[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Arradon] [Arzal] [Arzon] [Auray] [Baden] [Berné] [Bieuzy] [Le Bono] [Brandérion] [Brech] [Bubry] [Calan] [Carnac] [Caudan] [La Chapelle-Neuve] [Cléguer] [Colpo] [Concoret] [Crac'h] [Le Croisty] [Erdeven] [Etel] [Le Faouët] [Gâvres] [Gestel] [Gourin] [Groix] [Guéhenno] [Guéméné-sur-Scorff] [Guern] [Le Guerno] [Guidel] [Guillac] [Guiscriff] [Hennebont] [Inguiniel] [Josselin] [Kernascléden] [Kervignac] [Lanester] [Langoëlan] [Langonnet] [Lanvaudan] [Lanvénégen] [Larmor-Baden] [Larmor-Plage] [Lignol] [Locmalo] [Locmariaquer] [Locmiquélic] [Lorient] [Mauron] [Melrand] [Merlevenez] [Meslan] [Moustoir-Ac] [Néant-sur-Yvel] [Nostang] [Pénestin] [Persquen] [Plaudren] [Ploemeur] [Ploërdut] [Ploërmel] [Plouay] [Plougoumelen] [Plouharnel] [Plouhinec] [Plouray] [Plumelec] [Pluméliau] [Plumelin] [Pluneret] [Pontivy] [Pont-Scorff] [Port-Louis] [Priziac] [Quéven] [Quistinic] [Remungol] [Riantec] [La Roche-Bernard] [Roudouallec] [Le Saint] [Saint-Aignan] [Saint-Caradec-Trégomel] [Sainte-Anne-d'Auray] [Saint-Gildas-de-Rhuys] [Saint-Jean-Brévelay] [Saint-Philibert] [Saint-Pierre-Quiberon] [Saint-Tugdual] [Sarzeau] [Le Sourn] [Tréhorenteuc] [Vannes]

 

Quéven

Petite ville du sud-ouest du Morbihan, Quéven (8 798 habitants) est située sur le Scorff, à six kilomètres au nord-ouest du centre de Lorient.

Plusieurs mégalithes témoignent d'une occupation du territoire dès le Néolithique.

Démembrement de la paroisse primitive de Ploemeur, Quéven relevait au Moyen Age du diocèse de Vannes et de la grande seigneurie de Kemenet-Héboé, avant d'être rattachée aux possessions des Rohan-Guéméné (XIIIe s.)

D'abord située à Bihoué, le siège de la paroisse est transféré au bourg de Quéven en 1676.

En mars 1795, l'arbre de la Liberté est coupé par des chouans.

Le chemin de fer arrive à Quéven en 1863.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands établissent la base aérienne de Lann Bihoué. Située dans la poche allemande de Lorient, qui ne capitule que le 10 mai 1945, le village de Quéven est détruit à 85 %. 

La chapelle Saint-Nicodème

Le calvaire de l'église

La croix de la chapelle de la Trinité

La fontaine de la chapelle Saint-Nicodème

Le monument aux morts

 

La chapelle Saint-Nicodème

Fondée probablement par les seigneurs de Kerousseau et les Rohan, elle est construite en 1578 dans un style mélangeant le gothique flamboyant et le Renaissance. Restaurée à plusieurs reprises entre le XVIIIe et le XXe s., elle était à l'origine dédiée à Notre-Dame-de-la-Rosée. Autrefois, les paysans venaient y prier pour obtenir les précipitations nécessaires aux récoltes. Le pardon s'y déroule le 1er dimanche de septembre.

Les portails en anse de panier sud et ouest.

  

Le fenestrage du chevet.

Le calvaire de l'église

Erigé au XVIIIe s., il présentait à l'origine seize personnages géminés alignés sur deux travées. Aujourd'hui ne subsistent que saint Pierre, saint Paul, sainte Catherine et, de l'autre côté, deux évêques.

La croix de la chapelle de la Trinité

Dressée sur un socle plus ancien, la croix actuelle est réalisée au XXe s.

La fontaine de la chapelle Saint-Nicodème

La fontaine, dite aussi de Notre-Dame-de-la-Rosée, date du XXe s.

Le monument aux morts