[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Argol] [Berrien] [Bolazec] [Botmeur] [Brasparts] [Brennilis] [Camaret-sur-Mer] [Carhaix-Plouguer] [Cast] [Chateaulin] [Châteauneuf-du-Faou] [Cléden-Poher] [Le Cloître-Pleyben] [Collorec] [Coray] [Crozon] [Dinéault] [Le Faou] [La Feuillée] [Gouézec] [Huelgoat] [Kergloff] [Kerlaz] [Landeleau] [Landevennec] [Lannédern] [Lanvéoc] [Laz] [Lennon] [Leuhan] [Locmaria-Berrien] [Locronan] [Lopérec] [Loqueffret] [Lothey] [Motreff] [Pleyben] [Ploéven] [Plomodiern] [Plonévez-du-Faou] [Plonévez-Porzay] [Plounévézel] [Plouyé] [Pont-de-Buis-lès-Quimerch] [Port-Launay] [Poullaouen] [Quéménéven] [Roscanvel] [Rosnoën] [Saint-Coulitz] [Saint-Goazec] [Saint-Hernin] [Saint-Nic] [Saint-Rivoal] [Saint-Ségal] [Saint-Thois] [Scrignac] [Spézet] [Telgruc-sur-Mer] [Trégarvan] [Trégourez]

 

Pleyben

 

Située dans le centre du département, ce gros bourg (3 611 habitants) se trouve à trente-cinq kilomètres au nord de Quimper et à cinquante kilomètres au sud-est de Brest.

La présence d'un dolmen et de tumuli atteste de l'occupation humaine du territoire dès le Néolithique. Il existe également des vesgites d'implantation gallo-romaine (camps de Bourguels et de Lannélec).

Très grande paroisse primitive constituée au haut Moyen-Age autour d'un établissement monastique, elle englobait alors également les territoires de Lannédern, Lennon, Le Cloître-Pleyben, Pont-de-Buis, Saint-Ségal et une partie de Châteaulin. A l'époque médiévale, les templiers de La Feuillée et les moines Landévennec et du Relecq y possédaient des biens et des droits.

Dépendant autrefois du diocèse de Cornouaille, la paroisse s'enrichit grâce à l'élevage et à la culture des céréales, puis, à partir du XVIe s. grâce aux droits perçus lors des quatre foires annuelles.

L'enclos paroissial

La porte triomphale

L'ossuaire

La chapelle Notre-Dame-de-Lannélec

La chapelle de Garz-Maria

La chapelle Notre-Dame de Guénily

La chapelle Saint-Laurent

La chapelle Neuve

Les croix et calvaires

La croix de Pont-Coblant

Le calvaire de la chapelle de Garz-Maria

Le calvaire du Drevers

La croix de Saint-Algon

Le calvaire de la chapelle Saint-Laurent

Le calvaire de Pont-Coblant

La fontaine Saint-Germain

La fontaine de la chapelle Saint-Laurent

Le puits de Coat-Pont

Le Mémorial des Finistériens morts en Afrique du Nord

Le monument aux morts

 

L'enclos paroissial

La porte triomphale : Construite en 1725 pour un coût total de 650 livres, elle est également appelée « porte de la Mort » car sa grille ne s'ouvrait autrefois que pour laisser passer les convois funèbres. Elle est surmontée d'une Crucifixion et d'une Pietà.

La façade orientale présente un groupe de la Trinité.

  

Tandis que la façade occidentale est décorée d'une Vierge de pitié.

  

 L'ossuaire : Edifié au milieu du XVIe s., il fut restauré en 1733. La porte en anse de panier est encadrée de trois baies géminées, avec accolades décorées. Au XIXe s., il servit d'école primaire (1827), puis de bureau de poste et d'annexe à la mairie. Aujourd'hui on y trouve un petit musée breton.

Le calvaire :

La chapelle Notre-Dame-de-Lannélec

Construit dans les années 1490, cet édifice servit de chapelle pour la trève de Trefnescop (« trève de l’évêque »). Le bâtiment est modifié à plusieurs reprises au cours des siècles suivants.  La chapelle est vendue en 1789 à un épicier du bourg de Pleyben. Elle est cédée à la commune au début du XIXe s. Sa dernière restauration remonte à 1992.

A l’angle nord-ouest, un escalier extérieur permet d’accéder à la flèche du clocher, élevée en 1883.

  

Le chevet.

Les portails ouest et sud.

  

La sacristie est bâtie entre 1741 et 1742.

Les fenestrages du chevet et du bas-côté méridional.

  

La chapelle de Garz-Maria

Edifiée au XVIe s. en l'honneur de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, est elle remaniée en 1681. En partie détruite par la foudre en 1746, elle doit alors être reconstruite. La sacristie date de la même époque.

  

Voici la porte ouest.

Les fenestrages flamboyants des chapelles sud et nord.

  

La chapelle Notre-Dame de Guénily

Dédiée à Notre-Dame de Vrai-Secours et située sur l'ancienne route conduisant de Châteaulin à Pleyben, elle est reconstruite en 1689 afin de remplacer un bâtiment plus ancien tombant en ruines. L'édifice d'origine aurait été fondé au Moyen Age par un seigneur de Trézéguidy. Vendue comme bien national sous la Révolution, elle est rachetée à 1804, puis rendue à la commune et à la religion. Plusieurs pardons s'y déroulaient sous l'Ancien Régime mais seul a survécu de nos jours celui du premier dimanche de mai.

Le clocher date du XIXe s.

  

La chapelle Saint-Laurent

Dédiée à à l'origine à saint Tugdual (dit aussi saint Pabu), elle est connue depuis l'an 1500. Lors de sa restauration en 1662, elle est également associée à saint Laurent et les deux saints se partagent le patronage jusque vers 1760, date à laquelle la chapelle est essentiellement connue sous le nom de saint Laurent. Elle est reconstruite en 1731.

  

Les divers fenestrages.

  

La chapelle Neuve

Bâti dans le centre du bourg selon les plans du chanoine Abgrall, l'édifice actuel a remplacé en 1889 l'ancienne chapelle de la Congrégation fondée par les seigneurs de la Bouexière à la fin du XVIIe s. La chapelle est restaurée en 1994.

  

Les croix et calvaires

La croix de Pont-Coblant : Réalisée au XVe s., elle mesure 1,80 m de haut. Elle présente un crucifix en relief.

Le calvaire de la chapelle de Garz-Maria : Haut de cinq mètres, il est élevé au XVIe s. sur un soubassement de trois degrés. Le crucifix est encadré par les statues de la Vierge et de saint Jean. Au revers est figuré un Christ ressuscité.

  

Le calvaire du Drevers : Elevé au XVIe s. à l'intersection des anciennes routes Morlaix-Quimper et Châteaulin-Carhaix, il mesure cinq mètres de haut. Il est restauré en 2005. Le croisillon présente les statues géminées de saint Paul et de la Vierge d'un côté, de saint Pierre et de saint Jean de l'autre. Le Crucifix est de conception plus récente. Une Pietà est posée sur le socle.

  

La croix de Saint-Algon : Haute de 4,50 m, elle date du XVIe s. (avec restauration du XXe s.).

Le calvaire de la chapelle Saint-Laurent : Haut de six mètres, il présente les statues géminées de saint Laurent et de la Vierge d'un côté, de saint Jean et d'un évêque de l'autre, encadrant le Cruxifix. Au pied de celui-ci deux anges recueillent le sang du supplicié. Au revers figure un Christ ressuscité.

  

Le calvaire de Pont-Coblant : Réalisé par le sculpteur landernéen Donnart, ce calvaire, haut de sept mètres, est érigé en 1945 « à la mémoire de nos glorieux morts 1939-1945 ; en reconnaissance de la libération des prisonniers et déportés ».

  

La fontaine Saint-Germain

L'eau de cette source ayant la réputation d'apporter force et souplesse à celui qui la buvait, la fontaine Saint-Germain était très prisée par les lutteurs avant une compétition de gouren.

La fontaine de la chapelle Saint-Laurent

Située dans l'enclos de la chapelle, elle abrite une statue du saint.

  

Le puits de Coat-Pont

Il est construit au XVIIIe s. dans l'ancien manoir de Coat-Pont.

Le Mémorial des Finistériens morts en Afrique du Nord

Inauguré au sud du bourg, à la Croix-du-Drevers, le 10 mai 2003, il porte le nom de 419 jeunes hommes du département tués au Maghreb entre 1952 et 1962.

Le monument aux morts

Elle est installée vers 1920 devant la chapelle Neuve. On peut y lire une inscription en breton signifiant : « Mon corps, mon sang à la patrie, mon âme à Dieu ».