Côtes d'Armor - Finistère - Ile et Vilaine - Loire Atlantique - Morbihan

[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]

 

[Bodilis] [Botsorhel] [Carantec] [Cléder] [Le Cloître-Saint-Thégonnec] [Commana] [Garlan] [Guerlesquin] [Guiclan] [Guimaëc] [Guimiliau] [Henvic] [Ile de Batz] [Lampaul-Guimiliau] [Landivisiau] [Lanhouarneau] [Lanmeur] [Lannéanou] [Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec] [Locmélar] [Locquénolé] [Locquirec] [Mespaul] [Morlaix] [Pleyber-Christ] [Plouégat-Guérand] [Plouégat-Moysan] [Plouénan] [Plouescat] [Plouezoc'h] [Plougar] [Plougasnou] [Plougonven] [Plougoulm] [Plougourvest] [Plouigneau] [Plounéour-Ménez] [Plounéventer] [Plounévez-Lochrist] [Plourin-lès-Morlaix] [Plouvorn] [Plouzévédé] [Le Ponthou] [Roscoff] [Saint-Derrien] [Sainte-Sève] [Saint-Jean-du-Doigt] [Saint-Martin-des-Champs] [Saint-Pol-de-Léon] [Saint-Sauveur] [Saint-Servais] [Saint-Thégonnec] [Saint-Vougay] [Santec] [Sibiril] [Sizun] [Taulé] [Tréflaouénan] [Tréflez] [Trezilidé]

 

Plouégat-Moysan

Petite commune du nord-est du Finistère, Plouégat-Moysan (609 habitants) est située dans le Petit Trégor, à la frontière avec les Côtes-d'Armor, à vingt kilomètres à l'est de Morlaix.

Traversée par deux voies romaines (Corseul-Morlaix et Carhaix-Plestin), Plouégat-Moysan est une paroisse primitive, qui englobait à l'origine également les territoires de Botsorhel, de Guerlesquin et du Ponthou.

La châtellenie de Trogoff demeura la principale seigneurie de la paroisse du Moyen Age à la Révolution française. Le château de Trogoff fut attaqué et détruit par Bertrand du Guesclin en mars 1363.

En mai 1596, la région fut attaquée et pillée par le sieur de Saint-Luc, lieutenant-général d'Henri IV en Bretagne. 

L'église Saint-Pierre

La chapelle ruinée Saint-Méen

Le calvaire de Saint-Méen

Le calvaire du cimetière

La fontaine Saint-Méen

Le monument aux morts

 

L'église Saint-Pierre

L’édifice actuel a été en grande partie (nef, transept et chevet) reconstruit entre 1874 et 1879.

De l’église du XVIIIe s. ne subsiste que le clocher bâti par Maurice Taoc en 1700. Une tourelle d’escalier permet d’accéder à la balustrade de style gothique flamboyant et aux deux chambres de cloche. La flèche octogonale, détruite par la foudre en janvier 1886, a été reconstruite en 1902.

  

Le porche méridional et le portail occidental.

  

Le fenestrage du chevet et la sacristie.

Les ornements extérieurs.

La chapelle ruinée Saint-Méen

Egalement appelée chapelle Saint-Judicaël, elle fut construite en 1830 par l'abbé Teurnier à l'emplacement d'un édifice datant du XVe s. et racheté sous la Révolution comme bien national (elle appartenait alors aux seigneurs de Trogoff).

  

Le calvaire de Saint-Méen

Rattaché à la chapelle du même nom, il date du XIIIe s. Haut de 2,80 m, il comprend un Crucifix nimbé et, au dos, une Vierge orante.

  

Le calvaire du cimetière

Haut de cinq mètres, ce calvaire du au sculpteur lannionais Y. Hernot a été élevé en 1875.

  

La fontaine Saint-Méen

Située en contrebas de la chapelle en ruines du même nom, cette fontaine de dévotion date de la même époque que la construction de la chapelle précédente (XVe s.). Ses eaux étaient réputées pour guérir les maladies de la peau.

  

Le monument aux morts