[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Arradon] [Arzal] [Arzon] [Auray] [Baden] [Berné] [Bieuzy] [Le Bono] [Brandérion] [Brech] [Bubry] [Calan] [Carnac] [Caudan] [La Chapelle-Neuve] [Cléguer] [Colpo] [Concoret] [Crac'h] [Le Croisty] [Erdeven] [Etel] [Le Faouët] [Gâvres] [Gestel] [Gourin] [Groix] [Guéhenno] [Guéméné-sur-Scorff] [Guern] [Le Guerno] [Guidel] [Guillac] [Guiscriff] [Hennebont] [Inguiniel] [Josselin] [Kernascléden] [Kervignac] [Lanester] [Langoëlan] [Langonnet] [Lanvaudan] [Lanvénégen] [Larmor-Baden] [Larmor-Plage] [Lignol] [Locmalo] [Locmariaquer] [Locmiquélic] [Lorient] [Mauron] [Melrand] [Merlevenez] [Meslan] [Moustoir-Ac] [Néant-sur-Yvel] [Nostang] [Pénestin] [Persquen] [Plaudren] [Ploemeur] [Ploërdut] [Ploërmel] [Plouay] [Plougoumelen] [Plouharnel] [Plouhinec] [Plouray] [Plumelec] [Pluméliau] [Plumelin] [Pluneret] [Pontivy] [Pont-Scorff] [Port-Louis] [Priziac] [Quéven] [Quistinic] [Remungol] [Riantec] [La Roche-Bernard] [Roudouallec] [Le Saint] [Saint-Aignan] [Saint-Caradec-Trégomel] [Sainte-Anne-d'Auray] [Saint-Gildas-de-Rhuys] [Saint-Jean-Brévelay] [Saint-Philibert] [Saint-Pierre-Quiberon] [Saint-Tugdual] [Sarzeau] [Le Sourn] [Tréhorenteuc] [Vannes]

 

Guéméné-sur-Scorff

Petite commune du nord-ouest du Morbihan, Guéméné-sur-Scorff (1 235 habitants) est située en centre Bretagne, à vingt kilomètres à l'ouest de Pontivy.

Démembrement de la paroisse primitive de Plousquen - aujourd'hui disparue -, Guéméné, peuplée par les émigrants bretons au VIe s., prend de l'importance avec la création au XIe s. de la seigneurie de Kemenet-Guégant, à partir de la motte féodale établie vers 1050 par un certain Guégant, neveu d'Alain Canhiart. La châtellenie de Kemenet-Guégant - érigé en principauté en 1570 - est acquise en 1395 par une branche de la célèbre famille Rohan, donnant ainsi naissance aux Rohan-Guéméné qui subsistent comme seigneurs de la ville jusqu'à la Révolution.

La motte en terre et bois du XIe s. est remplacée dès le siècle suivant par une forteresse en pierre, remaniée et agrandie à plusieurs reprises (XIIIe-XVe s.). Attaqué par les Anglais d'Henri II au XIIe s., assiégé durant la guerre de Succession de Bretagne (1342), le château de Guéméné est occupé quelques temps par les ligueurs (1590-1591) et attaqué par les 1 500 chouans du chef Jean-Jean (1795). Abandonné petit à petit par les Rohan, il commence à se dégrader au XVIIIe s. Sous la Révolution, il sert de caserne aux gardes nationaux et de prison pour les marins anglais. Au XIXe s., les habitants poursuivent l'oeuvre de destruction en utilisant les pierres pour les nouveaux bâtiments de la ville. Le château a presque totalement disparu dans les années 1920, seule subsistant la Porterie.

Du XIVe s. au XIXe s., Guéméné est un important lieu de marché pour le centre de la Bretagne.

La Porterie

Les remparts

Le pont du château

L'église Notre-Dame-de-la-Fosse

La fontaine Notre-Dame-de-la-Fosse

L'Hôtel des Princes

L'ancien hospice

 

La Porterie

Entrée principale de l'ancien château, la Porterie est construite à la fin du XVe s ou au début du XVIe s., vraisemblabement par Marie de Rohan.

Les remparts

Ils sont élevés en 1380, après les dommages causés par la guerre de Succession de Bretagne.

Cette porte donnait sur la salle des gardes.

Malgré les destructions subies au cours des siècles, il subsiste quelques vestiges des tours, généralement décapitées : ici la tour des Archives et la tour des Baumer.

Le pont du château

Avec ses arches enjambant les douves, ce pont reliait la Porterie au pont-levis du château des princes de Guéméné.

L'église Notre-Dame-de-La-Fosse

Reconstruit vers 1820, sans clocher, l'édifice actuel a remplacé dans les années 1760 une ancienne église collégiale bâtie vers le XVe s. (ruinée et démolie à la Révolution).

La fontaine Notre-Dame-de-la-Fosse

Elle est construite au XVIIIe s. Sa naissance serait liée à une apparition de la Vierge, qui aurait accordé à son eau plusieurs vertus (soins divers, protection, aide à la marche des enfants, etc.).

  

L'Hôtel des Princes

Construite au XVIe s., modifiée au XVIIe s. et aux XIXe s., cette maison médiévale à pan de bois servit d'hôtel sous l'enseigne « A la descente de l'aigle d'or ».

  

L'ancien hospice