[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Batz-sur-Mer] [Le Croisic] [Crossac] [Guérande] [Herbignac] [Montoir-de-Bretagne] [Nantes] [Pontchâteau] [Le Pouliguen] [Saint-Brevin-les-Pins] [Saint-Lyphard] [Saint-Molf] [Saint-Nazaire]

 

Saint-Lyphard

Gros bourg du nord-ouest de la Loire-Atlantique, Saint-Lyphard (4 265 habitants) est située dans la partie nord-ouest du parc naturel régional de Brière, à vingt kilomètres au nord de Saint-Nazaire.

Au IXe ou Xe s., des moines venus de l'abbaye Saint-Lyphard de Meung-sur-Loire, près d'Orléans, viennent y établir un monastère et une paroisse, cédés au prieuré augustinien de Nivillac à la fin du XIIe s.

Dans la seconde moitié du XVe s., le duc de Bretagne François II autorise les habitants à exploiter la tourbe des marais de Brière.

La principale seigneurie locale, Crévy, dépendait autrefois de la baronnie de Pontchâteau.

Du XVIIIe s. à 1880, la commune abrite un grand nombre de tisserands.

Le premier maire de Saint-Lyphard, Julien Landeau, échappe miraculeusement à la première grande noyade organisée par Carrier en novembre 1793.

D'août 1944 au 11 mai 1945, la commune est comprise dans la poche allemande de Saint-Nazaire.

En 1970, Saint-Lyphard est incluse dans le parc naturel régional de Brière.

Le four à pain de Kerhinet

 

Je tiens à remercier vivement Christelle Cornec qui nous a aimablement fourni plusieurs photos concernant les monuments (four à pain de Kerhinet) de Saint-Lyphard.

 

Le four à pain de Kerhinet

Son utilisation se poursuit pour perpétuer les traditions du village.

E.I.E.