[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Plouarzel

Grosse commune du Bas-Léon (nord-ouest du Finistère), à vingt et un kilomètres de Brest et à quatre kilomètres de la mer, Plouarzel (3 150 habitants) abrite sur son territoire le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage du Corsen, qui surveille le trafic maritime le long des côtes bretonnes, entre le Mont-Saint-Michel et la pointe de Penmarch.

Le menhir de Kerloas

Le menhir de Kerglonou

L'église Notre-Dame de Trézien

La chapelle Saint-Eloi

Les Deux Croix

La croix de l'église de Trézien

Le calvaire du cimetière de Trézien

La fontaine Notre-Dame-de-Trézien

La fontaine de la chapelle Saint-Eloi

Le colombier de Lanhalla

Le phare de Trézien

Le monument aux morts du bourg

Le monument aux morts de Trézien

Le menhir de Kerloas

Avec ses 9,50 mètres, il s'agit du plus haut menhir de Bretagne (et du monde). Avant que la foudre ne le décapite, il atteignait même 12 mètres de haut.

Autrefois, selon la tradition, les jeunes mariées désireuses d'avoir des enfants venaient se frotter le ventre, la nuit, contre les deux bosses qui se trouvent de chaque côté du menhir, à un mètre de hauteur. Selon une autre légende, un trésor se trouverait sous le menhir. 

Sur la photo suivante, ma copine Claire s'est jointe à moi pour vous présenter cet énorme menhir de Kerloas. 

Le menhir de Kerglonou

Haut de 2,30 mètres, il a été déplacé de son site d’origine.

  

L'église Notre-Dame de Trézien

Remplaçant une chapelle plus ancienne, l’édifice actuel a été construit en 1877 selon les plans de l’architecte Ernest Le Guerrannic. Le site faisait autrefois l’objet d’un grand pèlerinage.

  

La chapelle Saint-Eloi

Fondée par la famille Du Chastel, la chapelle est construite au XVIe s. Vendu comme bien national durant la Révolution, l’édifice cédé à la fabrique en 1837. Il est restauré aux XIXe et XXe s. Célébré autrefois le 24 juin, et aujourd’hui le dernier dimanche de juin, le pardon de saint Eloi était consacré aux chevaux.

Le clocheton-mur abrite trois chambres de cloches. Un escalier extérieur y mène.

  

Le porche accolé à la façade occidentale servait à recueillir les offrandes lors du pardon. Arrivés devant la chapelle, les cavaliers descendaient de cheval et déposaient sur l’autel de l’avoine, du beurre, des crins, etc., avant de faire trois fois le tour du bâtiment en tenant leur animal par la bride.

 

Voici le portail occidental et le fenestrage du chevet.

    

La chapelle a perdu la majeure partie de son mur d’enceinte d'origine, mais a conservé deux échaliers.

Les Deux Croix

Elles ont été élevées au Haut Moyen-Age. La plus petite (1,60 m), à droite, est dite pattée tandis que la plus grande (1,65 m) présente des bras plus carrés.

La croix de l'église de Trézien

Cette grande croix plate, haute de 2,70 m, a été érigée au Moyen Age.

Le calvaire du cimetière de Trézien

Haut de cinq mètres, il date du XIXe s.

  

La fontaine de la chapelle Saint-Eloi

Construite au XVIe ou au XVIIe s., elle est restaurée au XXe s. A l’intérieur de la niche, un bas relief représente saint Martin à cheval coupant son manteau pour en donner la moitié à un pauvre. A l’occasion du pardon de Saint-Eloi, les propriétaires de chevaux menaient leur animal à la fontaine. Après avoir fait une offrande, ils bénissaient la bête en lui versant sur le col et sur la croupe de l’eau, qui avait des vertus de fécondité. Le cheval et son maître devaient ensuite réaliser le lamm sant Alar, un saut au-dessus du ruisseau.

La fontaine Notre-Dame-de-Trézien

Edifiée entre le XVIe et le XVIIe s., et restaurée au XXe s., elle est située à deux cents mètres de l'église Notre-Dame-de-Trézien.

Selon la tradition, lors du pardon du 8 septembre, les paysannes du village vendaient l'eau de la fontaine aux pèlerins souffrant de maladies des yeux. L'eau avait également la réputation de soigner les rhumatismes et de guérir les enfants incapables de marcher.

Le colombier de Lanhalla

Comprenant 730 boulins, ce colombier est construit au XVIe s. par le seigneur Tanguy de Langalla.

  

Le phare de Trézien

Haut de trente-sept ans, il est construit à cinq cents mètres des côtes, entre 1890 et 1894, afin d’assurer la sécurité du passage du chenal du Four. La portée de son feu est de quarante-deux kilomètres. Le phare est électrifié en 1963 et automatisé en 1986.

  

Le monument aux morts du bourg

Le monument aux morts de Trézien

Il est accolé à l'église.