[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Ploumoguer

Petite commune du nord-ouest du Finistère, Ploumoguer (1 851 habitants) est située dans le Bas-Léon, à dix-neuf kilomètres à l'ouest de Brest.

Baignée par l'océan, la commune compte sept kilomètres de côtes. Principalement constituée de falaises et de rochers, on y trouve également deux petites plages (Illien et Kerhornou).

Traversée par une voie romaine dans l'Antiquité, la paroisse primitive de Ploumoguer comprenait également à l'origine le territoire de Trébabu. Selon la tradition, saint Tugdual y aurait fondé un ermitage au début du VIe s. Siège d'un monastère au haut Moyen-Age, la paroisse de Lamber ne fut supprimée qu'à la Révolution française.

Du XVIe au XVIIIe s., Ploumoguer fit partie de la sénéchaussée royale de Brest et Saint-Renan.

Jusqu'au Concordat de 1801, la paroisse releva de l'ancien diocèse de Léon.

Dans les années 1980, la commune occupait le premier rang départemental pour la production de pommes de terre. 

La chapelle Saint-Méen

Les deux croix de Croas-Keryaouenn

La croix de Kerargroas

La croix de Kervéat

Le calvaire du cimetière de Lamber

La fontaine Saint-Pierre

La fontaine de la chapelle Saint-Méen

Le monument aux morts de Lamber

 

Je tiens à remercier vivement Christelle Cornec qui nous a aimablement fourni plusieurs photos concernant les monuments (fontaine Saint-Pierre) de Ploumoguer.

 

La chapelle Saint-Méen

Construite à Locméven au XVIe s., près de la plage où aurait débarqué le saint patron au VIe s., la chapelle est restaurée en 1819 et en 1932. Elle aurait remplacé un édifice plus ancien, datant du XIe s. Saint Méen était invoquée pour la guérison des maladies de la peau, et en particulier de la gale. Supprimé en 1850, le pardon de la chapelle est rétabli à la fin du XXe s.

Les deux croix de Croas-Keryaouenn

Elles furent érigées au Haut Moyen Age. La plus grande, aux bras pattés, mesure 2,50 m, la plus petite 1,50 m. Le socle est une réalisation plus récente.

La croix de Kerargroas

Proche de la chapelle Saint-Méen, elle est incorporée à un mur.

  

La croix de Kervéat

Haute de trois mètres, elle est élevée au XVe s. Son fût présente en relief la représentation d’un outil. Le soubassement actuel, en forme de croix, est plus récent.

  

Le calvaire du cimetière de Lamber

Réalisé au XVIe s., elle est restaurée au XIXe s. et au XXe s. (ajout de la croix à écots et des fleurons). Haut de cinq mètres, il présente un écu au calice et sur le chapiteau deux anges au calice.

  

La fontaine Saint-Pierre

Située dans l'enclos paroissial de l'église Saint-Pierre de Lamber, elle est construite vers 1642 et restaurée au XIXe et XXe s.. Surmontée d'une croix, le mur de soutènement est creusé d'une niche abritant la statue du saint en tenue d'évêque. Un calice a été gravé sur le mur. L'eau de la fontaine s'écoule sous le mur de l'enclos.

   E.I.E.

La fontaine de la chapelle Saint-Méen

Le monument aux morts de Lamber

Le socle représente un poilu et un homme mortellement blessé recevant l’extrême-onction.