[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Plouguerneau

Grosse commune du Léon (Nord-Finistère), Plouguerneau (5 600 habitants) est située sur la rive droite de l'Aber-Wrac'h, à vingt-sept kilomètres au nord de Brest.

Composé de trois bourgs (Lilia à l'ouest, la plus proche de la mer, Plouguerneau au centre, et Grouanec, à l'est, dans les terres), le territoire de Plouguerneau est largement baigné par la mer, comptant près de quarante-cinq kilomètres de côtes (Manche et Aber-Wrac'h compris). Ancienne capitale des goémoniers bretons, Plouguerneau abrite un écomusée de l'algue.

Occupée depuis le Paléolithique, elle a gardé de nombreuses traces de la période néolithique. Venant de Nantes et passant par Carhaix, une voie romaine aboutissait à l'anse de Saint-Cava, près de Lilia. Paroisse bretonne primitive, peuplée au Ve s. par des immigrants venus de la Cornouaille anglaise (d'où le nom de Plouguerneau, de Gwi kerneo), Plouguerneau englobait également autrefois Kernilis et Lanarvily. Sous la Révolution, Plouguerneau fut une paroisse réfractaire.

Selon une légende, la côte abritait la ville de Tolente, qui aurait été détruite par les Vikings en 875, avant d'être engloutie par les eaux.  

Le dolmen de Lilia

Le menhir de Menozac'h

Le menhir de Goarivan

Les coffres à inhumation

Le pont du Diable/Pont Krac'h

La stèle de Prad-Paol

La stèle christianisée de Rann-ar-Groaz

L'église Notre-Dame

La chapelle de Prad-Paol

La chapelle Notre-Dame-du-Traon

La chapelle Sainte-Anne

La chapelle Saint-Michel

Les croix de Plouguerneau

La croix de Lannébeur

La croix de Prad-Paol

La croix de Kergadavarn

La croix Gavré

La fontaine de la chapelle Notre-Dame-du-Traon

La fontaine de la chapelle Saint-Laurent

La fontaine de la chapelle Sainte-Anne

Le phare de l'île Wrac'h

Les fours à goémon

Le dolmen de Lilia

Long de neuf mètres, ce monument du Néolithique, en partie effondré, comprenait deux chambres.

Le menhir de Menozac'h

Dressé il y a plus de 7 000 ans par les hommes du Néolithique sur un terre alors totalement à sec, le menhir de l'estran de Saint-Cava est aujourd'hui entièrement recouvert par les eaux à marée haute.

  

Le menhir de Goarivan

Haut de quatre mètres, il est situé dans un champ dont le propriétaire eut l'intention de le détruire à la dynamite en 1907. Il fora un trou dans la pierre mais fut arrêté à temps par un prêtre. Selon une légende, une tasse d'argent y apparaît aux premières lueurs du Vendredi saint et des Rameaux.

Les coffres à inhumation

Situées près de la chapelle Saint-Michel, à cent mètres de la côte, ces trois petites sépultures datent de l'âge du bronze.

 Le pont du Diable ou pont Krac'h

(de pont d'Ac'h, en breton Pont kar Ac'h)

Franchissant l'Aber-Wrac'h, il relie Plouguerneau à Lannilis. Formé de gros blocs maçonnés recouverts de longues dalles transversales, il mesure entre trois et cinq mètres de large pour permettre le passage de chariots. Il est percé de quatre arches qui permettent l'écoulement de la rivière et le flot de la marée, qui la recouvre entièrement à chaque marée haute. A l'époque de sa construction, probablement à l'âge du Fer (entre 500 et 50 avant J.-C.), le niveau de la mer était inférieur de deux mètres. Il fut remanié au Moyen-Age. Les vestiges d'un moulin y sont à peine visibles. Abandonné depuis les années 1960, une association assure son entretien à partir 2002

Selon la légende, le diable apparut à un meunier lassé de devoir faire un long détour pour franchir la rivière. Il lui proposa de construire un pont en échange de la première âme qui le franchirait. Le meunier accepta et dès le lendemain le pont était là. Chargeant sur son épaule un sac de farine, il s'arrêta au milieu du pont et ouvrit son sac laissant échapper son chat qu'il avait enfermé. L'animal fila droit vers le diable furieux d'avoir été berné.

La stèle de Prad-Paol

De forme quadrangulaire, cette stèle, élevée à l'âge du fer, est haute de 1,40 m. Trois cupules se trouvent à son sommet.

La stèle christianisée de Rann-ar-Groaz

Haute de 1,33 m, cette stèle de l'âge du fer est surmontée d'une large croix pattée de 80 centimètres, rajoutée au haut Moyen Age.

L'église Notre-Dame

Elle est construite au bourg de Lilia de 1874 à 1875 avec les pierres de l'ancienne chapelle Saint-Karan de Saint-Cava. La paroisse de Lilia est créée en 1943. Le clocher, en béton armé, est ajouté en 1954.

  

La chapelle de Prad-Paol

Dite aussi chapelle Saint-Paul-Aurélien, elle est construite au XVIe s. à l'emplacement où le saint patron du Léon, en route de Tréglonou à l'île de Batz, aurait fait jaillir trois sources en frappant le sol avec son bâton (l'une d'entre elles est située sous la chapelle, la seconde devant l'édifice et la troisième dans la prairie). Selon une autre légende, saint Paul Aurélien y aurait combattu un dragon, dont la tête tranchée aurait été enfouie sous la croix du pont Krac'h.

Le maître-autel.

La chapelle Notre-Dame-du-Traon

Construite au XVIe s. par les seigneurs de Kergadiou, cette chapelle, dite aussi « du Val », est restaurée vers 1757 et 1768, ainsi qu’au milieu du XIXe s.

Le clocher comprend deux chambres de cloches.

  

Surmontée d’un fronton triangulaire, la porte de la longère nord porte la date de 1572.

Le portail du côté méridional présente la mention de l’année 1757.

L’une des décorations extérieures.

La chapelle Sainte-Anne

Construite au XVIe s. près d'une ancienne voie romaine, cette petite chapelle privée dépendait autrefois du manoir d'Enez-Kadeg. Elle est restaurée au XVIIIe s.

  

La chapelle Saint-Michel

L'ermite Michel Le Nobletz s'installa durant une année (1606-1607) sur un site dédié à l'archange saint Michel et situé en la paroisse de Tréménec'h. Les fidèles venant honorer la mémoire du fondateur des Missions bretonnes font construire une chapelle en 1707. Ruinée à la Révolution, celle-ci est restaurée en 1828. Deux pardons s'y déroulent, le traditionnel au mois de septembre et le nouveau établi à la fin du XIXe s.

  

Les croix de Plouguerneau

Avec près de cent cinquante croix et calvaires, Plouguerneau est la première région crucifère de Bretagne.

La croix de Lannébeur : Haute de quatre mètres, elle date du haut Moyen Age. Brisée en quatre morceaux sous la Révolution, elle fut restaurée au XXe s.

La croix de Prad-Paol : Réalisée au Moyen Age, cette petite croix de quatre-vingts centimètres de haut a été installée sur un socle à trois degrés.

La croix de Kergadavarn : Cette croix monolithe médiévale mesure un mètre de haut.

La croix Gavré : Datée du XVIe s., elle mesure 1,40 m de haut..

La fontaine de la chapelle Notre-Dame-du-Traon

L'eau de cette fontaine de dévotion, réalisée au XVIe s., s'écoule dans un lavoir puis dans un étang. Elle abritait autrefois la statue de saint Guénolé.

  

La fontaine de la chapelle Saint-Laurent

Construite au XVe s., elle est remaniée à plusieurs reprises. Son eau était réputée avoirs diverses vertus.

La fontaine de la chapelle Sainte-Anne

Le phare de l'île Wrac'h

Haute de 14,7 m, cette tour carrée blanche est construite en 1845 dans l’archipel de Lilia afin de remplacer l’un des vieux feux qui servaient à signaler l’entrée du port de l’Aber-Wrac’h. L’ensemble du site comprend un logis pour les gardiens, des jardins et des cales. Le phare est électrifié en 1973 et automatisé depuis 1994.

Les fours à goémon

La côte de Plouguerneau abrite les vestiges de plusieurs fours à goémon. Bien exposées au vent, ces tranchées servirent jusque dans les années 1950 à brûler les algues afin de récolter des pains de soude, puis de l'iode (200 kilos de goémon donnaient 40 kilos de soude et 200 à 600 g d'iode).