[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Plougastel-Daoulas

Ville du nord-ouest du Finistère, Plougastel-Daoulas (12 880 habitants) est située sur une presqu'île de la rade de Brest, à dix kilomètres au sud-est de Brest.

Bien que possédant trente-sept kilomètres de côtes et quatre ports, Plougastel-Daoulas a son bourg principal dans les terres, sur un plateau. La commune comprend en outre plus de cent cinquante hameaux et villages.

Paroisse primitive, Plou-Castel englobait également à l'origine les actuelles communes de Dirinon, Loperhet et Saint-Urbain, ainsi qu'une partie de Landerneau et de Daoulas.

Plougastel fut mentionnée pour la première fois au XIe s. ; elle appartenait alors aux vicomtes de Léon, qui offrirent des terres et des dîmes de la paroisse d'abord aux moines de Landévennec, puis à ceux de Daoulas à partir de la fin du XIIe s.

Jusqu'à la Révolution française, la paroisse releva de l'ancien évêché de Cornouaille.

Enrichie entre le XVe et le XVIIe s. par la culture du lin et l'exportation de ses toiles en Angleterre et jusque dans les colonies espagnoles d'Amérique, Plougastel se tourna vers la mer (saumons, coquillages) au XVIIIe s. et, surtout, à partir de 1740, vers par la production des fraises blanches du Chili ; de nos jours, une grande fête des Fraises a lieu le second dimanche de juin, et l'on peut visiter le musée qui lui est dédiée.

En 1930, la construction du pont Albert-Louppe mit fin au service des bacs sur l'Elorn et permit à la commune un accès rapide à la grande ville voisine, favorisant ainsi un nouveau développement économique. 

La chapelle Notre-Dame de la Fontaine-Blanche

La chapelle Saint-Trémeur

La chapelle Sainte-Christine

La chapelle Saint-Languis

L'ossuaire du cimetière

L'ancien prieuré de la Rose aux Moines

Le calvaire de la Fontaine-Blanche

Le calvaire de la chapelle Saint-Christine

Le calvaire de la chapelle Saint-Languis

La fontaine Blanche

La fontaine Albert-Louppe

Le pont de l'Iroise

Les statues de paysans bretons

 

La chapelle Notre-Dame de la Fontaine-Blanche

Occupé par les Gaulois qui y vénéraient une divinité de la Fécondité, le site est récupéré par les chrétiens au haut Moyen Age. En 1186, l'évêque de Quimper fait don des lieux aux moines de Daoulas, qui y établissent un prieuré et une chapelle. L'édifice actuel date de la fin du XVe s. Il est restauré à la fin du XVIIIe s. et au XXe s. Deux pardons s'y déroulent : le grand, le 15 août, et le petit, le lundi de Pâques.

Le clocheton abrite une cloche réalisée en 1702. L'autre a disparu.

  

Le portail sud est de style gothique.

La chapelle Saint-Trémeur

Elevée au XVe s., puis reconstruite en 1581, elle fut remaniée et restaurée à plusieurs reprises (1636 [clocheton], 1930 et 1972).

La chapelle Sainte-Christine

Elle est bâtie au XVIe s. au village de Lanngristin, à l'emplacement d'un monastère établi au Moyen Age en l'honneur d'une sainte bretonne du nom de Kristin. Elle est remaniée à plusieurs reprises par la suite et restaurée après les combats de la Libération. Le pardon de sainte Christine se déroule le dernier dimanche de juillet.

Le clocher est construit en 1634.

  

Le chevet polygonal de style Beaumanoir date de la même époque que le clocher.

La sacristie est ajoutée au bâtiment en 1741.

Cette inscription surmontant la porte latérale sud mentionne la date de 1605.

La chapelle Saint-Languis

Construite en 1603 au Passage, près des rives de l'Elorn, elle se vit attribuer plusieurs noms (Saint-Diboan, Notre-Dame-de-Bon-Voyage, Sainte-Blandine) avant de devenir finalement la chapelle Saint-Languis. Vendue comme bien national en 1796, elle passa aux mains de la famille Testard du Cosquer (dont elle abrite les sépultures) et revint à l'association diocésaine au début du XXe s. Acquise par la commune, elle fut restaurée de 1982 à 1984. Son pardon se déroule à la mi-juin.

  

L'ossuaire du cimetière

Cet ossuaire fut construit en 1657 au Cloître-Pleyben. En 1954, la municipalité accepta le transfert de ce bâtiment à Plougastel-Daoulas. Il présente divers motifs extérieurs, dont des crânes. L’église Saint-Pierre de Plougastel possédait autrefois également un ossuaire : réalisé au début du XIXe s., il fut détruit et ses pierres réutilisées pour la construction de la sacristie.

  

L'ancien prieuré de la Rose aux Moines

Il est établi au XVIIe s. pour servir de logement aux moines de l'abbaye de Daoulas ayant la charge de la paroisse de Plougastel. Il est vendu comme bien national à la Révolution française.

Le calvaire de la Fontaine-Blanche

Cette croix, haute de cinq mètres, est élevée au XVe s. Une Vierge à l'Enfant figure au revers du Crucifix. C'est sous ce calvaire que fut découverte la fameuse statue païenne de la Fécondité (aujourd'hui exposée au musée de la Fraise).

  

Le calvaire de la chapelle Sainte-Christine

Haut de 4,50 m, il est érigé en 1587. Sous le Christ en Croix, deux anges recueilllent le sang versé. En dessous de ceux-ci est figuré un Christ aux outrages couronné d'épines et tenant une palme. Notre-Dame de Pitié est représentée au revers. De chaque côté du Crucifix et de la Pietà, la console supporte les statues géminées de sainte Christine et saint Antoine de Padoue (à l'ouest) et de saint Jean et de la Vierge (à l'est).

  

Le calvaire de la chapelle Saint-Languis

Elevé au Passage en 1622 grâce à un don de la famille Testard du Cosquer, ce calvaire mesure quatre mètres de haut. Les statues géminées de saint François d'Assise et de la Vierge d'un côté, de saint Jean et d'un évêque de l'autre encadrent le Crucifix et une pietà au revers..

La fontaine Blanche

Elevée au XVIIe s. à l'emplacement d'un ancien site sacré gaulois, cette fontaine guérisseuse (on y plongeait les enfants fiévreux) se trouve au pied d'une chapelle du XVe s. La niche renferme une Vierge à l'enfant.

  

La fontaine Albert-Louppe

Construite au XXe s. dans le style Art Déco, cette fontaine se trouve à l'entrée du pont Albert-Louppe.

Le pont de l'Iroise

Enjambant l'Elorn, au fond de la rade de Brest, ce pont à haubans et à quatre voies fut construit à partir de 1994 entre Le Relecq-Kerhuon et Plougastel-Daoulas pour remplacer le vieux pont Albert-Louppe, dont les deux voies ne permettaient plus de faire face à l'augmentation du trafic sur l'axe Brest-Quimper. Long de huit cents mètres, il fut inauguré par le Premier ministre Edouard Balladur le 12 juillet 1994. A cette époque, il détenait le record mondial de portée.

Les statues de paysans bretons

Placées à l'entrée du pont Albert-Louppe, côté Cornouaille, ces deux oeuvres ont été réalisées par le célèbre sculpteur René Quillivic en 1930. Deux autres statues sont situées sur l'autre rive de l'Elorn.

L'homme, en costume traditionnel de Plougastel-Daoulas, tient son chapeau à la main pour souhaiter la bienvenue.

  

La femme porte un panier de fraises.