[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Plougonvelin

Commune du Nord-Finistère, Plougonvelin (3 525 habitants) est située en Bas-Léon, à dix-huit kilomètres à l'ouest de Brest.

Largement baignée par l'Atlantique, la commune abrite de belles plages (Trez-Hir) et, à l'ouest, des falaises.

Paroisse primitive, Plougonvelin comprenait autrefois également le territoire du Conquet. Elle fut mentionnée pour la première fois en 1275 quand le vicomte Hervé IV de Léon la vendit au duc de Bretagne pour éponger ses dettes.

Un premier monastère aurait été fondé au VIe s. par saint Tanguy à l'extrémité occidentale des terres bretonnes. Aujourd'hui en ruines, la seconde abbaye, dédiée à saint Mathieu, fut établie au Xe ou XIe s. grâce au soutien des vicomtes de Léon.

Du XVIe s. à la Révolution, Plougonvelin fit partie de la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan. A la fin du XVIIIe s., Lochrist fut rattachée à la nouvelle commune du Conquet.

Les combats de la Libération causèrent une quarantaine de morts parmi la population civile (août-septembre 1944). 

Les stèles christianisées de Saint-Mathieu

Le fort de Bertheaume

La chapelle Saint-Jean

La chapelle Notre-Dame-des-Grâces

Le portail de l'ancienne église Notre-Dame

La fontaine-lavoir Ar C'holven

Le puits de Saint-Mathieu

Le sémaphore de la pointe Saint-Mathieu

 

Je tiens à remercier vivement Christelle Cornec qui nous a aimablement fourni plusieurs photos concernant les monuments (fontaine-lavoir Ar C'holven) de Plougonvelin.

 

Les stèles christianisées de Saint-Mathieu

Hautes respectivement de 1,90 m et de 1,73 m, ces deux pierres dressées par les hommes de l'âge du fer ont été christianisées par les moines vers le XIIIe s. Le site d'an diou groas (« des deux croix ») est également appelé à tort « gibet des moines », les religieux exerçant en fait leur droit de justice ailleurs (à Creac'h ar Justice). Il s'agissait plus probablement ici d'un lieu d'asile.

  

  

Le fort de Bertheaume

Mentionnées en 1474, les premières fortifications de l'îlot sont détruites en 1558. En 1689, Vaudan décide de réutiliser le site pour la surveillance et la protection du goulet de Brest ; à la première batterie de canons (qui servit lors du débarquement anglais à Camaret en 1694) s'ajoutent une caserne, un mur d'enceinte et des poudrières au XVIIIe s. En 1835, une passerelle est construite pour remplacer la nacelle qui permettait jusque-là d'accéder au fort. Enfin, des casemates sont édifiées à la fin du XIXe s. et par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale.

Propriété du ministère de la Défense, le fort de Bertheaume resta à l'état d'abandon jusqu'à son rachat par la commune de Plougonvelin en 1990 : des spectacles sons et lumières » s'y déroulent en été.

La chapelle Saint-Jean

Construit entre le XVe et le XVIe s., ce petit édifice desservait probablement un hôpital accueillant les pèlerins se rendant à l'abbaye de Saint-Mathieu. Un pardon y est organisé le 24 juin.

Le fenestrage du chevet est de style gothique flamboyant.

L'écu porte les armes de la famille Barbier de Kerouzien.

La chapelle Notre-Dame-des-Grâces

L'édifice actuel correspond en partie à la seconde nef de l'ancienne église Notre-Dame, située dans l'enceinte de l'abbaye Saint-Mathieu. Bâtie au XIVe s., elle est détruite au XIXe s. et une partie de ses matériaux est réutilisée pour construire la chapelle en 1861. Le mur nord a conservé en partie les arcades et piliers d'origine.

  

Le portail de l'ancienne église Notre-Dame

Réalisé au XIVe s., ce portail, qui s'ouvrait autrefois sur la première nef, est conservé lors de la destruction de l'édifice.

La fontaine-lavoir Ar C'holven

Proche de la pointe Saint-Mathieu, près de Kérouman, la fontaine du « lieu où l'on lave », mentionné comme communautaire au milieu du XIXe s., est utilisé par les habitants des fermes environnantes jusqu'en 1965. Devenu privé en 1970, le site, oublié et laissé à l'abandon, est restauré en 2005.

E.I.E.

E.I.E.

On y trouve encore une caisse à laver, où la lavandière s'agenouillait.

E.I.E.

Le puits de Saint-Mathieu

Le sémaphore de la pointe Saint-Mathieu

Il est construit en 1905 près du grand phare et des ruines de l’abbaye afin de remplacer un poste plus ancien.