[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bohars] [Bourg-Blanc] [Brélès] [Brest] [Brignogan-Plages] [Coat-Méal] [Le Conquet] [Daoulas] [Dirinon] [Le Drennec] [Le Folgoët] [La Forest-Landerneau] [Gouesnou] [Goulven] [Guilers] [Guipavas] [Guipronvel] [Guissény] [Hanvec] [Hôpital-Camfrout] [Irvillac] [Kerlouan] [Kernilis] [Kernouës] [Kersaint-Plabennec] [Lampaul-Plouarzel] [Lampaul-Ploudalmézeau] [Lanarvily] [Landéda] [Landerneau] [Landunvez] [Lanildut] [Lanneuffret] [Lannilis] [Lanrivoaré] [Lesneven] [Loc-Brévalaire] [Loc-Eguiner] [Locmaria-Plouzané] [Logonna-Daoulas] [Loperhet] [La Martyre] [Milizac] [Ouessant] [Pencran] [Plabennec] [Plouarzel] [Ploudalmézeau] [Ploudaniel] [Ploudiry] [Plouédern] [Plougastel-Daoulas] [Plougonvelin] [Plouguerneau] [Plouguin] [Plouider] [Ploumoguer] [Plounéour-Trez] [Plourin] [Plouvien] [Plouzané] [Porspoder] [Le Relecq-Kerhuon] [La Roche-Maurice] [Saint-Divy] [Saint-Eloy] [Saint-Frégant] [Saint-Méen] [Saint-Pabu] [Saint-Renan] [Saint-Thonan] [Saint-Urbain] [Trébabu] [Tréflévénez] [Trégarantec] [Tréglonou] [Le Tréhou] [Trémaouézan] [Tréouergat]

 

Porspoder

Commune du nord-ouest du Finistère, Porspoder (1 609 habitants) se trouve en Bas-Léon, à vingt-huit kilomètres au nord-ouest de Brest.

Située à la limite des eaux de l'Atlantique et de la Manche, la commune possède plusieurs petits ports (Melon, Mazou, Coatéozen).

Habitée depuis l'époque préhistorique, comme en témoigne les nombreux mégalithes, Porspoder est issue du démembrement de la paroisse primitive de Plourin. Venant de Grande-Bretagne, le moine gallois (saint) Budoc y aurait débarqué au Ve s.

Fuyant Cromwell et les parlementaires, la reine d'Angleterre Henriette débarqua au port de Melon le 25 juillet 1644.

Devenue paroisse au XVIIe s. et commune en 1790, Porspoder fut d'abord inclue dans le canton de Brélès (aujourd'hui disparu et rattaché à Ploudalmézeau). En 1869, elle perdit le port de l'Aber (aujourd'hui en Lanildut), mais annexa en 1970-1971 la toute petite commune rurale de Larret (143 habitants). 

Le dolmen de Poulliot

Les menhirs de Traonigou

Le menhir de Kerhouézel

La stèle christianisée de la chapelle Saint-Ourzal

La stèle christianisée de Kervenou

La stèle hémisphérique

La chapelle Saint-Ourzal

L'ancienne chapelle Sainte-Anne

La croix du Dreff

La fontaine de Larret

La fontaine de la chapelle Saint-Ourzal

Le lavoir de la rue de Keroustat

Le colombier de Kermenou

Le poste de garde de Melon

Le four à goémon de Melon

Le monument aux morts de Larret

 

Le dolmen de Poulliot

Il comprend trois supports et une table.

Les menhirs de Traonigou

Ces deux menhirs dressés et deux autres couchés à proximité sont les derniers vestiges d'un alignement orienté sur le lever solaire du solstice d'été.

  

Le menhir de Kerhouézel

Il mesure 6,50 mètres de haut.

La stèle christianisée de la chapelle Saint-Ourzal

Elevée à l'âge du fer, elle est surmontée d'une croix au haut Moyen Age. Quadrangulaire, elle domine la fontaine de la chapelle Saint-Ourzal, source qui servait probablement de lieu de culte gaulois dans l'Antiquité.

La stèle christianisée de Kervenou

Comme la précédente, cette pierre dressée à l’époque celtique s’est vu ajouter une croix à l’époque médiévale.

La stèle hémisphérique

Aujourd'hui exposée au musée de l'ancienne abbaye de Landévennec, elle date de la période gauloise (entre le IVe et le Ier s. avant J.-C.).

La chapelle Saint-Ourzal

Fondée par les seigneurs de Kermenou en 1639, elle faisait autrefois l'objet d'un important pèlerinage attirant les marins et leurs épouses.

  

  

L'ancienne chapelle Sainte-Anne

Situé dans l'enclos paroissial, entre l'église et la mer, cet édifice était également appelé autrefois chapelle Notre-Dame. Transformée en salle de catéchisme au XIXe s., elle abrite de nos jours des expositions artistiques.

La croix du Dreff

Haute de quatre mètres, elle est élevée au XVe s. Le Crucifix surmonte un écu aux trois chevrons.

  

La fontaine de Larret

Elle est située en contrebas de la chapelle Saint-Léonor. Son eau, qui avait autrefois la réputation de guérir les maladies des yeux, s’écoule dans un petit lavoir.

La fontaine de la chapelle Saint-Ourzal

Réaménagée au XIXe ou au XXe s., elle faisait autrefois l'obijet d'une intense dévotion Boire de son eau avait la vertu de permettre de trouver un mari ou une épouse, tandis que les mères plongeaient à trois reprises leurs enfants dans le bassin pour avancer l'âge du premier pas. Les paysans venaient également y demander une bonne récolte et les femmes de marins le retour de leur mari.

Le lavoir de la rue de Keroustat

Le colombier de Kermenou

Le colombier, construit au XVIe s., présente au-dessus de sa porte un écu mi-parti de Kermenou (à gauche) et de Gourio (à droite).

Le poste de garde de Melon

Construit entre le XVIIe et le XVIIIe s., il accueillit des miliciens gardes-côtes et des douaniers.

Le four à goémon de Melon

Située au coeur de la tradition goémonière bas-bretonne, Porspoder abrite toujours les vestiges des anciens fours à goémon. Biens exposés au vent, ces tranchées servirent jusque dans les années 1950 à brûler les algues afin de récolter des pains de soude, puis de l'iode (200 kilos de goémon donnaient 40 kilos de soude et 200 à 600 g d'iode).

Le monument aux morts de Larret

Cette plaque est installée sur l'un des murs de l'enclos de la chapelle Saint-Léonor.