[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Bodilis] [Botsorhel] [Carantec] [Cléder] [Le Cloître-Saint-Thégonnec] [Commana] [Garlan] [Guerlesquin] [Guiclan] [Guimaëc] [Guimiliau] [Henvic] [Ile de Batz] [Lampaul-Guimiliau] [Landivisiau] [Lanhouarneau] [Lanmeur] [Lannéanou] [Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec] [Locmélar] [Locquénolé] [Locquirec] [Mespaul] [Morlaix] [Pleyber-Christ] [Plouégat-Guérand] [Plouégat-Moysan] [Plouénan] [Plouescat] [Plouezoc'h] [Plougar] [Plougasnou] [Plougonven] [Plougoulm] [Plougourvest] [Plouigneau] [Plounéour-Ménez] [Plounéventer] [Plounévez-Lochrist] [Plourin-lès-Morlaix] [Plouvorn] [Plouzévédé] [Le Ponthou] [Roscoff] [Saint-Derrien] [Sainte-Sève] [Saint-Jean-du-Doigt] [Saint-Martin-des-Champs] [Saint-Pol-de-Léon] [Saint-Sauveur] [Saint-Servais] [Saint-Thégonnec] [Saint-Vougay] [Santec] [Sibiril] [Sizun] [Taulé] [Tréflaouénan] [Tréflez] [Trezilidé]

 

Saint-Derrien

Petite commune du Léon, Saint-Derrien (682 habitants) est située entre Landivisiau et Lesneven, à trente-sept kilomètres au nord-est de Brest.

Selon la tradition, le territoire de la commune, traversé par la voie romaine Carhaix-Aber-Wrac'h, aurait été évangélisé au Ve ou VIe s. par Derrien et son compagnon Néventer. D'abord simple chapelle seigneuriale, Saint-Derrien devint par la suite une succursale de Plounéventer, relevant du diocèse de Léon. Elle s'en détache comme paroisse en 1845 et comme commune en 1884.

Du XVe au XVIIe s., elle s'enrichit comme les autres communes du pays des Enclos grâce à l'artisanat et au commerce de la toile de lin. Le pouvoir local était d'ailleurs aux mains des riches marchands de toile, les juloded.

Activité traditionnelle de la commune, l'élevage chevalin fut substitué par celui du porc à partir du milieu du XXe s. 

L'église Saint-Derrien

Croix et calvaires

La croix de Lesvéoc

La croix de Mespilat

Le calvaire de l'église

La fontaine Saint-Derrien

Les poids de pierre

Le monument aux morts

 

L'église Saint-Derrien

Il s'agit probablement à l'origine de la chapelle dépendant du manoir de Keraudy. Construit au XVIe s., l'édifice n'a conservé de cette époque que le clocher-mur. Le reste date de la reconstruction effectuée en 1853.

  

  

Le portail occidental est surmonté d'une Vierge à l'Enfant.

  

Le chevet.

Croix et calvaires

La croix de Lesvéoc : Haute de un mètre, cette croix pattée et chanfreinée date du haut Moyen Age. Dans l'Antiquité, elle bordait la voie Carhaix-Aber-Wrac'h.

La croix de Mespilat : Croix monolithe à pans du Moyen Age, elle est haute de 80 cm. Le toponyme (« champ du pilat ») renvoie à l'avant-Révolution, époque à laquelle la culture du pilat, sorte d'avoie à gruau, disparut de la région.

Le calvaire de l'église : Haut de trois mètres, il est dressé en 1557 et restauré en 1891 (probablement par Yan Larc'hantec).

Le croisillon présente le dragon lié à la légende du saint local. Au-dessus, encadré par les statues de la Vierge et de saint Jean, saint Derrien est représenté en cavalier. Une Piétà figure au revers.

  

La fontaine Saint-Derrien

Les habitants venaient autrefois y prier le saint de guérir de guérir les coliques de leurs enfants. La statue, de facture moderne, a été réalisée par Pierre Cadiou.

  

  Les poids de pierre

Situés au village de Quinquis Braz, ces six pierres datent du XVIIe s.

S'échelonnant entre 1 et 50 livres, elles servaient de contrepoids de balance à l'usage des marchands de fil.

 

Voici la partie de la balance qui a survécu aux siècles

Le monument aux morts