[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Guissény

Petite commune du Nord-Finistère baignée par la Manche, Guissény (1 796 habitants) est située dans le Bas-Léon et en « pays pagan », à trente-cinq kilomètres au nord de Brest.

A l'ouest de la commune s'étend le site naturel de la Palud, avec l'étang saumâtre du Curnic.

Des fouilles archéologiques ont permis de montrer une occupation très ancienne du territoire.

Démembrement de la paroisse primitive de Plouseny, Guissény aurait été fondée à la fin du Ve s. par le moine irlandais saint Sezni. Elle englobait également à l'origine les territoires de Kerlouan et de Saint-Frégant.

Un prieuré, mentionné à la fin du XVIIe s., est établi à Saint-Gildas.

Jusqu'au Concordat de 1801, la paroisse releva de l'ancien diocèse de Léon. Elle dépendait de l'archidiaconé de Kemenet-Ily.

Les habitants des communes littorales de la région avaient la réputation d'être des naufrageurs, allumant des feux la nuit pour faire échouer les navires afin de les piller. 

La stèle de Saint-Gildas

Le corps de garde du Dibennou

La chapelle Notre-Dame-des-Carmes

La croix de la Grève

La fontaine de Saint-Gildas

La fontaine de Brendaouëz

 

La stèle de Saint-Gildas

Elle fut érigée par les hommes de l'age du Fer.

Le corps de garde du Dibennou

Faisant partie de l'ensemble conçu par Vauban pour protéger les côtes françaises, il est construit à la fin du XVIIe s. à la pointe du Dibennou pour surveiller l'entrée de la baie de Guissény.

L'entrée de la baie vue depuis l'une des fenêtres du corps de garde

La chapelle Notre-Dame-des-Carmes

Fondé par les seigneurs de Penmarc'h, cet édifice est bâti en 1556 au village de Brendaouez en faveur des moines carmes. Modifiée et agrandie au XVIIe s. (1607 et 1656), la chapelle se trouve à l'état de ruine après la Révolution française et doit être presque entièrement reconstruite en 1874.

  

Le chevet.

Le portail occidental date de 1556.

La croix de la Grève

Erigée au XVe s. à Keriber, cette croix haute de sept mètres est déplacée en bord de mer au XIXe s. (elle porte la mention d'une mission en 1863 et d'un jubilé en 1868). Disposant d'une table d'offrande, le monument présent le blason de la famille de Poulpry.

  

La fontaine de Saint-Gildas

Construit au XVIIe s., ce petit édicule abrite la statue de saint Weltaz. Le blason (trois oisillons) représente les armes des seigneurs de Gouzillon.

  

La fontaine de Brendaouëz

Elle est située à proximité de la chapelle Notre-Dame-des-Carmes.