[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Locmaria-Plouzané

Gros bourg du nord-ouest du Finistère, Locmaria-Plouzané (4 807 habitants) est située dans le Bas-Léon, à quatorze kilomètres à l'ouest de Brest.

Essentiellement composée de falaises, la côte comprend une petite plage, Trégana.

La présence de menhirs, aujourd'hui disparus, et de nombreuses stèles atteste d'une importante occupation humaine du territoire au Néolithique et à l'âge des métaux.

Le village trouverait son origine au Ve s., dans la fondation au « Cloître » d'un monastère par le moine irlandais saint Sané. Démembrement de la paroisse primitive de Plouzané, Locmaria-Plouzané releva de l'ancien diocèse de Léon jusqu'au Concordat de 1801. Ce n'est qu'à cette date qu'elle devint une paroisse indépendante. Sous la Révolution, les habitants de Locmaria étaient profondément réfractaires à la Constitution civile du clergé et Brest dut y envoyer six cents soldats pour mettre fin aux messes célébrées par des prêtres insermentés (14 avril 1792).

Les Poulpiquet du Halgouët étaient autrefois la principale famille seigneuriale des lieux. Du XVIe au XVIIIe s., Locmaria-Plouzané fit partie de la sénéchaussée royale de Brest et Saint-Renan. 

La stèle christianisée de Keriscoalc'h

L'église Notre-Dame

La chapelle ruinée de Lesconvel

La chapelle Saint-Claude

La chapelle Saint-Sébastien

La fontaine Notre-Dame-de-Lanvénec

La fontaine-lavoir de Lesconvel

Le colombier de Kerscan

Le four à pain de Lesconvel

Le moulin à vent ruiné de Déolen

L'abri douanier de Déolen

Le monument aux morts

 

Je tiens à remercier vivement Christelle Cornec qui nous a aimablement fourni plusieurs photos concernant les monuments (chapelle de Lesconvel, four à pain de Lesconvel, moulin de Déolen et abri douanier) de Locmaria-Plouzané.

 

La stèle christianisée de Keriscoalc'h

L'église Notre-Dame

Bâti entre 1758 et 1768, l’édifice actuel a remplacé une église plus ancienne à l’état de ruines en 1748. Des modifications nécessaires pour renforcer le bâtiment ont été réalisées entre 1773 et 1774.

  

Surmonté d’une flèche octogonale, le clocher, élevé en 1769, comprend deux galeries et trois chambres de cloche.

  

Le chevet.

Sur la façade occidentale, une statue représente une Pietà.

La chapelle ruinée de Lesconvel

Dédiée à Saint-Hervé, elle daterait du XVIe s. et pourrait avoir été la chapelle privée du manoir de Lesconvel. Le site, avec la chapelle, le four à pain et la fontaine-lavoir a été racheté récemment par la commune dans une optique de restauration.

E.I.E.

E.I.E.

E.I.E.

   E.I.E.

La chapelle Saint-Claude

Cette petite chapelle privée relève du manoir de Kerscan.

  

La chapelle Saint-Sébastien

Elle est édifiée en 1640 à l'emplacement des sépultures d'une cinquantaine de victimes de la peste. Reconstruite en 1862 avec des matériaux récuprés sur la chapelle voisine de la Madeleine, elle est restaurée en 1900. En 1958, on lui rajoute des contreforts. Le grand pardon a lieu le troisième dimanche de juillet et le petit pardon le 20 janvier.

  

Les statues de sainte Catherine et de saint Fiacre décorent les piliers de l'entrée de l'enclos.

  

Voici le maître-autel.

La chapelle abrite plusieurs statues. Les plus anciennes, saint Sébastien et Marie Madeleine, réalisées au XVIIe s. sont conservées dans la sacristie. Elles sont remplacées dans la chapelle par des statues plus récentes provenant d'autres édifices religieux depuis disparus, dont des copies de saint Sébastien (1893) et Marie Madeleine (1895).

  

Saint Goulven (1896) et saint Nicolas (1897).

  

Mais également sainte Anne et sainte Catherine. Les noms indiqués sous ces deux statues ont été inversés par erreur : c'est bien sainte Catherine qui piétine l'empereur Maximilien d'Autriche.

  

Saint Jean-Baptiste et une Vierge à l'Enfant.

  

Et un groupe en pierre de kersanton, réalisé en ronde bosse, représentant le martyre de sainte Apolline.

La fontaine Notre-Dame-de-Lanvénec

Elle fut élevée au XVe s. (et restaurée en 1623) à l'emplacement où, selon la légende, saint Sané fit jaillir une source. Son eau avait la réputation de guérir les enfants malades.

  

La fontaine-lavoir de Lesconvel

Proche de la chapelle Saint-Hervé en ruines, le lavoir, à l'abandon également, date du XIXe s. ou de la première moitié du XXe s.

E.I.E.

Le colombier de Kerscan

Il dépendait sous l’Ancien Régime de la seigneurie de Kerscao.

Le four à pain de Lesconvel

Situé près de la chapelle ruinée de Saint-Hervé, le bâtiment qui abritait le four a également perdu son toit.

E.I.E.

Le moulin à vent ruiné de Déolen

Situé sur la côte, bien exposé aux vents, il est construit au début du XIXe s.

E.I.E.

L'abri douanier de Déolen

Construite au XVIIe ou XVIIIe s. pour servir d'abri aux gardes chargés de surveiller les côtes, cette cabane est ensuite réutilisée par les douaniers.

E.I.E.

Le monument aux morts