[Arrondissement de Brest] [Arrondissement de Chateaulin] [Arrondissement de Morlaix] [Arrondissement de Quimper]
[Arzano] [Audierne] [Bannalec] [Baye] [Bénodet] [Beuzec-Cap-Sizun] [Briec] [Cléden-Cap-Sizun] [Clohars-Carnoët] [Clohars-Fouesnant] [Combrit] [Concarneau] [Confort-Meilars] [Douarnenez] [Edern] [Elliant] [Ergué-Gabéric] [Esquibien] [La Forêt-Fouesnant] [Fouesnant] [Gouesnac'h] [Goulien] [Gourlizon] [Guengat] [Guiler-sur-Goyen] [Guilligomarc'h] [Le Guilvinec] [Ile-Tudy] [Le Juch] [Landrévarzec] [Landudal] [Landudec] [Langolen] [Loctudy] [Locunolé] [Mahalon] [Melgven] [Mellac] [Moëlan-sur-Mer] [Névez] [Penmarc'h] [Peumerit] [Pleuven] [Plobannalec-Lesconil] [Plogastel-Saint-Germain] [Plogoff] [Plogonnec] [Plomelin] [Plomeur] [Plonéis] [Plonéour-Lanvern] [Plouhinec] [Plovan] [Plozévet] [Pluguffan] [Pont-Aven] [Pont-Croix] [Pont-l'Abbé] [Pouldergat] [Pouldreuzic] [Poullan-sur-Mer] [Primelin] [Querrien] [Quimper] [Quimperlé] [Rédené] [Riec-sur-Belon] [Rosporden] [Saint-Evarzec] [Saint-Jean-Trolimon] [Saint-Thurien] [Saint-Yvi] [Scaër] [Tourch] [Treffiagat] [Tréguennec] [Trégunc] [Tréméoc] [Tréméven] [Tréogat] [Le Trévoux]

 

Tréguennec

Petite commune du sud-ouest du Finistère, Tréguennec (339 habitants) est située dans le Pays Bigouden, à vingt-trois kilomètres au sud-ouest de Quimper. Baignée par l'Atlantique (baie d'Audierne), elle dispose de belles plages, mais n'abrite aucun port. Un cordon de dunes et de galets sépare l'océan des étangs et marais.

L'homme de l'âge du fer a laissé sa marque dans la tombe circulaire de Kerbascat.

Démembrement au XIVe s. de la paroisse de Beuzec-Cap-Caval, elle-même issue de la paroisse primitive de Plonéour-Lanvern, elle avait autrefois son centre au Vieux-Bourg, mais la ruine de l'église Saint-Alor conduisit au transfer du culte à la chapelle Notre-Dame-de-Pitié. Tréguennec fut touchée par la révolte des Bonnets rouges (1675), et l'un de ses clochers fut abattu par les troupes du duc de Chaulnes en représailles. 

La stèle de Saint-Vio

La chapelle Saint-Vio

La fontaine Saint-Vio

Le lavoir Saint-Vio

 

La stèle de Saint-Vio

Située près de la chapelle Saint-Vio, cette stèle hémisphérique érigée à l'âge du fer est l'objet de nombreuses légendes et traditions. Considérée par certains comme un vestige de la barque qui conduisit saint Vio sur ce rivage, elle avait notamment la réputation de guérir les femmes stériles qui venaient y frotter leur ventre. Elle était également utilisée pour invoquer la pluie ou le beau temps : pour cela, il fallait réussir à la faire changer de sens, mais un paysan la brisa en deux en utilisant des chevaux ; elle a depuis été restaurée.

La chapelle Saint-Vio

Construit au milieu d'un enclos entre le XIVe et le XVe s., l'édifice a été restauré au XXe s.

Le clocher, décoré de gargouilles et de crochets, se situe au milieu du toit. Il est supporté par un arc brisé qui sépare en deux l'intérieur de la chapelle.

  

Voici le fenestrage du chevet. Devant la façade méridionale se trouve cette cuve qui a pu servir d'auge ou de mesure pour le grain.

  

La fontaine Saint-Vio

Construite au XVIe s. près de la chapelle du même nom, cette fontaine sacrée avait la réputation de posséder une eau miraculeuse, utilisée en particulier pour la guérison des fièvres et pour faire marcher les enfants (que l'on y baignait le jour du pardon). On y faisait également des voeux en y jetant une pièce.

Le petit pont franchissant le ruisseau est une pierre tombale réemployée, où se distingue un coeur et une croix.

Le lavoir Saint-Vio

Il est situé à une dizaine de mètres de la fontaine du même nom.