[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Milizac

Petite commune du nord-ouest du Finistère, Milizac (2 942 habitants) est située dans le Bas-Léon, à douze kilomètres au nord de Brest.

La terminaison en « ac » tendrait à voir dans l'origine de Milizac une fondation gallo-romaine.

Démembrement probable de la paroisse primitive de « Ploubrochmael », qui englobait également à l'origine les territoires de Bohars, Guilers, Lanrivoaré et Tréouergat, la paroisse de Milizac releva jusqu'au Concordat de 1801 de l'ancien diocèse de léon.

Avant la Révolution française, le village faisait partie de la sénéchaussée royale de Brest et Saint-Renan. La principale famille seigneuriale se trouvait au manoir du Curru.

Treize habitants furent tuées et de nombreux autres blessés et le bourg ravagé lors des combats de la Libération (août-septembre 1944).

Après guerre, la commune perdit une partie de son territoire au profit de Bohars et Saint-Renan.

En 1989 ouvrit le parc récréatif des « Trois Curés ». 

L'église Saint-et-Saint-Paul

La chapelle Sainte-Anne

La porte de l'enclos

Le calvaire du cimetière

La croix de Keroumel

Les tombes du Commonwealth

Le monument aux morts

 

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Construit au XVIIe s., l'édifice est restauré et remanié à plusieurs reprises, notamment en 1845. En 1924, le choeur et le transept sont agrandis.

Endommagé plusieurs fois, notamment lors de tempêtes, le clocher a été rebâti en 1716 (avec tout le pignon occidental), en 1833, dans la première moitié du du XXe s. et en 1953 (suite aux combats de la Libération).

  

Voici le portail occidental.

Attaché au porche méridional, réalisé entre 1662 et 1685, l'ossuaire a été transformé en fonts baptismaux. Surmontant l'entrée, une niche abrite la statue de saint Pierre. A l'intérieur se trouve une Pietà.

  

Enfin le chevet de l'église.

La chapelle Sainte-Anne

Construite au XVIe s. dans l'enclos paroissial, elle est restaurée au XVIIIe s. Le clocheton date du XVIIe s.

La porte de l'enclos

De style gothique, elle comporte deux statues provenant d'un calvaire.

Le calvaire du cimetière

Haut de six mètres, il est élevé en 1875 pour remplacer un élément plus ancien (1603). Le croisillon porte les statues de saint Jean et de la Vierge, tandis qu'au pied du fût se trouve une table d'offrande.

  

La croix de Keroumel

Haute de 3,5 mètres, elle date du Moyen Age et présente un Crucifix en relief.

  

Les tombes du Commonwealth

Durant la Seconde Guerre mondiale, nombre d'avions alliés ayant pour cible le port de Brest furent abattus et s'écrasèrent dans les communes environnantes. Les cimetières de plusieurs d'entre elles abritent les tombes de ces aviateurs.

On peut ainsi voir à Milizac deux de ces sépultures : la première contient la dépouille d'un pilote de la Royal Canadian Air Force de vingt et un ans, tombé le 7 juin 1943. La seconde comprend les tombes de cinq hommes, trois Britanniques et deux Néo-Zélandais, tous âgés entre vingt et un et vingt-cinq ans, dont l'appareil a été abattu le 22 avril 1941.

Le monument aux morts