[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Le Relecq-Kerhuon

Ville du nord-ouest du Finistère, Le Relecq-Kerhuon (10 746 habitants) est située, au fond de la rade de Brest, sur la rive droite de l'Elorn, dans la banlieue orientale de Brest.

La présence de stèles atteste d’une occupation humaine à l’âge du fer.

Démembrement de la paroisse primitive de Ploubavas, Le Relecq-Kerhuon fut jusqu’à la fin du XIXe s. un simple village de pêcheurs dépendant de Guipavas. La commune ne fut créée qu’en 1896. La paroisse du Relecq avait été créée précédemment, en 1869.

Au Camfrout se trouvait autrefois un prieuré fondé par l'abbaye de Daoulas.

Au XVIIIe s., la marine royale de Brest établit des parcs à bois dans l'anse de Kerhuon. Aux siècles suivants une poudrerie nationale et centre de pyrotechnie s'y implantèrent également.

Bien que de petite taille en superficie, la commune du Relecq-Kerhuon est la dixième plus grande ville du Finistère en terme d'habitants. Un développement favorisé par la proximité de Brest et l'installation dans la commune d'une importante population ouvrière. 

La stèle de la chapelle Sainte-Barbe

L'église Notre-Dame

La chapelle Sainte-Barbe

Le calvaire de l'église

Le pont de l'Iroise

 

La stèle de la chapelle Sainte-Barbe

Cette grande pierre rainurée, haute de deux mètres, est l’œuvre des hommes de l’âge du fer (vers le Ve s. avant J.-C.).

L'église Notre-Dame

Construit entre 1895 et 1898 dans le style néoroman selon les plans de l’architecte Ernest Le Guerrannic, cet édifice a remplacé la vieille chapelle du bourg devenue trop petite pour accueillir toute la population du pays kerhorre.

Par manque de moyen financier, le clocher est resté inachevé. A l’origine, il était prévu que la flèche la dominant atteigne les quarante-sept mètres de haut.

  

Le portail occidental et la chapelle sud.

  

Le chevet et la sacristie.

La chapelle Sainte-Barbe

L’édifice actuel est édifié de 1958 à 1959 à Kervalous selon les plans de l’architecte morlaisien à l’emplacement d’une chapelle bâtie au XVe s. par les Caillart de Keraret et vendue comme bien national durant la Révolution. En 1991, la réalisation d’une route entraîne le démontage et la reconstruction à l’identique du bâtiment soixante mètres plus loin.

Le calvaire de l'église

Haut de cinq mètres, il est élevé en 1621 dans l'ancien cimetière et restauré lors de la Mission de 1902. Le Crucifix est encadré par les statues de la Vierge et de saint Jean. Le blason présente les armoiries des seigneurs de Guengat et de Lossulien.

  

Le pont de l'Iroise

Enjambant l'Elorn, au fond de la rade de Brest, ce pont à haubans et à quatre voies fut construit à partir de 1994 entre Le Relecq-Kerhuon et Plougastel-Daoulas pour remplacer le vieux pont Albert-Louppe, dont les deux voies ne permettaient plus de faire face à l'augmentation du trafic sur l'axe Brest-Quimper. Long de huit cents mètres, il fut inauguré par le Premier ministre Edouard Balladur le 12 juillet 1994. A cette époque, il détenait le record mondial de portée.