[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Plabennec

Ville moyenne du nord-ouest du Finistère, Plabennec (7 679 habitants) est située en Bas-Léon, à quinze kilomètres au nord-est de Brest.

La présence d'un grand menhir atteste d'une occupation humaine au Néolithique.

Paroisse bretonne primitive fondée au VIe s. par saint Abennec, Plabennec englobait également à l'origine les territoires du Drennec, de Kersaint-Plabennec et de Saint-Thonan. Au début du VIIe s., l'ermite gallois saint Ténénan se serait établi sur le site de Lesquélen.

Jusqu'au Concordat de 1801, la paroisse de Plabennec releva de l'ancien diocèse de Léon. 

Le menhir de Prat Lédan

La motte féodale de Lesquélen

L'église Saint-Ténénan

Les vestiges de la chapelle Notre-Dame

La chapelle Sainte-Anne de Lanorven

L'ossuaire de l'enclos paroissial

La croix de Beg Avel

La croix de Stang Alan

La fontaine-lavoir de Lanorven

Le puits de Prad Lédan

Le monument du Général de Gaulle

 

Le menhir de Prat Lédan

Elevé à la fin du Néolithique (entre 3000 et 2000 avant J.-C.), ce grand menhir (7,30 m) fut par la suite en partie endommagé par la foudre et renversé en 1882.

  

Le 15 août 1985, le mégalithe fut relevé au moyen de cordages par trois cents personnes, lors d'une grande fête.

La motte féodale de Lesquélen

Selon la légende, elle aurait été construite par saint Ténénan au VIIe s. Etablie sur un site occupé dès l'époque gallo-romaine, elle date plus certainement de la fin du Xe s. La première tour en bois est remplacée par un donjon en pierres au XIIe s. Celui-ci est abandonné entre la fin du XIVe et le début du XVe s. par le seigneur de kerman qui préfère alors s'installer dans une demeure plus confortable de la basse-cour. Le village de Lesquélen ne sera abandonné qu'au XVIIIe s.

Voici les vestiges des douves qui protégeaient la motte.

L'église Saint-Ténénan

L’édifice actuel est construit à partir de 1720 à l’emplacement de la précédente église, selon les plans du maître architecte François Gouvez. Il conserve cependant deux éléments du bâtiment du XVIIe s.

Comprenant deux galeries, la tour-clocher date de 1672. Elle est couronnée par un dôme. Abattue par un orage en 1755, elle est aussitôt reconstruite.

  

Dominé par un lanternon, le porche méridional a été édifié en 1674. L’entrée est encadrée par deux colonnes cannelées.

  

Le portail occidental est surmonté d’un fronton triangulaire.

Cette cloche a été installée en 1821 au-dessus de la sacristie afin de prévenir le bedeau en cas de tentative de vol.

Les vestiges de la chapelle Notre-Dame

Trois édifices religieux se sont succédés à Lesquélen : le premier est construit au Xe s. au pied de la motte féodale bâtie à la même époque. Elle est remplacée par un nouveau bâtiment au XIIIe s. La dernière chapelle, réalisée par les seigneurs de Kerman dans le style gothique au XVIe s., tombe en ruines dès la première moitié du XIXe s. (effondrement du clocher en 1884). Deux pardons s'y déroulaient autrefois, le 15 août et à la fin du mois de septembre.

La chapelle Sainte-Anne de Lanorven

Ce petit édifice est construit au XVIe s. et restauré en 1891. Autrefois, jusqu'en 1863, une procession y conduisait le premier dimanche de la Fête-Dieu.

  

La porte nord.

L'ossuaire de l'enclos paroissial

Construit en 1747, cet édifice a servi par la suite de chapelle.

La croix de Beg Avel

Dite aussi de Saint-Roch - du nom d'une chapelle aujourd'hui disparue -, cette croix, haute de 3,70 m, fut élevée au XVe s.

Au revers du crucifix figure une Vierge à l'Enfant.

  

La croix de Stang-Alan

Elevée au XVe s., cette croix monolithe haute de quatre mètres possède un crucifix en relief.

  

La fontaine-lavoir de Lanorven

Situé en contrebas de la chapelle Sainte-Anne, le site était appelé autrefois Poullaouen, le « lavoir joyeux ».

Le puits de Prat Lédan

Le monument du Général de Gaulle

Installé à l’emplacement d’une partie du mur de l’enclos paroissial, il est inauguré en 2013.