[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Arzano] [Audierne] [Bannalec] [Baye] [Bénodet] [Beuzec-Cap-Sizun] [Briec] [Cléden-Cap-Sizun] [Clohars-Carnoët] [Clohars-Fouesnant] [Combrit] [Concarneau] [Confort-Meilars] [Douarnenez] [Edern] [Elliant] [Ergué-Gabéric] [Esquibien] [La Forêt-Fouesnant] [Fouesnant] [Gouesnac'h] [Goulien] [Gourlizon] [Guengat] [Guiler-sur-Goyen] [Guilligomarc'h] [Le Guilvinec] [Ile-Tudy] [Le Juch] [Landrévarzec] [Landudal] [Landudec] [Langolen] [Loctudy] [Locunolé] [Mahalon] [Melgven] [Mellac] [Moëlan-sur-Mer] [Névez] [Penmarc'h] [Peumerit] [Pleuven] [Plobannalec-Lesconil] [Plogastel-Saint-Germain] [Plogoff] [Plogonnec] [Plomelin] [Plomeur] [Plonéis] [Plonéour-Lanvern] [Plouhinec] [Plovan] [Plozévet] [Pluguffan] [Pont-Aven] [Pont-Croix] [Pont-l'Abbé] [Pouldergat] [Pouldreuzic] [Poullan-sur-Mer] [Primelin] [Querrien] [Quimper] [Quimperlé] [Rédené] [Riec-sur-Belon] [Rosporden] [Saint-Evarzec] [Saint-Jean-Trolimon] [Saint-Thurien] [Saint-Yvi] [Scaër] [Tourch] [Treffiagat] [Tréguennec] [Trégunc] [Tréméoc] [Tréméven] [Tréogat] [Le Trévoux]

 

Clohars-Carnoët

Grosse commune du sud-est du Finistère, Clohars-Carnoët (3 963 habitants) se trouve sur la rive occidentale de la Laïta, face au Morbihan, à vingt-trois kilomètres à l'ouest de Lorient et à cinquante-cinq km au sud-est de Quimper.

Baignée par l'Atlantique, la commune dispose de deux ports, Doëlan et le Pouldu, station balnéaire très fréquentée l'été, à l'embouchure de la Laïta. Le bourg principal est situé plus dans les terres.

La présence de monuments mégalithiques atteste d'une présence humaine lointaine.

Démembrement de la paroisse primitive de Mellac, Clohars-Carnoët naît entre le Xe et le XIe s., avec le défrichement de la forêt de Carnoët.

Vers 1037, les moines bénédictins de Sainte-Croix de Quimperlé établirent un prieuré à Doëlan et, en 1177, les cisterciens de Langonnet fondèrent l'abbaye Saint-Maurice sur les rives de la Laïta.

En octobre 1746, les Anglais quelques jours au Pouldu.

A la fin du XIXe s., certains peintres de l'école de Pont-Aven, dont Gauguin, s'installèrent au Pouldu. 

L'abbaye Saint-Maurice

L'église abbatiale en ruines

La salle capitulaire

L'Orangerie

La chapelle Saint-Maudez

La chapelle Sainte-Anne

Le calvaire de la chapelle Notre-Dame-de-la-Paix

Le calvaire de la chapelle Sainte-Anne de Doëlan

La croix de La Grange

Le calvaire de la côte du Pouldu

La fontaine du Dimanche

Le lavoir de Doëlan

Le moulin de Kercousquet

Le mât-pilote du Pouldu

Les phares de Doëlan

La maison de pêcheur de Doëlan

La buvette de la Plage

Le monument aux peintres du Pouldu

Les blockhaus du Pouldu

 

L'abbaye Saint-Maurice

Fondée en 1177 par saint Maurice, abbé de Langonnet, l'abbaye cistercienne de Clohars-Carnoët fut abandonnée sous la Révolution. Acquis par des particuliers, le monastère fut transformé en manoir. Le site fut en grande partie détruit lors des combats de libération de la poche de Lorient en 1945 (certains historiens locaux soupçonnent en fait des « résistants » d'avoir pillé et incendié les bâtiments).

L'église abbatiale en ruines : Les vestiges de l'église datent du XVIIe s. Elle fut entièrement reconstruite durant l'abbatiat de Guillaume Riou, qui respecta le plan cistercien d'origine ainsi que le style Renaissance en vogue à l'époque.

La salle capitulaire : Il s'agît de l'élément le plus ancien de l'abbaye. Bâtie à la fin du XIIIe s., cette salle était reliée à l'ancien cloître par une porte gothique et deux fenêtres en formes d'ogives, garnies de colonnettes.

  

L'Orangerie : Ce bâtiment date du XVIIIe s.

La chapelle Saint-Maudez

Construite à l'écart du village du Pouldu au XVe s. cette chapelle a été profondément transformée au XVIe s. (choeur, nef), agrandie au XVIIe s. (sacristie au nord, façade occidentale) et restaurée de 1973 à 1975. Sous l'Ancien Régime, elle dépendait du manoir de Pencleu (famille de Villeblanche). Le bâtiment était autrefois entouré d'un cimetière. La chapelle Saint-Maudez a servi de modèle aux peintres de la fin du XIXe s. (Gauguin, Filiger, etc.).

Le clocher à trois étages date du XVIIe s.

  

Voic la porte sud et la porte cintrée ouest.

  

Enfin ici le fenestrage ogival du chevet.

 

 

La chapelle Sainte-Anne

Construit à Doëlan en 1951 par l'architecte Pierre Brunerie, cet édifice a remplacé l'ancienne chapelle du prieuré de Saint-Gurthiern, fondé en 1037.

  

  

Le calvaire de la chapelle Notre-Dame-de-la-Paix

Haut de cinq mètres, ce calvaire, élevé au XVe s., présente un socle-autel et les statues du Christ encroix de la vierge et de saint Jean. Tout comme sa chapelle, il a été érigé à l'origine à Nizon (aujourd'hui en Pont-Aven).

  

Le calvaire de la chapelle Sainte-Anne de Doëlan

Haut de 1,70 m, ce calvaire réalisé au XVIe s. provient de l'abbaye Saint-Maurice. Quatre statues très abimées sont accàolées au fût : la plus grande représente saint Maurice, les trois autres saint Jean, la Vierge à l'Enfant et un archange

  

La croix de La Grange

Située à Doëlan, près de la chapelle Sainte-Anne, cette croix monolithique du XVIe s. mesure 2,50 m de haut.

Le calvaire de la côte du Pouldu

Ce monument a été érigé en 1901 afin de remercier Notre-Dame-de-Lourdes pour une guérison.

  

La fontaine du Dimanche

De facture très simple, elle est située dans la forêt domaniale du Toulfoën.

Le lavoir de Doëlan

Le moulin de Kercousquet

Situé au Pouldu, ce moulin est construit au XVIe s. par les moines de Sainte-Croix de Quimperlé. Il est restauré en 1995.

Le mât pilote du Pouldu

Inventé par l'officier de marin Fénoux, ce sémaphore civil est construit de 1847 à 1848 à l'embouchure de la Laïta, à l'emplacement d'anciennes défenses. Servant à diriger les navires lorsque le mauvais temps empêchait le pilote de sortir, il était équipé sur la tour d'un mât haut de quinze mètres et surmonté d'une flèche que l'on pouvait orienter depuis le sol. Le bâtiment ne sert plus à partir de 1924.

Les phares de Doëlan

Construits en 1861 par un entrepreneur de Quimperlé, Charles Dubreuil, le feu vert et le feu rouge sont alignés afin de faciliter l'accès au port. Le phare postérieur est rehaussé de 3,5 m (pour atteintre 13,50 m) et électrifié en 1934.

La maison de pêcheur de Doëlan

Construite par la famille Goulven, cette demeure typique, toute en hauteur, date du XIXe s.

La Buvette de la Plage

Ce bâtiment du début du XXe s., inauguré au Pouldu en 1989, est une reconstitution de la véritable auberge de Marie Henry, située à quelques mètres de là. « Marie-Poupée » y accueillit de 1889 à 1890 les peintres Gauguin, Sérusier, Filiger et Meyer de Haan.

Le monument aux peintres du Pouldu

L'une des deux plaques porte la signature de Paul Gauguin, la seconde celles d'autres artistes de Pont-Aven et du Pouldu. Conçu par le président du syndicat d'initiative et le curé de Clohars, ce monument est situé dans le placitre de la chapelle Notre-Dame-de-la-Paix.

Les blockhaus du Pouldu

Ces éléments du Mur de l'Atlantique furent construits par l'occupant allemand durant la Seconde Guerre mondiale afin de protéger les côtes contre une éventuelle attaque alliée.