[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Arradon] [Arzal] [Arzon] [Auray] [Baden] [Berné] [Bieuzy] [Le Bono] [Brandérion] [Brech] [Bubry] [Calan] [Carnac] [Caudan] [La Chapelle-Neuve] [Cléguer] [Colpo] [Concoret] [Crac'h] [Le Croisty] [Erdeven] [Etel] [Le Faouët] [Gâvres] [Gestel] [Gourin] [Groix] [Guéhenno] [Guéméné-sur-Scorff] [Guern] [Guidel] [Guillac] [Guiscriff] [Hennebont] [Inguiniel] [Josselin] [Kernascléden] [Kervignac] [Lanester] [Langoëlan] [Langonnet] [Lanvaudan] [Lanvénégen] [Larmor-Baden] [Larmor-Plage] [Lignol] [Locmalo] [Locmariaquer] [Locmiquélic] [Lorient] [Mauron] [Melrand] [Merlevenez] [Meslan] [Moustoir-Ac] [Néant-sur-Yvel] [Nostang] [Pénestin] [Persquen] [Plaudren] [Ploemeur] [Ploërdut] [Ploërmel] [Plouay] [Plougoumelen] [Plouharnel] [Plouhinec] [Plouray] [Plumelec] [Pluméliau] [Plumelin] [Pluneret] [Pontivy] [Pont-Scorff] [Port-Louis] [Priziac] [Quéven] [Quistinic] [Remungol] [Riantec] [La Roche-Bernard] [Roudouallec] [Le Saint] [Saint-Aignan] [Saint-Caradec-Trégomel] [Sainte-Anne-d'Auray] [Saint-Gildas-de-Rhuys] [Saint-Jean-Brévelay] [Saint-Philibert] [Saint-Pierre-Quiberon] [Saint-Tugdual] [Sarzeau] [Le Sourn] [Tréhorenteuc] [Vannes]

 

Saint-Aignan

Petite commune du nord du centre Bretagne, Saint-Aignan (637 habitants) est située à la limite des départements du Morbihan et des Côtes-d'Armor,sur la rive droite du Blavet et du lac de Guerlédan, à quinze kilomètres au nord de Pontivy.

La présence humaine est attestée à Castel-Finans à l'époque de l'âge du Fer. Le site est ensuite occupé par les Romains et un évêque de Vannes, saint Molvan, y aurait été enterré au VIIe s.

A l'époque médiévale, une motte féodale est établie à Motten-Morvan.

Mentionné pour la première fois au XIIe s., le village relève des ducs de Rohan.

Démembrement de la paroisse de Cléguérec, Saint-Aignan n'obtient son indépendance religieuse qu'en 1802.

Lors de son inauguration, le barrage hydroélectrique du lac de Guerlédan, construit de 1922 à 1930, est le plus grand barrage de France.

La chapelle Sainte-Tréphine

Le barrage de Guerlédan

 

La chapelle Sainte-Tréphine

Ce petit édifice de style néogothique est construit de 1897 à 1898 à l'initiation de l'abbé Ollichon, recteur de la paroisse. Le site choisi, Castel-Finans, aurait accueilli le château du légendaire Conomor, un roi de Bretagne qui aurait décapité son épouse sainte Tréphine (ressuscitée par saint Gildas). Le pèlerinage de Saint-Tréphine attirait autrefois des centaines de personnes. Sous les vitraux, les volets pouvaient être ouverts afin de permettre à la foule d'assister au culte.

  

Le barrage de Guerlédan

Long de 208 mètres, pour 33,50 m de large et 45 m de hauteur, le barrage poids hydroélectrique de Guerlédan est construit sur le cours du Blavet, entre les communes de Mûr-de-Bretagne (Côtes-d'Armor) et de Saint-Aignan (Morbihan), de 1923 à 1925, puis de 1927 à 1930. Le lac de retenue qui en résulte s'étend sur 400 hectares et mesure douze km de long (volume de 55 millions de m³). Il devient le plus grand lac de Bretagne, engloutissant dix-sept écluses du canal de Nantes à Brest. L'usine hydroélectrique entre en service en janvier 1931 : quatrième source d'électricité de Bretagne, elle produit 20 GWh par an.