend une niche à pilastres et coquille abritant une Vierge à l'Enfant ainsi qu'un cadran solaire. Autrefois trois autres statues (Annonciation, Vierge Mère et ?) se trouvaient dans les niches surmontant la porte du fond du porche.

  

Le portail sud a conservé son caractère gothique du XVIe s.

Encadrée de pilastres et surmontée d'une Vierge à l'Enfant, la porte occidentale, à arc surbaissée, est réalisée en 1753.

  

Voici le chevet avec abside à pans coupés de style Beaumanoir. L'un des rampants porte la date de 1691.

Le fenestrage sud (flamboyant) et celui du chevet.

  

Enfin quelques décorations extérieures.

La chapelle Notre-Dame-de-Kerluan

Elle est construite au sommet d'une boucle de l'Aulne au XVIe s. et restaurée au XVIIIe (pignon ouest) et XIXe s. (longère sud). Le chevet est rebâti en 1713. L'édifice ayant été consacrée à la Vierge allaitante, les femmes qui venaient d'accoucher venaient autrefois y prier pour demander d'avoir assez de lait.

Couronné d'un dôme à lanternon, le clocher à deux étages est de style Renaissance.

  

Le portail occidental, d'origine, comporte trois rangées de voussures.

Rattachée au pignon sud-est, la sacristie de forme octogonale a été ajoutée en 1734.

Voici enfin les fenestrages du chevet et du bas-côté nord.

  

Et ceux de la façade méridionale

  

La chapelle Saint-Compars

Elle est bâtie au XVIe s. dans la trêve de Lospars. La reconstruction réalisée de 1699 à 1701 lui a fait perdre ses bas-côtés et son transept.

Le clocheton Renaissance date du XVIIIe s.

  

Les portes ouest, sud et nord.

  

La porte triomphale de la chapelle Notre-Dame

Elle date de la fin du XVe s.

  

Le calvaire de la chapelle Notre-Dame

Erigé à la fin du XVe s., ce calvaire, haut de six mètres, dévoile sur l'une de ses faces le classique Christ en Croix, entouré de saint Jean, de la Vierge et des larrons, et sur l'autre le Jugement dernier. Cette scène, assez peu courante, représente le Christ, assis sur un arc-et-ciel et surmonté d'une banderole (« Garde. qu'il fera ce . estan. jugera »), accueillant les morts sortant de leur tombeau au son de la trompe jouée par un ange.

Le calvaire de la chapelle de Lospars

Mesurant 4,50 m de haut, il date du XVe s., à l’exception du socle (1645). Le Crucifix est encadré par saint Jean et la Vierge. Au revers figure une Pietà.

  

La croix de Kergudon

Haute de cinq mètres, elle est élevée en 1946. Elle porte le nom en breton des douze Apôtres.

Les chaumières du XVIIe s.

Ces trois demeures alignées servaient probablement au prêtre de la chapelle Notre-Dame voisine. L'une d'entre elles a peut-être été utilisé comme hospice. La plus grande porte la date de 1683, tandis que les deux plus petites ont conservé leur toit de chaume.

La mairie

Construite en 1925 par l'architecte quimpérois Charles Chaussepied, elle comporte un beffroi, peu courant en Bretagne.

  

Le viaduc ferroviaire

Enjambant l'Aulne, ce viaduc fut construit en 1906 pour permettre la jonction entre les lignes de chemin de fer Quimper-Brest et Châteaulin-Carhaix. Il comprend onze arches. Il sert aujourd'hui de pont routier à sens unique.

Le monument du Maquis de Pen-ar-Pont

Formé le 12 octobre 1943 dans la grotte de Roz Divez par trois Belges engagés à Brest par l'organisation Todt, le maquis de Pen-ar-Pont - Beuzit - Keralliou participa à l'attaque de la prison Saint-Charles à Quimper le 12 mars 1944. Trahis par l'un des leurs, douze des F.T.P. furent capturés par les Allemands le 26 avril 1944 (sept d'entre eux seront fusillés à Fouesnant le 15 mai 1944, les autres disparaissant à tout jamais).

La plaque du maquis de la chapelle de Kerluan

Placée à l'entrée de l'enclos, elle honore la mémoire du second maquis de Bretagne, celui de Penarpont-Beuzit, établi en octobre 1943.