[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bodilis] [Botsorhel] [Carantec] [Cléder] [Le Cloître-Saint-Thégonnec] [Commana] [Garlan] [Guerlesquin] [Guiclan] [Guimaëc] [Guimiliau] [Henvic] [Ile de Batz] [Lampaul-Guimiliau] [Landivisiau] [Lanhouarneau] [Lanmeur] [Lannéanou] [Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec] [Locmélar] [Locquénolé] [Locquirec] [Mespaul] [Morlaix] [Pleyber-Christ] [Plouégat-Guérand] [Plouégat-Moysan] [Plouénan] [Plouescat] [Plouezoc'h] [Plougar] [Plougasnou] [Plougonven] [Plougoulm] [Plougourvest] [Plouigneau] [Plounéour-Ménez] [Plounéventer] [Plounévez-Lochrist] [Plourin-lès-Morlaix] [Plouvorn] [Plouzévédé] [Le Ponthou] [Roscoff] [Saint-Derrien] [Sainte-Sève] [Saint-Jean-du-Doigt] [Saint-Martin-des-Champs] [Saint-Pol-de-Léon] [Saint-Sauveur] [Saint-Servais] [Saint-Thégonnec] [Saint-Vougay] [Santec] [Sibiril] [Sizun] [Taulé] [Tréflaouénan] [Tréflez] [Trezilidé]

 

Cléder

Commune léonarde, bordée par la Manche, Cléder (3 641 habitants), est située à cinquante-cinq kilomètres au nord-est de Brest.

Démembrement de la paroisse primitive de Plouescat au Moyen Age, le territoire de Cléder abritait  notamment les seigneuries de Kergournadeac'h, de Tronjoly et de Kermenguy.

L'ordre des hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem possédait un prieuré à Brélévenez (« mont de la joie »).

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

La chapelle Sainte-Anne de Kerfissien

Les deux croix de la fontaine Saint-Ké

Le calvaire du cimetière

La fontaine Saint-Ké

Le château ruiné de Kergournadeac'h

Le manoir de Tronjoly

avec sa chapelle et son colombier

Le corps de garde des Amiets

Le monument aux morts

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Construite à l'emplacement de l'ermitage fondé par l'Irlandais saint Ke au Ve s., l'église du XVIIe s. bâtie par les seigneurs de Kergournadéac'h est à l'état de ruine à la fin du siècle suivant et l'office religieux doit être transféré ailleurs (grange, puis, à partir de 1817, chapelle du cimetière). Réalisé selon les plans de l'architecte Robinet, le bâtiment actuel est reconstruit à partir de 1789 mais, les travaux étant interrompus durant la Révolution, il n'est achevé qu'en 1830.

L'édifice a conservé son clocher de style léonard à double galerie, édifié entre 1697 et 1700.

  

Le portail de la façade occidentale est surmonté d'une statue de saint Ke.

  

Voici en fin le chevet, avec son fenestrage et l'une de ses gargouilles.

  

 La chapelle Sainte-Anne de Kerfissien

Oeuvre des architectes de Le Jane et Lafforest, cet édifice moderne fut construit à Kerfissien en cinq mois et béni le 12 octobre 1950. Il aurait été édifié avec des pierres provenant de l'ancien manoir de Mezormel, en Saint-Vougay.

Le clocher-mur mesure dix-huit mètres de haut.

  

Les deux croix de la fontaine Saint-Ké

Ces deux petites croix monolithes datent du Moyen Age.

Le calvaire du cimetière

Haut de six mètres, il date de 1888 et peut probablement être rattaché aux oeuvres de Larc'hantec..

  

La fontaine Saint-Ké

Restaurée en 1989, cette fontaine, située à Leslaou, fait l'objet d'un pardon, le premier dimanche de juillet.

Le château ruiné de Kergournadéac'h

Sur l'emplacement d'un ancien château-fort, Olivier et François de Kerc'hoent, seigneurs de Kergournadéac'h (qui prétendaient descendre du seigneur Nuz de Cléder, du VIe s.), firent édifier cet édifice entre les années 1590 et 1620 dans un style qui, tout en conservant le plan du donjon médiéval, devait rappeler le château voisin de Kerjean. Il devint en 1726 la propriété de Mathieu Pinsonneau.

Selon la légende, la veuve de ce dernier, la marquise de Granville, serait la responsable de la ruine de l'édifice, dans la seconde moitié du XVIIIe s. : craignant qu'une aussi belle demeure n'éloigne son fils de la cour du roi, elle aurait fait démonter les toitures et les planchers et abattre les murs intérieurs. Une partie des pierres servit à la construction des églises de Plounévez-Lochrist et de Plouider.

Le château tomba ensuite entre les mains des familles de Hautefort, de Maillé et, enfin, des comtes de Guébriant (1878).

Le manoir de Tronjoly

Construit à partir de 1535 par Christophe de Kergoët, le bâtiment est composé d'un corps de logis flanqué de deux ailes latérales, l'aile orientale étant la plus ancienne. La cour d'honneur, où trône une vasque de style italien, est délimitée par une terrasse à balustrade.

Cette épigraphe se trouve sur un mur d'angle de la cour

Sur la terrasse se trouve une chapelle datant du XIXe s.

Les terres de Tronjoly comprennent également un colombier.

Le corps de garde des Amiets

Utilisé par trois ou quatre hommes chargés de surveiller et de prévenir une descente anglaise, ce petit corps de garde fut édifié en 1744 pour servir de relais entre ceux de Lavillo et de Théven Bras.

La petite cheminée et la vue donnant donnant par la fenêtre ouest (vers Plouescat).

Le monument aux morts

Il est situé dans le cimetière.