[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bodilis] [Botsorhel] [Carantec] [Cléder] [Le Cloître-Saint-Thégonnec] [Commana] [Garlan] [Guerlesquin] [Guiclan] [Guimaëc] [Guimiliau] [Henvic] [Ile de Batz] [Lampaul-Guimiliau] [Landivisiau] [Lanhouarneau] [Lanmeur] [Lannéanou] [Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec] [Locmélar] [Locquénolé] [Locquirec] [Mespaul] [Morlaix] [Pleyber-Christ] [Plouégat-Guérand] [Plouégat-Moysan] [Plouénan] [Plouescat] [Plouezoc'h] [Plougar] [Plougasnou] [Plougonven] [Plougoulm] [Plougourvest] [Plouigneau] [Plounéour-Ménez] [Plounéventer] [Plounévez-Lochrist] [Plourin-lès-Morlaix] [Plouvorn] [Plouzévédé] [Le Ponthou] [Roscoff] [Saint-Derrien] [Sainte-Sève] [Saint-Jean-du-Doigt] [Saint-Martin-des-Champs] [Saint-Pol-de-Léon] [Saint-Sauveur] [Saint-Servais] [Saint-Thégonnec] [Saint-Vougay] [Santec] [Sibiril] [Sizun] [Taulé] [Tréflaouénan] [Tréflez] [Trezilidé]

 

Plouigneau

Gros bourg du nord-est du Finistère, Plouigneau (4 367 habitants) est situé dans le Petit Trégor, à neuf kilomètres à l'est de Morlaix.

La présence d'un menhir atteste d'une occupation lointaine, tandis que dans l'Antiquité deux voies romaines traversaient le territoire de la commune (Corseul-Morlaix et Carhaix-Lanmeur-Primel).

Paroisse bretonne primitive fondée au VIe s. et mentionnée pour la première fois au XIe s., Plouigneau englobait également à l'origine les territoires de Lannéanou et de Garlan.

Rattachée sous la Révolution au canton de Plougonven, Plouigneau rejoignit plus tard de celui du Ponthou, remplaçant par la suite cette commune comme chef-lieu de canton.

Un convoi allemand qui traversait la ville fut bombardé le 9 août 1944.

Le menhir de Crec'h-Edern

La borne milliaire

Le manoir de Kerellou

La chapelle Notre-Dame-de-Luzivilly

La chapelle Saint-Nicodème

La chapelle Saint-Eloi

La chapelle Notre-Dame-du-Mur

La chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté

La croix de Saint-Eloi

La croix de Saint-Idy

La croix Neuve de Pen ar Hoël

La fontaine du bourg

Le lavoir de Saint-Eloi

Le portail du manoir de Trémaëc

Le moulin à eau de Lanleya

Le château d'eau du Mûr

Le monument aux morts de la Seconde Guerre mondiale

Le monument des Fusillés

La stèle de la Libération

 

Le menhir de Crec'h-Edern

Il est haut de 5,60 m.

  

La borne milliaire

Il s'agit d'une ancienne stèle gauloise réemployée par les Romains comme balisage pour la voie Carhaix-Lanmeur-Primel. Haute de trois mètres, elle est située à Kroaz ar-Peulven.

Le manoir de Kerellou

Ancien fief relevant des seigneurs de Bourouguel, le manoir de Kerellou a été construit au XVIe s. Il est aménagé pour accueillir des réceptions, à l’occasion d’événements familiaux ou professionnels : le manoir de Kerellou.

La façade donnant sur la Cour d’honneur présente la grande tourelle d’escalier, plusieurs entrées et des fenêtres à meneaux.

  

Surmontée d’un fleuron, la porte ogivale est encadrée de trois écussons

L’escalier à vis de la tourelle donne accès au premier étage.

  

Des motifs sculptés (feuilles de vigne, grappes de raison, têtes humaine et animales) ornent le manteau de la cheminée monumentale installée dans la salle à manger.

La chapelle Notre-Dame-de-Luzivilly

Située sur la route du Ponthou, à l'emplacement d'une source qui faisait l'objet d'un pèlerinage ancien, sa construction, engagée par la famille Goesbriand, commence au début du XVIe s. mais l'édifice reste longtemps inachevé. La chapelle était d'abord dédiée à sainte Barbe. A l'ouest, le clocher-mur, avec deux chambres de cloches, présente un portail de style gothique.

  

  

La chapelle Saint-Nicodème

Elle est construite au XVIIe s. pour servir de dépendance au manoir de Lanleya. On peut y voir encore les armes des Boiséon, des Kermoysan et des Du Parc-Lanmeur.

Son chevet, à trois pans, est dit de style Beaumanoir.

La façade occidentale et son portail.

  

Surmonté d'un dôme, le clocheton ne comporte qu'une chambre de cloche. Elevé en 1642, il est restauré en 1704.

  

La chapelle Saint-Eloi

Construite à la fin du XVIIe s., la chapelle est restaurée en 1983. Le pardon de Saint-Eloi se déroule le dernier dimanche de juin.

Le sommet du clocheton à dôme a été détruit.

  

Le fenestrage du chevet.

La chapelle Notre-Dame-du-Mur

Disposant d’un clocher-mur et d’un chevet à trois ans, elle est bâtie en 1890 selon les plans de l’architecte Le Guerrannic pour Marie de Lannurien, comtesse de Guernisac.

  

  

La chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté

Ce petit édifice à clocher-mur a été construit à la fin du XIXe s. à l'emplacement d'une ancienne chapelle votive dédiée à saint Idy.

  

La croix de Saint-Eloi

Haute de 1,20 m, cette croix mutilée est élevée au Moyen Age.

La croix de Saint-Idy

Datée du XVe s., cette croix érodée, haute de 3,50 m, aurait pu être érigée à l'occasion d'une épidémie de peste comme le suggèrent la présence d'écots sur le fût. Deux écussons indéfinissables ornent le sommet de la croix.

La croix Neuve de Pen ar Hoël

Cette croix de cinq mètres de haut a été élevée en 1893 par Jean et Anne Lanchec et par François Salaün.

  

La fontaine du bourg

Elle date de la deuxième moitié du XXe s.

Le lavoir de Saint-Eloi

Il est aménagé au village de Saint-Eloi au XXe s.

Le portail du manoir de Trémaëc

Il provient du manoir de Keranprat, à Saint-Pol-de-Léon.

Le moulin à eau de Lanleya

Construit sur le Quillidien, il dépendait du manoir de Lanleya. Il a conservé une porte de style gothique

Le château d'eau du Mûr

Il a été construit vers 1870 pour alimenter le manoir du Mûr.

Le monument aux morts de la Seconde Guerre mondiale

Décoré d'une croix de Lorraine, il est érigé place de l'église.

Le monument des Fusillés

Cette plaque honore la mémoire des cinq hommes exécutés par l'occupant devant l'église, quelques jours avant la Libération.

La stèle de la Libération

Située au sud-est du bourg, à Guersavret, en bordure de la voie ferrée, elle est inaugurée vers 1950. Elle rappelle qu'à cet endroit un habitant fut fusillé par les Allemands le 9 avril 1944 et que sept Français furent tués lors du bombardement d'un convoi allemand par l'aviation américaine quatre mois plus tard (9 août 1944).