[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Arzano] [Audierne] [Bannalec] [Baye] [Bénodet] [Beuzec-Cap-Sizun] [Briec] [Cléden-Cap-Sizun] [Clohars-Carnoët] [Clohars-Fouesnant] [Combrit] [Concarneau] [Confort-Meilars] [Douarnenez] [Edern] [Elliant] [Ergué-Gabéric] [Esquibien] [La Forêt-Fouesnant] [Fouesnant] [Gouesnac'h] [Goulien] [Gourlizon] [Guengat] [Guiler-sur-Goyen] [Guilligomarc'h] [Le Guilvinec] [Ile-Tudy] [Le Juch] [Landrévarzec] [Landudal] [Landudec] [Langolen] [Loctudy] [Locunolé] [Mahalon] [Melgven] [Mellac] [Moëlan-sur-Mer] [Névez] [Penmarc'h] [Peumerit] [Pleuven] [Plobannalec-Lesconil] [Plogastel-Saint-Germain] [Plogoff] [Plogonnec] [Plomelin] [Plomeur] [Plonéis] [Plonéour-Lanvern] [Plouhinec] [Plovan] [Plozévet] [Pluguffan] [Pont-Aven] [Pont-Croix] [Pont-l'Abbé] [Pouldergat] [Pouldreuzic] [Poullan-sur-Mer] [Primelin] [Querrien] [Quimper] [Quimperlé] [Rédené] [Riec-sur-Belon] [Rosporden] [Saint-Evarzec] [Saint-Jean-Trolimon] [Saint-Thurien] [Saint-Yvi] [Scaër] [Tourch] [Treffiagat] [Tréguennec] [Trégunc] [Tréméoc] [Tréméven] [Tréogat] [Le Trévoux]

 

Elliant

Gros bourg du Sud-Finistère, Elliant (3 177 habitants) est située en Cornouaille, entre les vallées de l'Odet et du Jet, à seize kilomètres à l'est de Quimper.

Plusieurs vestiges et découvertes archéologiques attestent d'une occupation humaine du territoire au Néolithique. Celle-ci se poursuit à l'âge du fer (Gaulois) et à l'époque gallo-romaine, la région étant traversée par plusieurs voies romaines (Quimper-Rennes, Concarneau-Carhaix, Carhaix-Quimper).

Paroisse primitive fondée par les immigrés bretons dès le Ve ou le VIe s., Elliant englobait également à l'origine les territoires de Rosporden, Saint-Yvi et une partie d'Ergué-Gabéric.

Principaux détenteurs du pouvoir dans la paroisse à l'époque médiévale, les seigneurs de Tréanna possédaient un droit de haute justice.

Troisième cure la plus riche de l'ancien diocèse de Cornouaille, la paroisse d'Elliant est connue pour avoir subi une violente épidémie de peste à une date non déterminée, évoquée dans la littérature (Barzaz Breiz de la Villemarqué) et l'art (tableau de Duveau au musée de Quimper).

Commune agricole prospère, elle compte plus de 4 000 habitants à la fin du XIXe s., avant de perdre de son importance au XXe s. 

La stèle de la rue Pasteur

La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours

La croix du cimetière

La fontaine de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours

La maison de Calan

La maison du 18, rue Neuve

La maison Kerneïs

Le portail du presbytère

La stèle de la Résistance

Le monument aux morts

 

La stèle de la rue Pasteur

Haute de 1,12 m, cette stèle est érigée par les Gaulois de l'âge du fer. La présence d'un trou en son sommet suggère une christianisation du monument au moyen d'une croix au Moyen Age.

La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours

Construite au XVIe s., elle est d'abord dédiée à Saint Roch, puis à Saint Cloud. A l'état de ruine en 1782, elle est restaurée vers 1843 avec les pierres de la chapelle Sain-Guénal.

  

Le portail occidental présente des moulures gothiques.

  

Tout comme le portail sud.

La croix du cimetière

Haute de cinq mètres, elle est érigée au XIXe s. Les fleurons tréflés présentent les instruments de la Passion. Le Crucifix en fonte est rajouté à l'occasion de la mission de 1937.

  

La fontaine de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours

Elle est aussi appelée fontaine de Saint-Cloud.

La maison de Calan

Construit vers 1690 par Yves de La Lande de Calan, l'édifice est donné en 1859 aux religieuses du Saint-Esprit qui y établissent un établissement d'enseignement pour les jeunes filles et un dispensaire.

La maison du 18, rue Neuve

Elle comporte une lucarne portant la date de 1671.

La maison Kerneïs

Cette maison d'avant-garde est construite en 1923 par le célèbre architecte Charles Chaussepied. Elle a été agrandie par la suite.

Le portail du presbytère

A double porte, cochère et piétonne, ce portail présente des armoiries qui doivent appartenir à Jean de Tréanna. Celui-ci fut au début du XVe s. recteur d'Elliant et chanoine de la cathédrale de Quimper.

La stèle de la Résistance

Elle est dressée à la mémoire de Jean Georgelin, tué par les Allemands à Cosqueric le 16 juin 1944, dix jours après le Débarquement en Normandie.

Le monument aux morts

Inauguré en 1921, il a été conçu par l'architecte Chaussepied. Il forme un arc de triomphe s'ouvrant le cimetière.