[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Argol] [Berrien] [Bolazec] [Botmeur] [Brasparts] [Brennilis] [Camaret-sur-Mer] [Carhaix-Plouguer] [Cast] [Chateaulin] [Châteauneuf-du-Faou] [Cléden-Poher] [Le Cloître-Pleyben] [Collorec] [Coray] [Crozon] [Dinéault] [Le Faou] [La Feuillée] [Gouézec] [Huelgoat] [Kergloff] [Kerlaz] [Landeleau] [Landevennec] [Lannédern] [Lanvéoc] [Laz] [Lennon] [Leuhan] [Locmaria-Berrien] [Locronan] [Lopérec] [Loqueffret] [Lothey] [Motreff] [Pleyben] [Ploéven] [Plomodiern] [Plonévez-du-Faou] [Plonévez-Porzay] [Plounévézel] [Plouyé] [Pont-de-Buis-lès-Quimerch] [Port-Launay] [Poullaouen] [Quéménéven] [Roscanvel] [Rosnoën] [Saint-Coulitz] [Saint-Goazec] [Saint-Hernin] [Saint-Nic] [Saint-Rivoal] [Saint-Ségal] [Saint-Thois] [Scrignac] [Spézet] [Telgruc-sur-Mer] [Trégarvan] [Trégourez]

 

Ploéven

Petite commune du centre ouest du Finistère, Ploéven (482 habitants) est située dans le Porzay, au fond de la baie de Douarnenez, à vingt-cinq kilomètres au nord-ouest de Quimper.

La présence humaine est attestée à partir de l'âge des métaux par la présence d'une stèle et certaines découvertes archéologiques. Fondée par les émigrés bretons au VIe s., la paroisse primitive de Ploéven, qui dépendait du diocèse de Quimper, comprenait également à l'origine les territoires actuels de Cast, Kerlaz, Locronan, Plonévez-Porzay et Quéménéven.

Bien que possédant une façade littorale, la paroisse est restée presque exclusivement agricole jusqu'à nos jours en raison de l'absence de véritable port naturel (mais de belles plages). Sous l'Ancien régime, de nombreux habitants fabriquent de la toile vendue sur les marchés de Locronan. Au XIXe s., certains hommes se rendent au port de Douarnenez pour prendre part à la pêche à la sardine. 

Le fuseau de Sainte-Barbe

L'église Saint-Méen

La chapelle Sainte-Barbe

Le calvaire de la chapelle Sainte-Barbe

Une maison ancienne du bourg

Le monument aux morts

 

Le fuseau de Sainte-Barbe

Située près du village de Kerlaouéret, cette stèle est improprement nommée « menhir ». Haute de 3,25 m, elle fut élevée au Ve s. avant J.-C. Comportant plusieurs entailles, elle est faite en granite, une pierre qui n'existe pas à moins de six kilomètres de son emplacement actuel.

L'église Saint-Méen

Elle est bâtie au XVIe s. et remaniée à de nombreuses occasions par la suite. La sacristie est ajoutée en 1680. Le pardon se déroule le dimanche de la Trinité.

  

Endommagé par la foudre à plusieurs reprises, le clocher, amorti par une flèche, est reconstruit en 1737 et de nouveau 1893 par l'architecte Le Naour, sur les plans de l'abbé Abgrall.

  

Voici le porche sud et le portail ouest. Celui-ci a été réalisé en 1574 dans le style gothique.

  

L'une des fenêtres de la façade méridionale est surmontée d'un clocheton.

Enfin le fenestrage du chevet.

La chapelle Sainte-Barbe

Cet édifice est construit au XVIe s. sur une colline boisée. Deux pardons s'y déroulaient, le grand le premier dimanche de juillet, le petit le dernier dimanche de décembre.

Surmonté d'une flèche, le clocher, sans balustrade comporte une chambre de cloches.

  

Voici les portails occidentaux et méridionaux.

  

Ici les fenestrages du chevet, nord et sud, de style flamboyant.

  

La sacristie a été rajoutée en 1736.

Le calvaire de la chapelle Sainte-Barbe

Haut de six mètres, il est élevé entre 1585 et 1588. Sur le croisillon, encadrant le Christ en Croix, se trouve les statues géminées d'un évêque et de la Vierge d'un côté, et de saint Jean et sainte Barbe de l'autre. Des anges recueillent le sang coulant des plaies du supplicié, tandis qu'en dessous est figurée sainte Véronique avec le saint suaire. Au pied du fût, une pietà où saint Jean et Marie Madeleine encadrent la Vierge qui tient son fils mort sur ses genoux.

  

  

Une maison ancienne du bourg

Elle porte la date de 1810.

Le monument aux morts