[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Arradon] [Arzal] [Arzon] [Auray] [Baden] [Berné] [Brech] [Carnac] [Cléguer] [Concoret] [Crac'h] [Le Croisty] [Erdeven] [Etel] [Le Faouët] [Gourin] [Guéméné-sur-Scorff] [Guidel] [Guillac] [Guiscriff] [Hennebont] [Josselin] [Kernascléden] [Langonnet] [Lanvénégen] [Locmalo] [Locmariaquer] [Lorient] [Merlevenez] [Meslan] [Pénestin] [Ploemeur] [Ploërdut] [Ploërmel] [Plouay] [Plouray] [Pont-Scorff] [Port-Louis] [Priziac] [La Roche-Bernard] [Roudouallec] [Le Saint] [Sainte-Anne-d'Auray] [Saint-Gildas-de-Rhuys] [Saint-Pierre-Quiberon] [Saint-Tugdual] [Sarzeau] [Vannes]

 

Le Croisty

Petite commune du nord-ouest du Morbihan, Le Croisty (685 habitants) est située en centre Bretagne, entre Le Faouët et Guéméné-sur-Scorff, à trente-neuf kilomètres au nord de Lorient.

La présence d'un dolmen témoigne d'une occupation humaine du territoire au Néolithique.

Démembrement de la paroisse primitive de Plouhaer - aujourd'hui disparue -, Le Croisty est successivement une trève de Priziac et de Saint-Tugdual, n'obtenant son indépendance paroissiale qu'en 1865.

En 1160, les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (ordre de Malte à partir de 1530) y implantent une commanderie.

La commune du Croisty n'est créée qu'en 1903.

Le monument aux morts

 

Le monument aux morts