[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Arzano] [Audierne] [Bannalec] [Beuzec-Cap-Sizun] [Cléden-Cap-Sizun] [Clohars-Carnoët] [Clohars-Fouesnant] [Combrit] [Concarneau] [Confort-Meilars] [Douarnenez] [Esquibien] [La Forêt-Fouesnant] [Fouesnant] [Gouesnac'h] [Goulien] [Guiler-sur-Goyen] [Guilligomarc'h] [Ile-Tudy] [Locunolé] [Penmarc'h] [Pleuven] [Plogoff] [Plomeur] [Plonéour-Lanvern] [Plouhinec] [Plovan] [Pont-Aven] [Pont-Croix] [Pouldreuzic] [Poullan-sur-Mer] [Primelin] [Querrien] [Quimper] [Quimperlé] [Rédené] [Riec-sur-Belon] [Saint-Jean-Trolimon] [Saint-Thurien] [Scaër] [Tréméven] [Tréogat]

 

Pont-Croix

 

Porte d'entrée et capitale du Cap-Sizun, la commune de Pont-Croix (1 695 habitants) est située dans le sud-ouest du Finistère, sur un plateau dominant le Goyen, à trente-deux kilomètres à l'ouest de Quimper.

Le territoire de la commune était dans l'Antiquité traversée par la voie romaine Quimper - pointe du Van ; les vestiges d'une villa ont par ailleurs été découverts à Kervénenec.

Démembrement de la paroisse primitive de Plogoff, la ville se développa à partir du XIe s. autour d'une motte féodale. Mentionnée pour la première fois au XIIIe s., la châtellenie de Pont-Croix passa par mariages et héritages aux seigneurs de Landudec puis à la famille de Rosmadec (fin du XIVe s.-XVIIIe s.). Possédant un droit de haute justice, elle fut érigée en marquisat en 1719.

D'importantes foires firent la renommée de la cité.

Pillée en 1597 par le célèbre bandit Guy Eder de La Fontenelle (qui massacra bon nombre des habitants), Pont-Croix, trève de Beuzec-Cap-Sizun, releva de l'ancien diocèse de Cornouaille jusqu'à la Révolution française. Elle ne devint une paroisse indépendante qu'à cette époque.

En 1946, le territoire de la commune s'agrandit du village de Keridreuff au détriment de Plouhinec. 

La maison prébendale

 

La maison prébendale

Construite au XVe s., cette ancienne dépendance de la collégiale Notre-Dame de Roscudon fut transformée au XVIIIe s. en hôtel particulier par le marquis de Rospiec de Trévien, puis en gendarmerie (XIXe s.).