[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Arzano] [Audierne] [Bannalec] [Baye] [Bénodet] [Beuzec-Cap-Sizun] [Briec] [Cléden-Cap-Sizun] [Clohars-Carnoët] [Clohars-Fouesnant] [Combrit] [Concarneau] [Confort-Meilars] [Douarnenez] [Edern] [Elliant] [Ergué-Gabéric] [Esquibien] [La Forêt-Fouesnant] [Fouesnant] [Gouesnac'h] [Goulien] [Gourlizon] [Guengat] [Guiler-sur-Goyen] [Guilligomarc'h] [Le Guilvinec] [Ile-Tudy] [Le Juch] [Landrévarzec] [Landudal] [Landudec] [Langolen] [Loctudy] [Locunolé] [Mahalon] [Melgven] [Mellac] [Moëlan-sur-Mer] [Névez] [Penmarc'h] [Peumerit] [Pleuven] [Plobannalec-Lesconil] [Plogastel-Saint-Germain] [Plogoff] [Plogonnec] [Plomelin] [Plomeur] [Plonéis] [Plonéour-Lanvern] [Plouhinec] [Plovan] [Plozévet] [Pluguffan] [Pont-Aven] [Pont-Croix] [Pont-l'Abbé] [Pouldergat] [Pouldreuzic] [Poullan-sur-Mer] [Primelin] [Querrien] [Quimper] [Quimperlé] [Rédené] [Riec-sur-Belon] [Rosporden] [Saint-Evarzec] [Saint-Jean-Trolimon] [Saint-Thurien] [Saint-Yvi] [Scaër] [Tourch] [Treffiagat] [Tréguennec] [Trégunc] [Tréméoc] [Tréméven] [Tréogat] [Le Trévoux]

 

Combrit

A mi-chemin entre Pont-l'Abbé et Bénodet, Combrit (3 364 habitants) est située à dix-huit kilomètres au sud de Quimper, en plein Pays Bigouden.

Bordée par l'Atlantique, la commune comporte un port de plaisance, Sainte-Marine, sur la rive droite de l'embouchure de l'Odet, face à Bénodet.

Vieille paroisse bretonne, Combrit fut touchée par la Révolte des Bonnets rouges et son église décapitée (1675).

L'église Saint-Tugdual

La chapelle Sainte-Marine

La chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté

Le fort de Sainte-Marine

L'abri de garde-côtes de Sainte-Marine

La fontaine Notre-Dame-de-la-Clarté

La fontaine-lavoir de Kerharo

Le colombier de Kerscuntec

Le phare de Sainte-Marine

L'Abri du marin

Les tombes du Commonwealth

Les blockhaus de Sainte-Marine

Le monument aux morts

L'église Saint-Tugdual

Situé au coeur d'un enclos, l'édifice est bâti à la fin du XVIe s., puis restauré au XVIIe (base de la tour) et XVIIIe s. La sacristie date de 1723.

  

Abattu par l'armée royale lors de la révolte des Bonnets rouges (1675), le clocher est reconstruit en 1774.

  

Un ossuaire d'attache est accolé en 1700 au porche méridional, de style classique.

Le portail occidental, avec fronton, date de 1663. La porte nord est de facture plus simple.

  

La chapelle Sainte-Marine

Construite au bord de la rivière, face à Bénodet, au XVIe s. grâce aux dons des pêcheurs locaux, elle est agrandie en 1962 avec la réutilisation de pierres provenant d'une autre chapelle en ruine. La porte du pignon occidental est un remploi du XVe s. Elle changea plusieurs fois de nom : elle est d'abord dédiée à saint Moran, puis à sainte Maraine (XVIIe s.) et enfin sainte Marine.

Rajoutée au XVIIIe s., la sacristie, accolée au chevet, donne sur l'aile nord. Sur son côté septentrional, un escalier mène à la porte y donnant accès.

La chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté

Edifiée au XVIe s., elle est d'abord dédiée à saint Vennec. Elle est profondément modifiée et restaurée au XVIIe s. et en 1904 (nef), tandis qu'une sacristie est ajoutée au XVIIIe s. La chapelle a été en partie endommagée par un incendie en 1824. Les parties les plus anciennes encore visibles sont le transept et le choeur. On y voit encore les armes de deux familles seigneuriales de Combrit, les Kelazret du Cosquer et les Penmorvan de Kerfoull. Organisé le deuxième dimanche de septembre, le pardon attirait un grand nombre de pèlerins et de personnes atteintes par des maladies des yeux (l'eau de sa fontaine avait la réputation d'être miraculeuse).

Voici le portail occidental, le plus ancien.

La date de 1761 est inscrite au-dessus du portail méridional.

Le fort de Sainte-Marine

Entouré d'un large fossé, ce fort est édifié en 1862 à la pointe de Combrit pour défendre l'embouchure de l'Odet.Il est long de vingt-quatre mètres et large de quinze.

L'abri de garde-côtes de Sainte-Marine

Bien que surnommé « Ti Napoléon », ce bâtiment date du XVIIIe s. Surveillant l'embouchure de l'Odet, il était équipé de trois canons de 8. Il fut reconverti en abri douanier en 1817.

La fontaine Notre-Dame-de-la-Clarté

Egalement appelée fontaine Saint-Vennec, elle date du XVIe s. Son eau était réputée soigner les maladies des yeux.

La fontaine-lavoir de Kerharo

Situé sur les anciennes terres seigneuriales du Coquer, cet ensemble, bâtie entre le XVIIe et le XVIIIe s. comprend une grande bâtisse en pierre protégeant la source. La comtesse de Palikao fit construire en 1897 un système de canalisation long de plus de cinq kilomètres afin de fournir les habitants de l'Ile-Tudy en eau potable provenant de cette fontaine.

  

Le colombier de Kerscuntec

Construit au XVIe s., il dépendait de l'ancien château du Cosquer, détruit en 1975. Il est acquis et restauré par le Conservatoire du littoral en 1989. Selon une légende les marais voisins seraient hantés par un cheval blanc, enterré en 1870 sous le colombier par le comte de Palikao (lors des travaux de restauration, le squelette d'un cheval y a été découvert).

  

 Le phare de Sainte-Marine

Situé sur la pointe de Combrit, près du petit port de Sainte-Marine, ce phare est construit en 1884. La tourelle est haute de dix-sept mètres et le feu a une portée de dix milles nautiques.

L'Abri du marin

Ce bâtiment a été construit en 1910 pour l'association d'aide aux marins pêcheurs bretons, créée par Jacques de Thézac en 1900. Il a fermé en 1985.

Les tombes du Commonwealth

Le cimetière de Combrit abrite les sépultures de deux aviateurs britanniques, dont l'appareil fut abattu le 30 juin 1944.

  

Les blockhaus de Sainte-Marine

Ils faisaient partie du disposif défensif du mur de l'Atlantique.

Le monument aux morts