[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Le Drennec

Petite commune du nord-ouest du Finistère, Le Drennec (1 707 habitants) est située en Bas-Léon, entre l'Aber-Wrac'h et l'Aber-Benoît, à à vingt kilomètres au nord-est de Brest.

Son territoire est traversé du nord au sud par la voie romaine Aber-Wrac'h - Landerneau.

Démembrement de la paroisse de Plabennec, Le Drennec releva jusqu'au Concordat de 1801 de l'ancien diocèse de Léon ; sous l'Ancien Régime, elle dépendait de l'archidiaconé de Quemenedilly.

En 1793, la commune du Drennec absorba la paroisse de Bréventec (ancien prieuré de l'abbaye Saint-Mathieu). De 1790 à 1798, la trève de Landouzan exista en tant que commune à part entière.

La stèle "Pierre du dragon"

La stèle de la chapelle Saint-Mathieu

La chapelle Saint-Mathieu

La chapelle Saint-Ursin

Le calvaire de Loc-Mazé

La croix du Ruat

La croix de Loc-Mazé

Le monument aux morts

 

 La stèle "Pierre du dragon"

Située dans l'enclos de la chapelle Saint-Ursin, cette stèle hexagonale, qui date de l'âge du fer, est ainsi nommée car, selon la légende, saint Ursin y aurait attaché un dragon pour diriger la messe. Le monstre aurait ensuite été noyé dans un marais proche.

La stèle de la chapelle Saint-Mathieu

Cette pierre taillée, haute de 80 centimètres, prouve que le site était déjà un lieu de culte à l'âge du fer.

La chapelle Saint-Mathieu

Située à Loc-Mazé, elle fut construite au Moyen Age par la famille de Coëtélez comme prieuré du monastère de Saint-Mathieu. Reconstruit à la fin du XVIIIe s., l'édifice actuel, laissé à l'abandon en 1928, tomba en ruines et fut restauré à partir de 1979. Un pardon s'y déroule en août.

Le clocher, détruit par la foudre, fut rebâti en 1842.

  

La chapelle Saint-Ursin

Cet édifice est construit au village de Landouzan dans la première moitié du XVIe s., probablement à l’emplacement d’un bâtiment plus ancien et sur un site vénéré dès l’âge du fer (présence de stèles). La chapelle possédait autrefois son propre cimetière avec son arc triomphal. Elle tombe en ruines au début du XXe s. suite à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Ses décorations intérieures sont alors transférées vers d’autres églises du Bas-Léon. Les pierres de l’ancien ossuaire d’attache, accolé au porche sud, ont été récupérées pour servir à la réparation de l’église de Léchiagat. Des travaux de restauration sont entamés à partir de 1969.

  

Le porche méridional.

Le calvaire de Loc-Mazé

Elevé sur le mur de l'enclos de la chapelle Saint-Mathieu, il date du début du XVIIe s. (on peut y lire la date « 161. »).

Il comporte notamment deux statues géminées : du côté du Christ figurent saint Hervé et saint Nicolas, tandis qu'au revers la vierge et saint Mathieu encadrent un moine priant.

La croix du Ruat

Haute d'un mètre, cette croix monolithe pattée date du Moyen Age.

La croix de Loc-Mazé

Elle date elle aussi du Moyen Age.

Le monument aux morts