[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Arzano] [Audierne] [Bannalec] [Baye] [Bénodet] [Beuzec-Cap-Sizun] [Briec] [Cléden-Cap-Sizun] [Clohars-Carnoët] [Clohars-Fouesnant] [Combrit] [Concarneau] [Confort-Meilars] [Douarnenez] [Edern] [Elliant] [Ergué-Gabéric] [Esquibien] [La Forêt-Fouesnant] [Fouesnant] [Gouesnac'h] [Goulien] [Gourlizon] [Guengat] [Guiler-sur-Goyen] [Guilligomarc'h] [Le Guilvinec] [Ile-Tudy] [Le Juch] [Landrévarzec] [Landudal] [Landudec] [Langolen] [Loctudy] [Locunolé] [Mahalon] [Melgven] [Mellac] [Moëlan-sur-Mer] [Névez] [Penmarc'h] [Peumerit] [Pleuven] [Plobannalec-Lesconil] [Plogastel-Saint-Germain] [Plogoff] [Plogonnec] [Plomelin] [Plomeur] [Plonéis] [Plonéour-Lanvern] [Plouhinec] [Plovan] [Plozévet] [Pluguffan] [Pont-Aven] [Pont-Croix] [Pont-l'Abbé] [Pouldergat] [Pouldreuzic] [Poullan-sur-Mer] [Primelin] [Querrien] [Quimper] [Quimperlé] [Rédené] [Riec-sur-Belon] [Rosporden] [Saint-Evarzec] [Saint-Jean-Trolimon] [Saint-Thurien] [Saint-Yvi] [Scaër] [Tourch] [Treffiagat] [Tréguennec] [Trégunc] [Tréméoc] [Tréméven] [Tréogat] [Le Trévoux]

 

Le Guilvinec

Commune du sud-ouest du Finistère, Le Guilvinec (2 998 habitants) est située dans le Pays Bigouden, à trente kilomètres au sud-ouest de Quimper. Baigné par l'océan Atlantique, Le Guilvinec forme depuis les années 1960, avec Léchiagat, le premier port artisanal de France (avec 130 navires) et le troisième en valeur débarquée.

L'occupation de la région, attestée au Néolithique par la présence de mégalithes, se poursuit à l'époque gauloise et gallo-romaine.

Simple hameau de la paroisse de Plomeur, la vocation maritime (pêche et roulage) du Guilvinec se développe dès le Moyen Age, mais il faut attendre le milieu du XIXe s. et l'arrivée du chemin de fer (1863) pour voir la construction des premiers véritables éléments portuaires (quais, digues, puis chantiers navals et conserveries, etc.). Rapidement, le port du Guilvinec devient alors l'un des premiers centres d'exportation vers Paris de sardines et surtout de maquereaux.

L'opposition continue entre les marins du Guilvinec et les paysans du bourg de Plomeur, dont ils dépendent, conduit à la création d'une nouvelle commune en 1880. Dans la deuxième moitié du XXe s., les marins du Guilvinec se sont surtout tournés vers la pêche à la lotte, au merlu, aux raies et à la langoustine. 

Les stèles de Saint-Trémeur

La fontaine Saint-Trémeur

Le four à pain de Saint-Trémeur

Le cimetière de bateaux

 

Les stèles de Saint-Trémeur

Le placitre de la chapelle Saint-Trémeur abrite deux petites stèles érigées par les Gaulois à l'âge du fer.

 

La fontaine Saint-Trémeur

Située en contrebas de la chapelle du même nom, elle est restaurée au XXe s. L'eau de cette source, déjà vénérée à l'âge du fer, avait autrefois la réputation de guérir les maux de tête.

Le four à pain de Saint-Trémeur

Récemment restauré, ce dôme de pierres est construit au XVIe ou au XVIIe s. pour fournir en pain le village de Prat-an-Ilis. Il est établi dans un ancien bâtiment agricole, peut-être une étable.

  

Le cimetière de bateaux

Utilisé dans l'arrière-port de la fin du XIXe s. aux années 1970, il abrite les vestiges d'une trentaine de bateaux de pêche construits entre 1920 et 1960.