[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Arzano] [Audierne] [Bannalec] [Baye] [Bénodet] [Beuzec-Cap-Sizun] [Briec] [Cléden-Cap-Sizun] [Clohars-Carnoët] [Clohars-Fouesnant] [Combrit] [Concarneau] [Confort-Meilars] [Douarnenez] [Edern] [Elliant] [Ergué-Gabéric] [Esquibien] [La Forêt-Fouesnant] [Fouesnant] [Gouesnac'h] [Goulien] [Gourlizon] [Guengat] [Guiler-sur-Goyen] [Guilligomarc'h] [Le Guilvinec] [Ile-Tudy] [Le Juch] [Landrévarzec] [Landudal] [Landudec] [Langolen] [Loctudy] [Locunolé] [Mahalon] [Melgven] [Mellac] [Moëlan-sur-Mer] [Névez] [Penmarc'h] [Peumerit] [Pleuven] [Plobannalec-Lesconil] [Plogastel-Saint-Germain] [Plogoff] [Plogonnec] [Plomelin] [Plomeur] [Plonéis] [Plonéour-Lanvern] [Plouhinec] [Plovan] [Plozévet] [Pluguffan] [Pont-Aven] [Pont-Croix] [Pont-l'Abbé] [Pouldergat] [Pouldreuzic] [Poullan-sur-Mer] [Primelin] [Querrien] [Quimper] [Quimperlé] [Rédené] [Riec-sur-Belon] [Rosporden] [Saint-Evarzec] [Saint-Jean-Trolimon] [Saint-Thurien] [Saint-Yvi] [Scaër] [Tourch] [Treffiagat] [Tréguennec] [Trégunc] [Tréméoc] [Tréméven] [Tréogat] [Le Trévoux]

 

Guilligomarc'h

Petite commune du sud-est du Finistère, Guilligomarc'h (657 habitants) est située à la frontière avec le Morbihan, entre les vallées de l'Ellée et du Scorff, à vingt-six kilomètres au nord de Lorient.

La commune abrite le site spectaculaire des « roches du diable », le long du cours de l'Ellé.

La présence de mégalithes (cromlechs), aujourd'hui disparus, atteste d'une occupation humaine importante du territoire au Néolithique. Celle-ci se poursuit à l'âge des métaux et à l'époque gallo-romaine.

Annexée au XIVe s. ou au XVe s. par Arzano, la paroisse de Guilligomarc'h releva du diocèse de Vannes jusqu'au Concordat de 1801, date à laquelle elle fut rattachée à l'évêché de Quimper-Léon. De 1801 à 1815, Guilligomarc'h fut rattachée religieusement à Arzano.

Le curé constitutionnel de Guilligomarc'h, Cabon, fut assassiné par des chouans le 23 novembre 1794, peut-être à l'initiative de son prédécesseur, le réfractaire J. Le Guennec.

Un pardon des chevaux y fut établi en 1880.

Au XXe s., l'exode rural a fait à la commune les deux-tiers de ses habitants.

La chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté

La fontaine Notre-Dame-de-la-Clarté

 

La chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté

Elle est bâtie au village de Saint-Eloi au XVIe s. Les contreforts d'angles présentent des pinacles sculptés et des rampants à crochets.

Le clocher est de construction plus récente que le reste de l'édifice.

  

Les portails ouest et sud, à accolades, sont encadrés de pinacles avec pilastres. Celui de la façade méridionale est surmontée d'un Christ en croix.

  

Voici les fenestrages du chevet et de la chapelle nord. Des fleurs de lys décorent ces deux baies, de même que celle de la chapelle Sud.

  

La sacristie est percée d'une fenêtre à accolades.

La fontaine Notre-Dame-de-la-Clarté

Abritant une Vierge à l'Enfant, elle est située non loin de la chapelle du même nom. Son eau avait autrefois la réputation de guérir les problèmes de vue.