[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Arradon] [Arzal] [Arzon] [Auray] [Baden] [Berné] [Bieuzy] [Bignan] [Le Bono] [Brandérion] [Brech] [Bubry] [Calan] [Carnac] [Caudan] [La Chapelle-Neuve] [Cléguer] [Cléguérec] [Colpo] [Concoret] [Crac'h] [Le Croisty] [Erdeven] [Etel] [Le Faouët] [Gâvres] [Gestel] [Gourin] [Groix] [Guéhenno] [Guéméné-sur-Scorff] [Guern] [Le Guerno] [Guidel] [Guillac] [Guiscriff] [Hennebont] [Inguiniel] [Josselin] [Kernascléden] [Kervignac] [Lanester] [Langoëlan] [Langonnet] [Lanvaudan] [Lanvénégen] [Larmor-Baden] [Larmor-Plage] [Lignol] [Locmalo] [Locmariaquer] [Locmiquélic] [Lorient] [Mauron] [Melrand] [Merlevenez] [Meslan] [Moustoir-Ac] [Néant-sur-Yvel] [Nostang] [Pénestin] [Persquen] [Plaudren] [Ploemeur] [Ploërdut] [Ploërmel] [Plouay] [Plougoumelen] [Plouharnel] [Plouhinec] [Plouray] [Plumelec] [Pluméliau] [Plumelin] [Pluneret] [Pontivy] [Pont-Scorff] [Port-Louis] [Priziac] [Questembert] [Quéven] [Quistinic] [Remungol] [Riantec] [La Roche-Bernard] [Roudouallec] [Le Saint] [Saint-Aignan] [Saint-Caradec-Trégomel] [Sainte-Anne-d'Auray] [Saint-Gildas-de-Rhuys] [Saint-Jean-Brévelay] [Saint-Philibert] [Saint-Pierre-Quiberon] [Saint-Tugdual] [Sarzeau] [Le Sourn] [Trédion] [Tréhorenteuc] [Vannes]

 

Bubry

Petite commune de l'ouest du Morbihan, Bubry (2 388 habitants) est située dans le pays Pourlet, à trente-quatre kilomètres au nord-est de Lorient.

La présence humaine est attestée au Néolithique et à l'âge du fer.

Paroisse bretonne primitive d'une certaine importance, Bubry relève au Moyen Age des seigneurs de Pont-Callec (en Berné) et dépend religieusement du diocèse de Vannes et du doyenné de Kemenet-Héboé. Une trève existait autrefois à Saint-Yves.

La commune, comme de nombreuses autres de la région, est touchée par la chouannerie sous la Révolution française.

Chef-lieu de canton jusqu'en 1801, Bubry connaît une certaine aisance au XIXe s. grâce à l'implantation de nombreux moulins, minoteries et scieries.

La résistance est très active dans la région au cours de la Seconde Guerre mondiale. Trois gendarmes arrêtés par les Allemands à Bubry le 27 juin 1944 sont fusillés le mois suivant. 

Le lech christianisé

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Le mémorial Louis Franchet d'Espérey

Le monument aux morts

 

Le lech christianisé

Cette pierre, haute de soixante-dix centimètres, est érigée par les Gaulois en un autre lieu avant d'être transférée plus tard près de l'église. Une croix pattée y est gravée au haut Moyen Age.

  

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Remplaçant les constructions précédentes, ruinées à la Révolution, cet édifice est construit en 1804. L’ancien enclos paroissial comprenait un ossuaire qui avait la réputation d’abriter les crânes de 6 000 guerriers tués en combattant les Vikings.

  

Le clocher n’est construit qu’en 1895. De 1804 à cette date, les cloches furent conservées dans un bâtiment provisoire édifié près de la sacristie.

  

Le porche et la porte sud.

Le chevet et son fenestrage.

Le mémorial Louis Franchet d'Espérey

Inauguré près de l'église dans la première moitié du XXe s., ce monument honore la mémoire du commandant en chef des armées d'Orient en 1918, promu maréchal en 1921. Né en Algérie en 1856 et mort en 1942, il avait acheté le château de Perros. Le cimetière de Bubry a accueilli plusieurs membres de sa famille.

Le monument aux morts

Inauguré le 11 novembre 1923 et surmonté d'un coq, le monument présente un relief réalisé par le sculpteur Gaston Auguste Schweitzer, originaire de Région parisienne mais installé à Pontivy.