[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Arradon] [Arzal] [Arzon] [Auray] [Berné] [Carnac] [Cléguer] [Crac'h] [Le Croisty] [Erdeven] [Etel] [Le Faouët] [Gourin] [Guéméné-sur-Scorff] [Guidel] [Guillac] [Guiscriff] [Hennebont] [Josselin] [Kernascléden] [Langonnet] [Lanvénégen] [Locmalo] [Locmariaquer] [Lorient] [Merlevenez] [Meslan] [Pénestin] [Ploemeur] [Ploërdut] [Ploërmel] [Plouay] [Plouray] [Pont-Scorff] [Port-Louis] [Priziac] [La Roche-Bernard] [Roudouallec] [Le Saint] [Sainte-Anne-d'Auray] [Saint-Gildas-de-Rhuys] [Saint-Pierre-Quiberon] [Saint-Tugdual] [Sarzeau] [Vannes]

 

Lanvénégen

 

Petite commune du nord-ouest du Morbihan, Lanvénégen (1 184 habitants) se trouve à la frontière du Finistère, à trente-huit kilomètres au nord de Lorient.

Démembrement de la paroisse primitive de Guiscriff, Lanvénégen dépendit du diocèse de Cornouaille jusqu'au Concordat de 1801. A cette date, elle fut rattachée à l'évêché de Vannes. La paroisse fut touchée par la révolte des Bonnets rouges, en 1675. Devenue indépendante en 1790, la commune fut le chef-lieu d'un canton jusqu'en 1801.

Une carrière de kaolin fut exploitée à Lanvénégen entre les années 1930 et 1960. Plusieurs faits liés à la résistance et aux combats de la Libération s'y déroulèrent en 1944.

La chapelle Saint-Georges

avec sa croix

La chapelle ruiné de la Trinité

avec sa fontaine

 

La chapelle Saint-Georges

Petit édifice datant de la fin du XVIe s. ou du début du XVIIe s.

  

Voici la croix du placitre de la chapelle.

La chapelle ruiné de la Trinité

Construite au XVIIe s. au bord de la Naic (sur l'autre rive c'est Querrien, en Finistère), elle a perdu toute sa toiture

  

Vues de l'intérieur.

 

Une petite fontaine se trouve à l'arrière de la chapelle.