[COTES-D'ARMOR] [FINISTERE] [ILLE-ET-VILAINE] [LOIRE-ATLANTIQUE] [MORBIHAN]
[Arradon] [Arzal] [Arzon] [Auray] [Baden] [Berné] [Bieuzy] [Bignan] [Le Bono] [Brandérion] [Brech] [Bubry] [Calan] [Carnac] [Caudan] [La Chapelle-Neuve] [Cléguer] [Cléguérec] [Colpo] [Concoret] [Crac'h] [Le Croisty] [Erdeven] [Etel] [Le Faouët] [Gâvres] [Gestel] [Gourin] [Groix] [Guéhenno] [Guéméné-sur-Scorff] [Guern] [Le Guerno] [Guidel] [Guillac] [Guiscriff] [Hennebont] [Inguiniel] [Josselin] [Kernascléden] [Kervignac] [Lanester] [Langoëlan] [Langonnet] [Lanvaudan] [Lanvénégen] [Larmor-Baden] [Larmor-Plage] [Lignol] [Locmalo] [Locmariaquer] [Locmiquélic] [Lorient] [Mauron] [Melrand] [Merlevenez] [Meslan] [Moustoir-Ac] [Néant-sur-Yvel] [Nostang] [Pénestin] [Persquen] [Plaudren] [Ploemeur] [Ploërdut] [Ploërmel] [Plouay] [Plougoumelen] [Plouharnel] [Plouhinec] [Plouray] [Plumelec] [Pluméliau] [Plumelin] [Pluneret] [Pontivy] [Pont-Scorff] [Port-Louis] [Priziac] [Questembert] [Quéven] [Quistinic] [Remungol] [Riantec] [La Roche-Bernard] [Roudouallec] [Le Saint] [Saint-Aignan] [Saint-Caradec-Trégomel] [Sainte-Anne-d'Auray] [Saint-Gildas-de-Rhuys] [Saint-Jean-Brévelay] [Saint-Philibert] [Saint-Pierre-Quiberon] [Saint-Tugdual] [Sarzeau] [Le Sourn] [Trédion] [Tréhorenteuc] [Vannes]

 

Vannes

Chef-lieu du Morbihan, mais seulement deuxième ville du département (après Lorient), avec 54 000 habitants, Vannes est située au fond du golfe du Morbihan, entre Lorient (à 59 km), Nantes (115 km) et Rennes (113 km).

Ancienne capitale des Gaulois Vénètes, Vannes fut au Moyen Age l'un des centres les plus importants du royaume, puis du duché de Bretagne.

Avec notamment ses remparts, son quartier ancien et sa cathédrale, Vannes figure parmi les plus belles et les plus agréables villes de Bretagne. 

Les remparts

 

La porte de Calmont

 

La porte Saint-Vincent 

 

La maison de Vannes et sa femme

 

La maison du n°9, place Saint-Pierre

 

 Les remparts

Elevés au XIIIe s. sur des vestiges gallo-romains, les remparts longent la Marle et les jardins à la française qui la jouxtent.  

On peut y admirer plusieurs tours des XIVe et XVe s. (du Bourreau, du Calmont, du Connétable ou bien encore Trompette).

   

 

Au bout de la promenade, près de la petite-porte, dite porte-poterne, se trouvent plusieurs maisons-lavoirs des XVe-XVIIe s.

  

La porte de Calmont

Construite à la fin du XIVe ou au début du XVe s. sur ordre du duc Jean IV pour permettre d'accéder au quartier de Calmont, elle est flanquée d'une tour aujourd'hui en partie mutilée et comprend deux passages (charretier et piéton). Fermée après l'ouverture de la porte Saint-Vincent (1624), elle est rouverte au XVIIIe s., mais les travaux effectués par la famille Dondel entraînent la disparition des mâchicoulis. La porte est restaurée en 1992.

La porte Saint-Vincent

Contrairement à la plupart des autres portes de la vieille ville, celle-ci ne date pas du Moyen Age. Elle fut percée entre 1620 et 1624 dans les remparts pour permettre une meilleure communication entre le port et la ville close. De style classique, à colonnes et niches en plein cintre, elle présente les armes de la ville. Bâtie par Jean Bugeau, elle fut restaurée en 1727 et modifiée en 1747. La statue de saint Vincent Ferrier a été rajoutée en 1891.

La maison de Vannes et sa femme

Cette belle demeure du XVe ou XVIe s. est modifiée au XVIIe s.

  

Réalisée en pierre, la sculpture de Vannes et sa femme pourrait représenter un couple d'anciens propriétaires.

La maison du n°9, place Saint-Pierre

Construite au XVe s., cette demeure a la particularité rare de présenter quatre faces à pans de bois. Au XVIIe s., une toiture dite à la Mansard et de grosses cheminées sont rajoutées.