[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Arradon] [Arzal] [Arzon] [Auray] [Berné] [Carnac] [Cléguer] [Crac'h] [Le Croisty] [Erdeven] [Etel] [Le Faouët] [Gourin] [Guéméné-sur-Scorff] [Guidel] [Guillac] [Guiscriff] [Hennebont] [Josselin] [Kernascléden] [Langonnet] [Lanvénégen] [Locmalo] [Locmariaquer] [Lorient] [Merlevenez] [Meslan] [Pénestin] [Ploemeur] [Ploërdut] [Ploërmel] [Plouay] [Plouray] [Pont-Scorff] [Port-Louis] [Priziac] [La Roche-Bernard] [Roudouallec] [Le Saint] [Sainte-Anne-d'Auray] [Saint-Gildas-de-Rhuys] [Saint-Pierre-Quiberon] [Saint-Tugdual] [Sarzeau] [Vannes]

 

Saint-Gildas-de-Rhuys

 

Baignée par l'Atlantique, Saint-Gildas-du-Rhuys (1 601 habitants) est l'une des trois communes de la presqu'île de Rhuys, comprise entre le golfe du Morbihan et l'océan, dans le sud du département, à trente kilomètres au sud de Vannes.

Diverses découvertes archéologiques et la présence de plusieurs éléments mégalithiques attestent d'une occupation ancienne du territoire.

La localité trouve son origine dans la fondation, dans les années 540, d'un monastère par saint Gildas, un moine venu de l'île de Bretagne et d'abord installé dans l'île de Houat. Ayant adopté la règle bénédictine en 818, l'abbaye fut ravagée par les Vikings (IX-Xe s.) et relevée vers l'an 1000 par le duc Geoffroi Ier. Mise en commende en 1506, elle menaçait de nouveau de tomber en ruines à la fin du XVIe s. De 1650 à la Révolution de 1789, elle fut relevée et restaurée par les moines bénédictins de Saint-Maur (venus de Redon). Le monastère fut vendu comme bien national en 1790. 

L'église abbatiale Saint-Gildas

 

L'église abbatiale Saint-Gildas

Construite vers 1030-1032, l'église romane de la vieille abbaye fut restaurée à plusieurs reprises, entre le XVIIe (1699-1705) et le XIXe s. (1875).

 

En mauvais état, la vieille tour romane fut détruite en 1668 et reconstruite de 1699 à 1705 par l'architecte vannetais Olivier Delourme, dans un style classique.

  

Parties les plus anciennes de l'édifice, les chapelles sud et le chevet datent des XIe et XIIe s. Sous les toits figurent de petites sculptures (modillons) représentant des têtes d'hommes ou d'animaux.